Le jardin d’hiver

lejardindhiver


Titre : Le Jardin d’Hiver
Scénariste : Renaud Dillies
Dessinateur : Grazia La Padula
Parution : Août 2008


Je suis tombé par hasard sur la bande-dessinée « Le jardin d’hiver ». Le nom de Renaud Dillies sur la couverture a de suite attiré mon regard ! Très fan de son dessin, j’ai été un déçu de voir qu’il ne fait que scénariser cette œuvre, laissant le dessin à Grazia La Padula, dont je ne connaissais pas les travaux. C’est a priori sa première œuvre. Renaud Dillies s’est lui démarqué avec des livres comme « Betty Blues » et « Bulles & Nacelles », ouvrages qu’il menait au dessin et au scénario. Continuer la lecture de « Le jardin d’hiver »

Le goût du chlore

LeGoutDuChlore


Titre : Le goût du chlore
Scénariste : Bastien Vivès
Dessinateur : Bastien Vivès
Parution : Mai 2008


« Le goût du chlore » est l’une des premières bande-dessinées de Bastien Vivès. Parue en 2008, elle a permis à l’auteur de prendre son envol depuis avec de nombreux projets couronnés de succès. Dans cet ouvrage paru chez KSTR, on retrouve deux jeunes gens qui se rencontrent à la piscine. Le tout pèse pas moins de 135 planches.

Dans la BD, on suit un jeune homme qui a un problème de dos. Son kiné le pousse alors à aller nager, ce qu’il n’a pas vraiment envie. Il faut dire qu’il ne nage pas bien et qu’il a bien du mal à motiver des amis pour l’accompagner. Il découvre alors le « milieu » de la piscine municipale, avec des hommes en représentation, des vieilles femmes et… Une fille.

LeGoutDuChlore1« Le goût du chlore » est une romance. Si pudique qu’elle en perd un peu d’intérêt. Il y a très peu de dialogues dans l’ouvrage et une grande partie concerne la natation. En effet, la jeune fille enseigne au garçon comment mieux nager. L’intérêt de l’un pour l’une est évident, l’inverse semble plus long à se déterminer.

Si on enlève les scènes chez le kiné, plutôt anecdotiques, tout se passe dans la piscine municipale. Les personnages sont presque tout le temps en train de nager ou de barboter. Cela permet à Bastien Vivès de laisser parler son obsession des corps (que l’on retrouvera plus tard dans « Polina »). Un corps sportif et attirant d’un côté, plus ingrat et chétif de l’autre. L’auteur décide d’adopter le rythme réel du lieu. Ainsi, on nage plus qu’on parle dans l’ouvrage. Et au bout d’un moment, la lassitude nous atteint à force de voir chaque mouvement décomposé, que ce soit pour la nage ou toute autre chose. Mais on n’est pas loin de l’exercice de style. Bastien Vivès fournit donc un travail intéressant qui ne plaira pas à tout le monde.

Au niveau dessin, on retrouve le trait dynamique de Bastien Vivès. J’ai trouvé l’ensemble assez inégal. Certaines cases sont très réussies et puissantes. D’autres sont vraiment limites, même si elles sont liées au parti pris de l’auteur. Ce dernier écrit en fin d’ouvrage avoir réalisé l’album à l’été 2007, ce qui expliquerait ce côté inégal. La colorisation en vert/bleu de les décors mais en valeur les corps couleur chair des protagonistes. Mais l’ensemble reste assez froid.

LeGoutDuChlore2

On peut souvent lire que « Le goût du chlore » retranscrit parfaitement l’ambiance d’une piscine municipale où des gens très différents vont nager et où le temps est rythmé par les longueurs. Mais c’est bien là le problème. Quand on va nager, le temps est souvent long et on s’ennuie un peu. Voilà l’effet que m’a fait cet ouvrage.

avatar_belz_jol

note2

Billy Brouillard, T1 : Le don de trouble-vue – Guillaume Bianco

BillyBrouillard1


Titre : Billy Brouillard, T1 : Le don de trouble-vue
Scénariste : Guillaume Bianco
Dessinateur : Guillaume Bianco
Parution : Novembre 2008


Lorsque j’ai présenté mes travaux de dessinateur à des professionnels, on m’a cité à deux reprises la série « Billy Brouillard » dessinée par Guillaume Bianco, comme référence en termes de dessin en noir et blanc et en hachures. Cela m’a suffisamment intrigué pour que je m’intéresse à cet auteur que je ne connaissais absolument pas. La série « Billy Brouillard » est publiée aux Editions Soleil, dans la collection « Métamorphose ». Cette collection propose de très beaux livres qui explorent le côté sombre de l’enfance.

Billy Brouillard, comme le nom du premier tome l’indique, est doté du don de trouble vue. Ainsi, sans ses lunettes, il voit ce que les autres ne voient pas. Un ballon et quelques branches et voilà que le petit garçon transforme cela en squelette. Mais au-delà du flou, Billy parvient à voir les créatures fantastiques : monstres, fantômes et tout ce qui traîne dans une forêt lugubre.

La particularité de cet ouvrage est d’explorer la bande-dessinée dans plusieurs directions. Si certains passages sont sous forme de BDs « classiques », le livre est parsemé de plein d’autres choses. On y trouvera notamment des bestiaires, des manuels de nécromancie, des faux journaux, des textes illustrés… Il est évident que ce genre de narration perturbera nombre de lecteurs, mais cela fait partie intégrante du charme de l’ouvrage. Au-delà d’une histoire, c’est un véritable univers que crée Guillaume Bianco autour d’un petit garçon obsédé par le fantastique. Car l’ambiguïté est toujours présente : Billy imagine-t-il tout cela ou est-ce que c’est vrai ? C’est une ode à l’enfance, même si elle est bien glauque. L’auteur tape juste tout en étant original. Le monde de « Billy Brouillard » est sombre et fantastique et pourtant, cela nous rappelle notre enfance… Une vraie performance !

Une lecture exigeante.

L’univers créé pour l’occasion est magnifié par le graphisme somptueux de Guillaume Bianco. Le mélange entre un trait enfantin (pour les personnages notamment) et l’aspect très sombre du rendu en noir et blanc fonctionnent parfaitement. L’auteur est en pleine maîtrise de son art. Le tout est mis en valeur par la beauté du livre et du papier. Parfois, la couleur s’invite, que ce soit dans le dessin ou dans le papier lui-même.

L’impression à la lecture de ce livre est d’une sorte de fouillis, un cahier d’écolier où seraient griffonnées quantités de choses sur les mystères de la vie vus par un petit garçon. La mise en page est remarquable d’intelligence et le rythme bien mené. Cependant, la lecture est exigeante et il est évident que certains lecteurs, désarçonnés, auront du mal à adhérer au concept.

Ce premier tome de « Billy Brouillard » ne peut pas laisser indifférent. Doté d’une personnalité affirmée, l’ouvrage désempare autant qu’il fascine. Comme quoi, on peut sortir des schémas classiques et enthousiasmer. Une formidable découverte qui montre, au grès des pages, le talent incroyable de l’auteur pour nous faire rire, nous faire peur ou simplement nous emporter ailleurs.

coupdecoeur_new

avatar_belz_jolnote5

Vitesse Moderne – Blutch

vitessemoderne


Titre : Vitesse Moderne
Scénariste : Blutch
Dessinateur : Blutch
Parution : Octobre 2008


 « Vitesse moderne » est un one-shot de 80 pages dessiné et scénarisé par Blutch. J’ai découvert cet auteur par « Le Petit Christian » tout d’abord, puis par « Peplum ». « Vitesse moderne » marque avant tout par sa couleur omniprésente qui rend l’ouvrage beaucoup moins noir que « Peplum », du moins au premier abord.

Quand Lola sort de son cours de danse, elle est abordée par Renée, qui se dit écrivain. Cette dernière lui propose de la suivre et d’écrire sur sa vie. En effet, Renée est fascinée par Lola qu’elle observe danser par la fenêtre de son appartement. On devine tout de suite que cette relation va vite poser des soucis, car les deux jeunes femmes ne se connaissent pas.

Une plongée dans les angoisses et les fantasmes de l’être humain moderne.

Alors que l’on croit lire une bande-dessinée tout à fait classique, l’ensemble est finalement onirique (voire même plutôt cauchemardesque). C’est une plongée dans les angoisses et les fantasmes de l’être humain moderne. L’homme est d’ailleurs source d’angoisse permanent pour Lola, que ce soit son voisin amoureux ou son père version vieux pervers. Lola semble être une bête traquée en permanence, essayant de donner de la consistance et de la réalité à ce qui n’est finalement qu’un rêve. En cela, l’ouvrage a un côté kafkaïen, Lola semblant être piégé dans un monde apparemment logique qu’elle ne comprend pas.

Blutch prend un malin plaisir à nous dérouter dans cet ouvrage. On ne sait jamais trop où l’on est. L’histoire devient réelle, puis bascule dans une forme de cauchemar par moments, redevient plus réaliste… De nombreuses incohérences temporelles et spatiales s’accumulent, parfois même expliquées (le père a une garçonnière en face de l’appartement de Renée par exemple). Tout cela déroute le lecteur sans jamais le perdre pour autant. En cela, Blutch manie son récit avec maestria. A aucun moment, on ne perd le fil et les incohérences inhérentes au rêve sont traitées sans excès.

Au niveau du dessin, Blutch manie un trait tout en hachures. Cependant, l’emploi de couleurs a tendance à rendre son dessin moins expressif et fort que dans le passé. Cela le rend par contre beaucoup plus accessible à mon sens. En revanche, la couleur est maniée avec talent et participe fortement à l’ambiance particulière de ce « Vitesse moderne » (notamment la robe rouge de Lola qui dénote avec l’ensemble dans nombre de pages).

Une attention toute particulière a été apportée au dessin des corps. C’est d’autant plus flagrant lorsque l’on voit danser Lola dans les premières pages. Ils sont remarquablement bien rendus. De même, Lola a une expression sans cesse apeurée qui participe à l’ambiance du livre.

Au final ce « Vitesse Moderne » est une bande-dessinée des plus réussie. Le trait assuré de Blutch transporte le lecteur dans une histoire torturée et intrigante, mais toujours passionnante. L’utilisation de la couleur est pertinente et renforce la sensualité du propos, entre angoisse et fantasmes. A lire.

avatar_belz_jol

Note : 18/20

Le Petit Christian, T2 – Blutch

PetitChristian2


Titre : Le Petit Christian, T2
Scénariste : Blutch
Dessinateur : Blutch
Parution : Octobre 2008


Après avoir relaté son enfance dans le premier tome de « Le Petit Christian », Blutch remet le couvert pour aborder le thème de l’adolescence. Plus précisément, on démarre ici avec l’entrée en 6ème de Christian jusqu’à son passage en 3ème. On a va ainsi le voir évoluer du petit garçon qu’il était jusqu’à un grand ado ténébreux et râleur. Comme il part dans un collège privé de Strasbourg, on ne retrouvera pas les personnages récurrents du premier tome.

Le fil rouge de cette BD s’appelle Catie Borie. C’est la fille d’amis de la famille et elle a le même âge que Christian. Il en est fou amoureux, mais 1000 km les sépare. En s’intéressant à une fille, Christian renie certains principes de son enfance (« quand on est un desperado, on se garde des femmes.») et glisse inexorablement vers d’autres préoccupations bien légitimes.

Inventivité et sensibilité

Ce nouveau tome aborde avec beaucoup de sensibilité et d’inventivité le thème d’un amour a mi-chemin entre les amours d’enfance (Christian restant très naïf) et des amours plus adultes. L’éveil des sens du narrateur est bien sûr présent, lié à un romantisme extrême qui le torture jusqu’au dénouement imprévisible. Témoin, cette scène de traversée du désert où le narrateur se voit pris dans une tempête de sable représentant les autres filles du collège qui essaient de le détourner de sa Catie… Et Christian ne vit que pour les lettres qu’il reçoit de sa bien-aimée…

Une nouvelle fois, l’intervention de personnages de fiction apporte beaucoup à l’ensemble. Christian a un dieu : Steve Mac Queen, qu’il prie avant les contrôles… De même, les références à la BD ou au cinéma sont légions. La traversée du désert est une référence évidente à « Tintin au pays de l’or noir ». De même les stars du cinéma ont encore une place importante et toujours en situation (« Oh ! Marlon Brando dans un tango à Paris.»). Petite nouveauté, Christian parle aussi à son double enfant, déguisé en cowboy. Le dialogue avec son double montre la première mutation de Christian, de par l’apparition de son amour pour Catie Borie. Son dialogue avec Marlon Brando en fin d’ouvrage montre sa deuxième mutation (je vous laisse découvrir pourquoi). Les apparitions de ces personnages et les références constantes aux mondes du cinéma et de la bande-dessinée sont clairement le pivot de cet ouvrage. Il montre combien ils ont une influence majeure sur l’imagination des enfants et des adolescents et combien ils forgent la personnalité par leurs propos.

On retrouve le dessin de Blutch tout en hachures. Petite nouveauté : de la couleur a été ajoutée. En effet, l’auteur ajoute des touches de rouge et de rose afin de densifier son dessin. Le tout est assez réussi, même si ça a un coût : le deuxième tome de « Le Petit Christian » est 4 euros plus cher.

Sous un aspect faussement naïf (le personnage de Christian a un dessin assez simple), Blutch marque une fois de plus de son talent cet ouvrage. Ainsi, le dessin très réaliste des personnages célèbres marque un contraste toujours intéressant avec le reste des personnages. De même, la scène où Christian part pour la première fois au collège est saisissante. S’imaginant dans une prison, l’auteur applique un style noir et inquiétant qui tranche avec le reste de l’ouvrage.

J’ai une nouvelle fois été saisi par le talent de Blutch dans la suite de son autobiographie. Son inventivité pour raconter ces moments de la jeunesse est incroyable. En utilisant de nombreuses références extérieures, il parvient à créer une connivence avec le lecteur. La scène du désert est simplement à mourir de rire, mais est également pleine de vérité sur l’adolescence. En détournant les codes propres à ce genre de récit (les premiers amours, les débuts au collège…), Blutch parvient à nous surprendre sur un sujet pourtant maintes fois abordés. Une référence !

coupdecoeur_new

avatar_belz_jol

Note : 19/20

Légendes de la Garde, T1 : Automne 1152 – David Petersen

LegendesDeLaGarde1


Titre : Légendes de la Garde, T1 : Automne 1152
Scénariste : David Petersen
Dessinateur : David Petersen
Parution : Janvier 2008


« Légendes de la Garde » est une série née de l’imagination de David Petersen. L’ouvrage qu’on m’a offert s’intitule « Automne 1152 ». Il est édité chez Gallimard dans un format peu orthodoxe. Il est quasiment de forme carrée. L’histoire se développe sur plus de cent cinquante pages. Le bouquin se compose de six chapitres qui dans un premier temps avait été édité indépendamment sous le titre original « Mouse Guard ». « Automne 1152 » a un prix proche de dix-neuf euros.

Le site de la Fnac nous offre le résumé suivant de l’intrigue : « Depuis la nuit des temps, la Garde protège les souris de mille dangers qui menacent leur existence. Trois de ses membres les plus solides, Kenzie, Saxon et Lieam, découvrent lors d’une mission de routine un noir complot ourdi dans la ville de Barkstone. Trop tard ! Lieam est fait prisonnier, les deux autres sont laissés pour mort aux portes de la ville et une armée traîtresse marche déjà vers Lockhave, la légendaire forteresse de la Garde. »

L’intrigue s’adresse à un public adulte

En découvrant la thématique de l’ouvrage, j’étais curieux de découvrir cette société crée par l’auteur. Imaginer le monde dans lequel vivent les souris, la manière avec laquelle elles s’organisent pouvaient donner lieu à un voyage intense pour le lecteur. Je m’interrogeais sur la manière avec laquelle cette civilisation allait s’intégrer dans nos forêts et dans notre univers connu. Malgré une couverture qui semble orienter le livre vers un public jeune, la construction de l’intrigue s’adresse finalement à un public plus adulte. Le ton n’est pas spécialement léger et ne répondra pas aux attentes des plus petits.

La narration se découpe en six chapitres de taille quasiment équivalente. Chacun est présenté par un titre propre est un résumé qui s’étale sur une page. Cette construction résulte sûrement de la parution originale qui avait dissocié chaque partie. Les premières pages nous intriguent par le fait qu’on découvre un nouveau monde. On est soucieux de comprendre les codes sociaux qui le régissent. Finalement, on découvre assez vite que cette civilisation s’approche de celle qui existait à l’époque médiévale. Les moyens de déplacement, la structure des cités, le type des armes… Tout se rapproche du Moyen-Âge. Certains regretteront finalement un certain manque d’originalité, d’autres auront plaisir à voir évoluer ces petites souris dans cet univers qui ravira ses adeptes.

On s’immerge assez rapidement dans l’univers de l’histoire du fait de son relatif classicisme. On s’intéresse alors rapidement au devenir de nos trois héros qui se nomment Kenzie, Saxon et Lieam. Ils sont des soldats de la Garde. Ils sont en mission et semblent ne pas être là pour rigoler. Ils ne génèrent pas une empathie immense mais cela ne nous empêche d’être curieux de connaitre la suite de leurs aventures. Ces dernières se composent par une succession d’événements qui vont les amener à être séparés. Ces derniers se suivent à un rythme quasiment mécanique qui doit être une conséquence de la construction par chapitre. L’auteur offre une intrigue très factuelle dans laquelle la digression n’existe quasiment pas. Cela offre ainsi une lecture nerveuse qui n’a pas envie de perdre son temps. En contrepartie, cela se fait au détriment de l’atmosphère de la lecture qui ne prend jamais une ampleur suffisante pour arriver à nous envouter.

Les dessins ne m’ont pas laissé indifférent. Je ne peux pas dire que j’ai chaviré en les découvrant. Ce n’est pas le cas en effet. Par contre, j’ai eu le sentiment en les découvrant de rencontrer un style que je n’avais jamais croisé au cours de mes lectures. Même si Petersen se « contente » finalement de dessiner des souris qui se dissocie l’une de l’autre essentiellement par la couleur de leurs poils, il arrive malgré tout à offrir à son ouvrage une identité propre. Pourtant les décors sont finalement assez secondaires. L’usage des couleurs est par contre à mes yeux remarquables. Il se dégage un vrai quelque chose des forêts ou des villes dans lesquelles errent nos héros. Les tons orange, gris ou marron sont primordiaux et offrent un résultat très réussi.

En conclusion, à défaut de m’avoir transporté très loin, « Légendes de la Garde » m’a offert un voyage agréable que je ne regrette pas. Il s’agit d’une lecture intéressante dans la structure diffère de celles que je connais habituellement. J’ai vu qu’une suite intitulée « Hiver 1152 » était parue. Je pense que je m’y plongerai avec joie. Mais cela est une autre histoire…

gravatar_eric

Note : 13/20