Les cahiers d’Esther, T1 : Histoire de mes 10 ans

LesCahiersDEsther1


Titre : Les cahiers d’Esther, T1 : Histoire de mes 10 ans
Scénariste : Riad Sattouf
Dessinateur : Rias Sattouf
Parution : Janvier 2016


Riad Sattouf s’est fait une spécialité de l’observation de ses contemporains. Après « La vie secrète des jeunes » et « Retour au collège », il nous présente « Les cahiers d’Esther », une bande-dessinée qui raconte la vie d’une enfant de 9 ans (puis 10 ans). Esther est la petite fille d’un couple d’amis, toutes les histoires sont donc supposées vraies. Le tout était publié d’abord au Nouvel Obs avant une publication chez Allary Éditions pour une cinquantaine de pages.

Le livre est construit selon le principe une page = une anecdote. On découvre peu à peu la vie de cette gamine qui va en école privée, déteste son grand frère et idolâtre son père. C’est une vision bien différente de l’école primaire d’antan qui se dessine. L’obsession d’avoir un iPhone est au centre de nombreuses histoires, symbole d’une pauvreté et d’un manque de popularité. L’importance de la beauté est aussi primordiale pour réussir dans la vie.

La vie des (petits) jeunes

LesCahiersDEsther1aSi « Retour au collège » montrait bien les mutations de la société, ces « Cahiers d’Esther » continuent cette observation. On imagine facilement le désarroi des parents devant les problématiques de leurs enfants à l’école, même s’ils semblent assez distants de tout ça dans l’ouvrage. Riad Sattouf nous construit un personnage attachant, à mi-chemin entre la petite fille et l’adolescente, avec ses propres problèmes. La récurrence des sujets et des réflexions fonctionne parfaitement. Chaque fois que son père intervient, elle rappelle qu’elle l’aime. Chaque fois que son frère intervient, elle rappelle qu’il est très con. Et en adoptant le langage de la petite fille (qui s’excuse lorsqu’elle utilise des gros mots), Riad Sattouf ajoute d’autant plus d’empathie.

Même si la démarche peut être un peu étrange (voire critiquable), Riad Sattouf produit un livre vraiment réussi sur l’enfance, à la mois touchant, drôle et moderne. La capacité de l’auteur à écouter et observer ses contemporains est une chose, le fait d’en faire des livres réussis en est une autre. Car finalement, « Les cahiers d’Esther » propose une galerie de personnages marquants, de la professeure super moche aux différentes copines.

Au niveau du dessin, on retrouve le trait de Riad Sattouf, avec une colorisation avare en couleurs. En cela, on se rapproche de son travail sur « L’arabe du futur ». Malgré tout, on ne peut que se féliciter de l’évolution du trait de l’auteur. Tout en gardant le caractère expressif de ses débuts, il a su enrichir ses planches, beaucoup plus fournies en détails de toute sorte. Ici, les planches sont denses, avec beaucoup de textes (la narration de la petite fille est omniprésente), ce qui fait qu’on a de quoi lire !

LesCahiersDEsther1b

« Les cahiers d’Esther » m’ont enthousiasmé. On s’attache à la petite fille sans peine tout en découvrant, un peu médusé parfois, son quotidien. Riad Sattouf parvient à poser tout un univers simplement (la famille, les copines, les garçons) en quelques planches et à le faire vivre comme un petit théâtre. On oublie finalement assez vite que tout cela vient d’une « vraie » petite fille pour se laisser happer par le livre.

coupdecoeur_new

avatar_belz_jol

note5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *