Les Forêts d’Opale, T6 : Le Sortilège du Pontife – Christophe Arleston & Philippe Pellet

lesforetsdopale6


Titre : Les Forêts d’Opale, T6 : Le Sortilège du Pontife
Scénariste : Christophe Arleston
Dessinateur : Philippe Pellet
Parution : Octobre 2009


« Le sortilège du pontife » est le sixième tome de « Les forêts d’Opale ». Sa parution date d’octobre deux mille neuf. Edité aux éditions Soleil, il se compose d’une cinquantaine de pages et est d’un format classique. Son prix avoisine les quatorze euros. Cet ouvrage est l’œuvre conjointe de Christophe Arleston et de Philippe Pellet. Le premier se charge du scénario et le second des dessins. La couverture est très réussie. Elle nous offre un Ghörg, démon de son état, s’apprêtant à faire sa fête à un soldat avec son imposante hache. Le fond est couleur flamme. A priori, il va y avoir du sport dans cet album. Espérons que les annonces ne soient pas vaines à ce niveau-là !

Pour ceux qui n’auraient lu ni les opus de cette série ni mes critiques sur les tomes précédents, je vous cite le résumé qui est fait de l’histoire sur la quatrième de couverture de chacun des ouvrages de cette saga. « Opale est le monde des forêts. Le clergé de la Lumière y fait régner un pouvoir assis sur la puissance des Pierres Magiques. Mais Darko est celui qui doit réaliser la Prophétie et faire revenir les Titans pour libérer les Cinq Royaumes… Aidé du barde Urfold, de la jolie jongleuse Sleilo et du monstrueux Ghörg, Darko est plongé dans une aventure où se joue le destin d’un monde… Une grande saga vivante, de la pure fantasy ! »

Cela fait maintenant des années qu’on erre dans les forêts d’Opale. En effet, la parution du premier tome date d’une dizaine d’années. Le groupe s’est étoffée depuis quelques opus de la ravissante Tara, ancienne général paladin de la Lumière, qui a renié son engagement à ce gouvernement convaincu pour aider Darko à réaliser sa quête. Le cinquième ouvrage avait redonné du souffle à la trame principale qui avait tendance à tomber en hibernation lors des opus précédents. J’espérais donc ma curiosité ainsi attisée allait voit sa flamme à nouveau alimentée en découvrant « Le sortilège du pontife ».

On en prend plein les mirettes.

La lecture ne souffre d’aucun temps mort. Dès les premières pages, on en prend plein les mirettes en découvrant un démon terrifiant en recherche de son maître. Pendant ce temps, le pontife Xarchias, méchant de l’histoire s’apprête à porter un coup fatal à Darko est ses amis en mettant en place un cérémonial puissant de magie noire avec l’aide de son maître angoissant. Pour cela, il doit réunir ses sept enfants disséminés à travers le monde. Cette quête va servir de fil conducteur tout au long de l’ouvrage. Surtout que celle-ci nous offre une révélation de taille qui ne nous laisse pas indifférente. Elle intensifie même notre pour ce compte à rebours qui nous mène à ce qui ressemble à un grand combat final.

Le bémol qui aurait pu naître de cette attente de l’issue finale est un ventre mou de la lecture sans grand intérêt. Ce n’est pas le cas. La présence de Darko et ses amis à Onze Racines, repère de la résistance offre beaucoup de moments importants essentiellement basés sur les rapports entre les personnages et les sentiments qui les accompagnent. Bien que le dénouement sanglant de notre lecture soit irrémédiable, cela n’empêche pas la majorité du bouquin de se montrer relativement peu fourni en bataille et combat. Certains trouveront peut-être que cette attente aurait pu être réduite et offrir ainsi une trame plus intense. Je ne partage pas cet avis. Je trouve au contraire que ces moments moins violents ou dynamiques sont clairement le calme qui précède la tempête. Je trouve que la montée en puissance est dosée en alternant les moments plutôt posés à Onze Racines et les moments plus durs et cruels qu’offre l’armée du pontife dont son avancée irrémédiable vers nos héros.

Les dessins sont dans la lignée des tomes précédents. Ils accompagnent parfaitement l’histoire. Ils sont dans la lignée des illustrations qui accompagnent ces grandes sagas de fantasy grand public. Les filles sont bien roulées, les monstres sont nombreux et hauts en couleur. Les décors qu’ils soient urbains ou forestiers sont colorés et participent au dépaysement qui accompagne notre lecture. Les traits des personnages sont classiques. Ils ne révolutionnent pas le genre. Néanmoins, ils possèdent une vraie personnalité picturale et leurs émotions sont bien traduites par le trait de Philippe Pellet.

En conclusion, « Le sortilège du Pontife » m’a plutôt plu. Même si je ne l’ai pas trouvé aussi dense et rythmé que le précédent tome, je trouve qu’il s’agit d’un des meilleurs de la série. De plus, le dénouement amène son lot de surprises et de questions qui incite donc à se plonger dans le septième album au plus vite. Ce dernier s’intitule « Les dents de pierre ». Il s’agit d’ailleurs du dernier tome paru pour l’instant. Une fois celui-ci lu, il faudra donc attendre patiemment la suite. Mais à chaque jour suffit sa peine. Cela est une autre histoire…

gravatar_eric

Note : 14/20

Pascal Brutal, T3 : Plus Fort que les Plus Forts – Riad Sattouf

pascalbrutal3


Titre : Pascal Brutal, T3 : Plus Fort que les Plus Forts
Scénariste : Riad Sattouf
Dessinateur : Riad Sattouf
Parution : Septembre 2009


Je clos ma trilogie « Pascal Brutal » avec cet avis portant sur le dernier opus de ses aventures. Ce troisième tome intitulé « Plus fort que les plus forts » est paru en septembre 2009 aux éditions « Fluide Glacial ». Composé d’une petite cinquantaine de pages, ce bouquin est vendu à 9,95 euros. « Plus fort que les plus forts » tient une place particulière dans la bibliographie de Riad Sattouf. En effet, il a été primé au festival d’Angoulême cette année. Cela a eu pour conséquence de mettre dans la lumière ce cher Pascal et son créateur.

Pascal Brutal est un personnage qui ne laisse pas indifférent. Il est la virilité. Musclé, plein de testostérone, le bouc bien aiguisé, sa gourmette, ses basket torsion 1992… Voilà comment on peut définir notre « héros ». Il est évolue dans un futur proche dans un monde ultralibéral dont le président de la République est Alain Madelin. Mais dans cet univers, Pascal survit parce qu’il est inimitable…

Découvrir la jeunesse de Pascal Brutal…

Dans le premier opus, Sattouf nous présentait son personnage. Dans le deuxième tome, il partait du principe que Pascal faisait partie de la famille et il nous le faisait suivre dans son quotidien. Dans ce nouvel ouvrage, une nouvelle fois on découvre un Pascal au sommet de sa forme. L’album se décompose en environ une dizaine d’histoires courtes. Cela rend la narration assez rythmée. On découvre la naissance de Pascal et sa petite enfance. Dès les premières heures de sa vie, il était exceptionnel. On le voit faire usage de son charme pour faire succomber miss Bretagne ou une employée du Pole Emploi… Pascal Brutal est le « beauf » qu’on ne supporte pas quand on le croise dans la rue ou dans une soirée. Mais ici, il ne nous inspire ni antipathie ni colère, il nous fait rire. On s’attache à sa personnalité si particulière. C’est un vrai bourrin plein de testostérone qui s’assume pour notre plus grand bonheur…

Un des autres attraits de cet album est son déroulement dans un futur proche très libéral. On découvre de nouvelles lois, de nouveaux modes de fonctionnement. Certains pays ont subi une vraie révolution politique. Bref, sans donner à l’album une dimension politique, il est intéressant de voir un auteur pousser certains principes à l’extrême. On en rigole dans un premier temps, on se pose parfois quelques questions. En tout cas, cela donne une dimension originale supplémentaire à la série.

Ce troisième opus de « Pascal Brutal » est à la hauteur des précédents. Ce n’est pas peu dire. On rigole à chaque bulle et à chaque case. La densité de la trame est certaine. Plusieurs lectures sont nécessaires pour saisir toutes les finesses des dialogues. « Plus fort que les plus forts » est un ouvrage qui peut se lire et se relire sans jamais lasser. Chaque nouvelle découverte est un vrai bonheur. De plus, les dessins sont toujours aussi agréables. C’est avec plaisir qu’on retrouve notre héros et ses acolytes. La signature graphique de Riad Sattouf est reconnaissable et se redécouvre à chaque fois avec plaisir.

Au final, je ne peux que vous conseiller de courir à la rencontre de Pascal Brutal. Vous ne pourrez plus le quitter. Chaque album peut se lire de manière indépendante. Néanmoins, il peut être intéressant de lire les tomes dans l’ordre pour découvrir le héros au rythme choisi par son créateur. De mon côté, il ne me reste plus qu’à attendre la parution du prochain tome que je guette avec attention. Que l’attente va être dure…

gravatar_ericNote : 17/20

Blast, T1 : Grasse carcasse – Manu Larcenet

blast1


Titre : Blast, T1 : Grasse Carcasse
Scénariste : Manu Larcenet
Dessinateur : Manu Larcenet
Parution : Novembre 2009


Manu Larcenet est un auteur que j’apprécie énormément. La principale qualité que je lui trouve est de ne pas s’enfermer dans une case scénaristique. Autant son « Le retour à la terre » est léger et drôle, autant son « Le combat ordinaire » est nostalgique et émouvant. Ses deux séries démontrent plutôt bien le grand spectre d’atmosphère dans lequel peut nous plonger cet écrivain. Mais ce n’est pas de ses séries dont je veux vous parler. Je me contente de vous les conseiller vivement. L’album dont je veux vous parler aujourd’hui se nomme « Blast ». Il s’agit d’un ouvrage au format original. Edité chez Dargaud, il est d’un format plus « carré » qu’un album de bandes dessinées classique. De plus, il est particulièrement épais. En effet, l’histoire se déroule sur environ deux cents pages. Il est vendu au prix de vingt-deux euros. « Blast » est une nouvelle série née de l’imagination de Larcenet. Il s’occupe à la fois du scénario et des dessins. Le premier opus s’intitule « Grasse carcasse ». Il est apparu dans les librairies en novembre dernier.

Un homme obèse et sans domicile fixe

L’histoire est construite autour d’un personnage imposant nommé Polza Mancini. On le découvre en garde à vue. Agé de trente-huit ans et sans domicile connu, il est accusé d’avoir agressée une femme maintenant plongée dans un coma artificiel. Deux policiers l’interrogent et cherchent à connaître son mobil et à savoir précisément d’où vient un tel déchainement de violence. Mais pour Polza, tout n’est pas si simple. Sa quête consiste à sentir à nouveau le Blast, moment où la vie atteint la perfection. Et cette recherche est permanente et vient de loin. Et pour cela, il faut en revenir au tout début. Et voilà cet homme obèse et sans domicile fixe qui commence à nous raconter sa vie dans la petite salle d’un commissariat…

Le héros est particulier. Si on l’avait croisé dans la rue, il ne nous aurait inspiré aucune affection ou empathie particulière. Voir cet homme errer dans la rue ne nous aurait pas touchés. On aurait éventuellement ressenti de la pitié pour son physique difforme et sa vie apparemment pas facile. Mais Larcenet en a décidé d’en faire son personnage central. Pour arranger le tout, cet homme a agressé violemment une femme et se trouve arrêté dans un commissariat. Comment peut-on s’intéresser à lui ? Peut-être est-ce du au talent de son créateur mais dès les premières pages de lecture, Mancini nous devient sympathique. On s’attache à lui très vite. On oublie la raison de sa présence dans ces lieux. On s’immerge pleinement dans son univers et dans son histoire. Sa narration nous passionne.

L’intérêt que j’ai ressenti pour cette histoire est d’autant plus surprenant qu’elle n’est a priori pas forcément passionnante. Mancini est un écrivain qui voit son père mourir à l’hôpital. Cet événement marque une rupture. Il décide de partir à l’aventure. La rue devient son nouvel univers et sa nouvelle maison. On a donc l’impression de suivre un clochard dans son quotidien. Il ne témoigne pas de réelle volonté d’améliorer sa situation, on ne ressent pas de quête particulière sortie de celle de ressentir le Blast. Bref, tout cela manque d’idéal classique. Et pourtant malgré tout cela, on se prend d’affection pour cette personne et on a énormément de curiosité pour son avenir.

Je pense que ce plaisir de lecture vient en grande partie de l’atmosphère assez particulière dans laquelle navigue Mancini. L’ambiance est assez envahissante je trouve. On s’y immerge de manière assez intense. Larcenet nous offre des moments de silence et contemplatif qui apportent une dimension assez intense à la narration. Peut-être que le fait que les dessins soient en noir et blancs participent à tout cela. Ce qui est également très particulier est le fait que malgré ce grand nombre de pages, on croise relativement peu de personnages. La narration est construite davantage sur l’introspection du héros plutôt que sur ses rencontres. De plus, le style de Larcenet, bien que particulier, me touche énormément. Je trouve les visages de ses personnages très expressifs.

Donc au final j’ai pris énormément de plaisir à découvrir ce nouvel univers. La lecture a été très agréable, le dépaysement total. Par contre, je comprendrais aisément que tout le monde n’y soit pas sensible. L’ambiance, le thème ou encore le dessin sont particuliers. Je vous conseille donc de le feuilleter dans les rayons avant de vous l’offrir. Par contre, si vous y êtes sensibles, je vous garantis un moment assez intense et je ne doute pas que vous partagerez avec moi l’impatience de devoir attendre la parution du deuxième opus de « Blast ». Bonne lecture…

coupdecoeur_new

gravatar_eric

Note : 17/20