Un homme de goût, T1 : Mise en bouche


Titre : Un homme de goût, T1 : Mise en bouche
Scénariste : El Diablo
Dessinatrice : Cha
Parution : Septembre 2014


Après « Pizza roadtrip », le duo formé par El Diablo et Cha revient avec « Un homme de goût ». Le premier tome annonce dès sa couverture (et son titre !) le cannibalisme dont il va être question dans l’ouvrage… Paru en format comics chez Ankama, le livre pèse une soixantaine de pages. Continuer la lecture de « Un homme de goût, T1 : Mise en bouche »

Les gardiens du Louvre

lesgardiensdulouvre


Titre : Les gardiens du Louvre
Scénariste : Jirô Tanigushi
Dessinateur : Jirô Tanigushi
Parution : Novembre 2014


J’aime beaucoup le musée du Louvre, j’y vais souvent pour dessiner ou visiter leurs dernières expositions. La collection de Futuropolis en partenariat avec le musée m’intéresse donc particulièrement, même si peu d’ouvrages m’ont réellement emballé. Le De Crécy est un chef d’œuvre, le reste m’a paru plus corseté (malgré une belle tentative d’Yslaire de s’approprier une histoire ou de Davodeau d’écrire une histoire originale sur le sujet). Malgré un casting très impressionnant, on voit que le travail de commande n’est pas toujours simple ! Cette fois, c’est Jirô Taniguchi qui s’y colle, le plus européen des mangakas, pour 130 pages sur le Louvre. Continuer la lecture de « Les gardiens du Louvre »

Paf & Hencule, T2 : 2 hommes en colère

PafEtHencule2


Titre : Paf & Hencule, T2 : 2 hommes en colère
Scénariste : Goupil Acnéique
Dessinateur : Abraham Kadabra
Parution : Novembre 2014


« Plus jamais ça » disait la bandeau. Et pourtant Goupil Acnéique et Abraham Kadabra remettent le couvert avec ce deuxième tome de « Paf & Hencule ». Les deux compères sans foi, ni loi, ni morale, ni… quoi que ce soit reviennent donc pour une série de strips trash aux éditions Même pas mal. Continuer la lecture de « Paf & Hencule, T2 : 2 hommes en colère »

Punk rock & mobile homes

PunkRock&MobileHomes


Titre : Punk rock & mobile homes
Scénariste : Derf Backderf
Dessinateur : Derf Backderf
Parution : Février 2014


J’avais apprécié « Mon ami Dahmer » de Derf Backderf, par ailleurs prix révélation à Angoulême. « Punk rock & mobile homes » (publié six ans auparavant) malgré une histoire bien différente, présente de nombreuses similitudes. Des vies dans cette Amérique en pleine crise industrielle, dans des villes anonymes. Suite au succès de « Mon ami Dahmer », il nous est donné la possibilité de découvrir cet ouvrage, publié en France chez Ça et Là pour 150 pages. Continuer la lecture de « Punk rock & mobile homes »

Okko, T9 : Le cycle du vide, première partie

Okko9


Titre : Okko, T9 : Le cycle du vide, première partie
Scénariste : Hub
Dessinateur : Hub
Parution : Mai 2014


« Okko » est certainement l’une de mes séries préférées. Je la suis depuis le premier tome. Or, fait rare, cette série a eu tendance à se bonifier au fur et à mesure des tomes. Et des tomes, il y en a puisque c’est le neuvième qui sort en cette année 2014. Scindés par cycle de deux, voilà donc l’ultime cycle : le cycle du vide. C’est donc l’avant-dernier opus des aventures d’Okko qui paraît chez Delcourt. Alors, que nous propose donc ce nouveau cycle ?

Okko est un ronin qui arpente l’Empire du Pajan accompagné par de curieux acolytes. Ils sont chasseurs de démons. On retrouve Noshin le moine alcoolique, Noburo le géant masqué et Tikku, apprenti moine. Or, depuis le début, nous ne savons toujours pas qui est Noburo ni même comment le moine a pu se retrouver embarqué dans ce groupe. Quant à Okko, son passé reste trouble. Le groupe est actuellement chassé et fuit perpétuellement. Okko, usé, décidé qu’il est temps pour lui de prendre sa retraite. Et voilà l’occasion de présenter un flashback sur l’histoire du ronin.

Beaucoup d’informations restent en suspens

La force de l’univers de « Okko » est de savoir distiller les informations au compte-goutte. Hub maîtrise parfaitement son univers et ne nous laisse entrevoir les liens du passé qu’avec parcimonie. Et, enfin, avec ce dernier cycle, l’auteur va avoir les réponses à ses questions ! Et il faut bien avouer que l’on est gâté ! Sans trop s’attarder sur la narration, Hub déclenche très vite un flashback qui tiendra jusqu’à la fin du livre. Certains personnages passés apparaissent donc et le passé est révélé. L’auteur nous livre beaucoup d’informations, si bien qu’à la fin de l’ouvrage on n’a qu’une envie : relire les huit premiers tomes pour voir si certains aspects étaient déjà visibles à l’époque… Cependant, beaucoup de questions restent en suspens et l’idée d’attendre encore de longs mois pour lire l’épilogue est une véritable souffrance.

« Okko » tient sa force de l’univers nippon médiéval fantastique qu’il propose. Hub lui donne toute sa force par des dessins expressifs et des décors splendides. Les couleurs rendent hommage au trait du dessinateur sans peine et aident à la narration, utilisant de différents camaïeus pour les flashbacks. Les nombreux combats (au katana bien sûr !) sont admirablement rendus avec beaucoup de dynamisme. Bref, c’est parfaitement adapté au propos !

Si on pourra regretter l’absence de certains personnages (Noburo notamment !), cette bande-dessinée se dévore d’une traite et donne suffisamment d’informations pour rassasier lecteur. Malgré tout, on ne peut qu’attendre l’épilogue de cette série. L’une des plus passionnantes de ces dernières années.

coupdecoeur_new

avatar_belz_jol

note5

Narcisse, T1 : Mémoires d’outre-tombe

Narcisse1


Titre : Narcisse, T1 : Mémoires d’outre-tombe
Scénariste : Chanouga
Dessinateur : Chanouga
Parution : Avril 2014


J’avais été subjugué par le premier album de Chanouga. Son univers maritime et onirique m’avait beaucoup plus, soutenu par un graphisme personnel parfaitement adapté au sujet. Il revient cette fois avec une biographie sous forme de série, « Narcisse ». Prévue en trois tomes de 60 pages, elles font entre l’auteur dans un travail bien plus classique et réaliste. Le tout est publié chez Paquet.

Au rayon des constances, Chanouga reste dans l’univers de la mer. Il raconte l’histoire de Narcisse, un jeune garçon qui ressent l’appel de la mer. Contre l’avis de ses parents, il s’embarque comme mousse. Et de bateaux en bateaux, il finit par partir pour l’Australie. Mais c’est un naufrage qui l’attend…

Le difficile exercice de la biographie.

Narcisse1aSi la série doit avant tout parler de l’expérience de naufragé de Narcisse (vu les notes de fin d’ouvrage), ce premier tome s’attarde sur le personnage. Comment en est-il arrivé là, pourquoi veut-il naviguer… Tout cela est très classique et, honnêtement, peu passionnant. Tout va trop vite (ou pas assez, c’est selon) et la narration manque de fluidité. Quand on comprend à la fin du livre qu’on a affaire à une biographie, on comprend mieux le rythme un peu hâché du l’ouvrage. Chanouga manque un peu d’expérience pour le coup, n’arrivant pas à se détacher du sujet pour faire les coupes nécessaires dans la réalité ou, à l’inverse, pour broder et remplir les inconnues.

Malgré tout, l’histoire touche à la mer et cela ne laisse pas indifférent. Narcisse vieillit au long de l’ouvrage, devenant un jeune homme. Si les faits relatés sont suffisamment classiques, la montée en tension est réelle et la dernière partie, concernant le naufrage, ne laisse pas indifférent.

En revanche, le dessin de Chanouga, immédiatement reconnaissable, est une pure merveille. Même s’il est plus puissant dans les représentations abstraites et fantastiques que dans le réalisme pur, son trait non-encré est splendide et admirablement mis en couleur (avec un contraste de couleurs froides et chaudes maîtrisé). Certaines cases, certaines pages, sont particulièrement marquantes et nous laissent sans voix.

Narcisse1b

Ce « Narcisse », bien plus terre-à-terre que « De profundis », nous laisse un peu sur notre faim. On a l’impression d’une narration et d’un rythme mal maîtrisé. Un peu de concision d’un côté, afin de s’attarder sur certains points ailleurs aurait été les bienvenus. Reste un graphisme enivrants qui sait nous faire oublier, un peu, ces écueils.

avatar_belz_jol

note3

Les carnets de Cerise, T3 : Le dernier des cinq trésors

LesCarnetsDeCerise3


Titre : Les carnets de Cerise, T3 : Le dernier des cinq trésors
Scénariste : Joris Chamblain
Dessinatrice : Aurélie Neyret
Parution : Novembre 2014


Depuis le temps que la série « Les carnets de Cerise » me fait de l’œil, j’ai enfin pu mettre la main sur un exemplaire. Merci donc au CDI de mon collège, qui me donne accès facilement aux séries jeunesse ! « Les carnets de Cerise » jouit d’excellents retours de lecteur et ses couvertures magnifiques sur les étals des librairies ne me laissaient pas indifférents. Je commence donc cette série par le tome 3. Si des allusions aux deux précédentes histoires (et personnages) sont faites, le tout peut se lire avec plaisir indépendamment du reste. Le tout est publié chez Soleil dans l’excellente collection Métamorphoses.

Cerise est une petite fille curieuse qui aime enquêter. Tout démarre avant tout par son arrivée au collège. Les auteurs ont décidé de faire grandir leur personnage. En cela, on sent que la série est destinée avant tout aux petites filles. C’est donc un album jeunesse très féminin auquel on a droit : les hommes sont presque absents de l’histoire et tout se passe entre filles (et femmes !). Malgré ce public visé, l’album parvient à toucher un public bien plus large. Une belle réussite !

Un public de jeunes filles visés, un public bien plus large atteint.

LesCarnetsDeCerise3aCerise assiste à un atelier lecture avec la relieuse de la ville. Et lors d’une visite chez elle, elles trouvent un coffre correspondant à un trésor. Cinq trésors seront à trouver, ravivant les blessures de jeunesse de la jeune femme…

Lorsque l’on lit « Les carnets de Cerise », on sent bien l’aspect jeunesse créé par la narration : c’est fluide, simple et le suspense monte lentement. Mais on est surpris, lors du dénouement, d’être particulièrement touché par l’histoire. Le scénario, bien ficelé, nous amène tranquillement jusqu’à un point d’émotion bien maîtrisé. J’ai été particulièrement ému par cette histoire, toute en délicatesse et en bons sentiments.

La particularité de cette série est de proposer, justement, les carnets de Cerise. Ainsi, quand elle fait des gâteaux, elle nous livre la recette avec son écriture manuscrite, ses dessins et des photos. Cet aspect-là est vraiment réussi et permet d’intensifier le lien entre le lecteur et la bande de filles.

Concernant le dessin d’Aurélie Neyret, c’est assez formidable. À la fois un peu désuet (l’histoire se passant à Noël) et moderne, il possède la douceur nécessaire à l’histoire. La symbiose dessin/scénario est parfaite et la lecture des planches de ces « Carnets de Cerise » est un véritable plaisir visuel. Sans compter que la construction des planches est bien pensée et ne fait jamais dans la facilité.

LesCarnetsDeCerise3b

« Les carnets de Cerise », pour ce tome 3 dédié à Noël, est particulièrement touchant. C’est une preuve de plus qu’un ouvrage jeunesse peut dépasser son lectorat et toucher les petits et les grands. Un grand bravo aux deux auteurs !

coupdecoeur_new

avatar_belz_jol

note5

Little Tulip

LittleTulip


Titre : Little Tulip
Scénariste : Jérôme Charyn
Dessinateur : François Boucq
Parution : Novembre 2014


 « Little Tulip », à sa sortie, a fait couler beaucoup d’encre. Le one-shot, réalisé par Charyn (au scénario) et Boucq (au dessin), était décrit comme puissant, noir et formidablement dessiné. Paru dans la collection « Signé » au Lombard, le livre pèse pas moins de 84 pages. C’est la troisième collaboration des deux auteurs.

Paul est américain. Alors qu’il n’est qu’un enfant, sa famille émigre à Moscou où ils vont subir de plein fouet la révolution soviétique. Condamnés pour espionnage, ils sont envoyés au goulag en Sibérie. Séparé de ses parents, Paul va tenter de survivre, s’aidant de son seul atout : son talent de dessinateur. Il va obtenir des protections des gangs locaux en tant que tatoueur attitré.

Viscéral et puissant.

LittleTulip2C’est une histoire implacable qui se développe ici. L’humanité dans ce quelle a de plus animale. Viols, meurtres, domination… Tout y passe. On découvre le quotidien du camp, là où les prisonniers s’organisent en clans pour survivre et se dominer les uns les autres.

Parallèlement à l’histoire du goulag, on suit Paul à une époque plus contemporaine. Ainsi, on sait qu’il a survécu dès le départ et qu’il est revenu aux Etats-Unis. Cette partie constitue une sorte de polar, Paul aidant les policiers pour dessiner des portraits robots. Moins prenante que celle du goulag, elle reprend les thèmes du tatouage et de la vengeance.

Cet univers ultra-violent est soutenu par le dessin puissant de Boucq. Habitué à ces genres de thèmes (on pense à « Bouncer » par exemple), il a un véritable talent pour montrer l’être humain dans sa déchéance. Les corps sont particulièrement à l’honneur ici et son trait dynamique et rugueux marche à merveille. Il est heureux que Boucq sache si bien choisir ses scénaristes !

LittleTulip1

« Little Tulip » est un ouvrage puissant et viscéral qui ne fait jamais dans la demi-mesure. Dans ce livre, tout acte se fait dans le sang et l’épilogue ne peut être que vengeance. Un bel ouvrage de bande-dessinée, avec un dessin au diapason de son scénario.

avatar_belz_jol

note4

Aâma, T4 : Tu seras merveilleuse, ma fille

Aama4


Titre : Aâma, T4 : Tu seras merveilleuse, ma fille
Scénariste : Frederik Peeters
Dessinateur : Frederik Peeters
Parution : Octobre 2014


Aâma est l’une des séries de science-fiction les plus excitantes de ces dernières années. Scénarisée et dessinée par Frederik Peeters, elles mettent en scène un paumé, Verloc  Nim, qui part sur une planète déserte avec son frère. Sur cette planète, une expérience ultra-secrète a lieu. « Tu seras merveilleuse, ma fille » est le quatrième et dernier tome qui vient clore la série. Il est édité chez Gallimard et pèse une centaine de pages.

Si les deux premiers tomes se concentraient sur une SF classique, où les personnages découvraient le résultat d’une expérience qui dégénérait, le troisième opus prenait un virage onirique. Après avoir placé des fondements travaillés et cohérents, Frederik Peeters avait fait des choix scénaristiques discutables, abandonnant le réalisme au profit des questionnements métaphysiques. Ce quatrième tome continue dans cette voie.

Aama4b

Verloc Nim fusionne avec l’Aâma. Curieusement, il la contient suffisamment. Il devient une sorte de super être omniscient dont le seul but est de fusionner avec sa fille. Sans trop d’explication, Verloc Nim devient donc un être capable d’à peu près tout. Il bondit de partout, voit tout, entend tout… J’ai bien du mal à accrocher à ce genre de postulats un peu faciles. Quant aux réflexions psychologiques, elles sont déjà-vus depuis longtemps.

Un virage radical pour la fin de la série.

Ce terreau permet en revanche à Frederik Peeters de faire exploser sa maestria graphique. Quelques doubles pages viennent sublimer le livre et son trait reste toujours aussi puissant. Les scènes de combat et de vol, très (trop ?) nombreuses, montrent combien l’auteur maîtrise son dessin, le mouvement et le découpage.

L’ouvrage se concentrant uniquement sur Verloc Nim, il perd ainsi toute la puissance psychologique que la série avait, faisant vivre des personnages originaux et très bien travaillés. L’aspect psychologique se cantonne donc à des généralités, bien loin de ce à quoi on avait l’habitude dans la série.

Aama4a

Ce quatrième tome de « Aâma » est une vraie déception. L’auteur a pris un virage radical au troisième tome qu’il confirme ici. Si certains seront certainement conquis par ce livre, d’autres resteront clairement sur le bord du chemin, profitant des planches magnifiques de l’auteur sans vraiment y trouver un sens. Quel dommage ! 

avatar_belz_jol

note2

Djinn, T12 : Un honneur retrouvé – Jean Dufaux & Ana Mirallès

Djinn12


Titre : Djinn, T12 : Un honneur retrouvé
Scénariste : Jean Dufaux
Dessinateur : Mirallès
Parution : Décembre 2014


« Djinn » est une série à l’atmosphère particulière. Elle mêle intrigue politique et érotisme. Le scénario est l’œuvre du célèbre et efficace Jean Dufaux. Les dessins sont le fruit du travail d’Ana Mirallès. Le douzième tome, « Un honneur retrouvé » clôt le cycle indien des aventures de Jade. J’ai cru comprendre qu’il s’agirait également du dernier épisode de la série. Ce dernier opus, édité chez Dargaud, date de l’année dernière. Sa couverture nous fait découvrir l’héroïne nue. Son corps est maquillé et des bijoux ornent son visage. Elle regarde fixement le lecteur. Pour l’attirer dans ses filets ?

Une fin de cycle décevante.

Djinn12aLa révolte gronde en Inde. L’occupation anglaise n’est plus acceptée par le peuple. Radjah Sing est le meneur des révolutionnaires. Sa fille est promise au maharadjah. Chacun essaie d’avancer ses pions pour mener à bien leurs projets. Mais l’Histoire est peut-être en train de s’écrire dans le Pavillon des Plaisirs. C’est dans ce harem que Jade éduque la promise au souverain aux arts de son corps. Cela lui permettra de dominer son futur mari et de le rallier à son cause et à celle de son père…

Les deux actes précédents avaient fait naître bon nombre d’intrigues entremêlées. Les enjeux sont multiples. J’étais curieux de savoir comment les auteurs allaient démêler tout cela en une cinquantaine de pages. Je trouvais la dimension politique intéressante. Elle démarquait ce cycle des deux autres. « Le pavillon des plaisirs » avait posé des jalons intéressants. Par la suite, j’avais trouvé « Une jeunesse éternelle » plus décevant. La place occupée par Jade était également originale. Le fait d’assumer que les charmes d’une femme peuvent influencer fortement un homme puissant était pertinent. Cela offrait une corde narrative attrayante.

La dimension érotique de l’intrigue perd tout son intérêt au fur et à mesure du déroulement de la trame. Les scènes l’évoquant n’ont plus aucun autre intérêt que permettre à Ana Mirallès de dessiner ces corps en plein ébat. Leur apport à l’histoire est quasiment inexistant. Il est au plus anecdotique. Alors que cet aspect était présenté comme central au début du cycle, il est repoussé à un statut de folklore local. Je trouve cela dommage parce que cela fait disparaître le ton original de la série.

Djinn12b

Les arcanes politiques sont finalement bien moins mystérieux et complexes que je l’espérais. Finalement, le dénouement de l’histoire est bien complexe et alambiqué que souhaité. Il s’avère assez linéaire. Il se découvre sans réelle émotion ni attrait. La curiosité est réduite et n’excède pas la volonté de terminer quelque chose de commencer. La dimension mystique que vit Jade n’a pas d’autre intérêt que de justifier un lien avec le cycle africain de la saga. Rien de plus. Bref, l’ensemble est moyen et plutôt décevant.

gravatar_ericnote2