À bord de l’Étoile Matutine

aborddeletoilematutine


Titre : À bord de l’Étoile Matutine
Scénariste : Riff Reb’s
Dessinateur : Riff Reb’s
Parution : Mai 2009


En 2009, Riff Reb’s publie « À bord de l’Étoile Matutine », librement adapté du roman de Pierre Mac Orlan. C’est le début d’une trilogie d’adaptation de romans et nouvelles maritimes, dont le point d’orgue sera « Le loup des mers », ouvrage puissant, véritable chef d’œuvre à la beauté plastique évidente. Paru trois ans plus tôt, « À bord de l’Étoile Matutine » laissait-il présager un tel succès ? Le tout est publié chez Soleil, dans la collection Noctambule pour pas moins d’une centaine de pages. Continuer la lecture de « À bord de l’Étoile Matutine »

Le vent dans les saules, T4 : Foutoir au manoir

LeVentDansLesSaules4


Titre : Le vent dans les saules, T4 : Foutoir au manoir
Scénario : Michel Plessix
Dessin : Michel Plessix
Parution : Novembre 2001


« Le vent dans les saules » est une série animalière scénarisée et dessinée par Michel Plessix d’après le livre jeunesse du même nom écrit par Kenneth Grahame. A l’ombre des saules et au bord de la rivière, on suit la vie des animaux de la forêt : Taupe, Blaireau, Rat et l’impossible Crapaud… Le tout est édité chez Delcourt, pour une trentaine de pages par opus. Ce quatrième tome, intitulé « Foutoir au manoir », met fin à la série.  Continuer la lecture de « Le vent dans les saules, T4 : Foutoir au manoir »

Le vent dans les saules, T3 : L’échappée belle

LeVentDansLesSaules3


Titre : Le vent dans les saules, T3 : L’échappée belle
Scénariste : Michel Plessix
Dessinateur : Michel Plessix
Parution : Août 1999


Adaptation du roman de Kenneth Grahame, « Le vent dans les saules » est une série animalière scénarisée et dessinée avec brio par Michel Plessix. Faisant intervenir les petits êtres de la forêt, c’est un mélange réussi de poésie, d’humour et d’aventure incroyable. Après une introduction d’excellente facture, le deuxième tome transformait l’essai sans peine. Ce troisième opus, intitulé « L’échappée belle » verra-t-il la série continuer sur cette même lancée ? « Le vent dans les saules » est publié chez Delcourt et pèse une trentaine de pages par ouvrage.  Continuer la lecture de « Le vent dans les saules, T3 : L’échappée belle »

Le vent dans les saules, T2 : Auto, Crapaud, Blaireau

LeVentDansLesSaules2


Titre : Le vent dans les saules, T2 : Auto, Crapaud, Blaireau
Scénariste : Michel Plessix
Dessinateur : Michel Plessix
Parution : Janvier 1998


Après un premier déjà très réussi, Michel Plessix poursuit son adaptation du « Vent dans les saules », ouvrage jeunesse écrit par Kenneth Grahame. Nous avions alors découvert le monde des petits animaux de la forêt, au bord de la rivière. Nous étions surtout laissés en plein suspense. Rat et Taupe tapaient à la porte de Blaireau. Ce dernier allait-il se montrer ? Comme le premier tome, le tout fait une trentaine de pages et est publié chez Delcourt.  Continuer la lecture de « Le vent dans les saules, T2 : Auto, Crapaud, Blaireau »

Deux frères

DeuxFreres


Titre : Deux frères
Scénaristes : Fabio Moon & Gabriel Ba
Dessinateurs : Fabio Moon & Gabriel Ba
Parution : Mars 2015


Fabio Moon et Gabriel Ba s’étaient fait connaître dans nos contrées grâce à « Daytripper », un livre construit autour d’histoires courtes. Les deux jumeaux, qui scénarisent et dessinent à quatre mains, reviennent en force avec « Deux frères », l’adaptation de l’œuvre de Milton Hatoum. C’est donc un roman graphique de plus de 200 pages en noir et blanc qui nous est proposé chez Urban Comics dans la collection Urban Graphic. Continuer la lecture de « Deux frères »

Le vent dans les saules, T1 : Le bois sauvage

LeVentDansLesSaules1


Titre : Le vent dans les saules, T1 : Le bois sauvage
Scénariste : Michel Plessix
Dessinateur : Michel Plessix
Parution : Octobre 1996


J’ai découvert un jour « Le vent dans les saules » dans la demeure familiale. Depuis, ma vie en a été changée… Adaptée du roman jeunesse éponyme de Kenneth Grahame (que je n’ai jamais lu), cette série scénarisée et dessinée par Michel Plessix, dont je ne connaissais alors pas le travail. Parue chez Delcourt, cette série a vu quatre tomes sortir, plus cinq autres qui lui font suite. C’est avec « Le bois sauvage » que l’histoire commence.

« Le vent dans les saules » narre l’histoire d’animaux de la forêt. Il y a Rat, le poète, Taupe, l’ingénu, Crapaud le baron local, Blaireau le taciturne… Tout cela se passe dans une ambiance paisible au bord de la rivière. Paisible ? Non ! Crapaud et ses lubies entraîne ce monde dans des aventures pas piquées des vers !

La narration du « Vent dans les saules » est articulée selon des chapitres. C’est ici trois chapitres d’une dizaine de pages qui nous sont proposés, soit un total de seulement trente pages. Pourtant, à la fermeture de l’ouvrage, l n’y a aucun risque de se sentir floué par la faible pagination ! Chaque chapitre raconte une anecdote, qui possède sa propre indépendance. Mais évident, au fur et à mesure, les personnages se dévoilent. Mais quel plaisir de voir Rat dire qu’il présentera Blaireau prochainement et de voir ce personnage apparaître au chapitre suivant.

Une atmosphère douce et poétique

La force du « Vent dans les saules » est de présenter une véritable aventure tout en semblant être purement contemplatif. Ainsi, nombreuses sont les cases muettes, uniquement accompagnées par la narration complice de l’auteur. Pas question de plonger dans les péripéties, tout cela se fait tranquillement et sereinement. On se sent happé par l’atmosphère de l’ouvrage ou personne ne va travailler et où l’on écrit des vers au bord de la rivière…

Cette atmosphère douce et poétique est magnifiée par le dessin splendide (virtuose ?) de Michel Plessix. Ses animaux sont plus vrais que nature. Quant à cette fameuse nature, elle est merveilleusement retranscrite, les couleurs à l’aquarelle lui rendant particulièrement honneur. De plus, l’auteur varie les vues, du plan large au gros plan avec le même talent. Et malgré cette envie de contempler qui nous prend subitement, les personnages gardent un dynamisme certain. Plus qu’un coup de cœur, le dessin de Plessix est ici une révélation. Et si ce n’était pas suffisant, l’auteur s’amuse à ajouter nombre de détails dans ses cases. Invisibles au premier abord, il donne à la seconde lecture un souffle d’autant plus fort, l’auteur créant presque un jeu, du moins une complicité, avec le lecteur.

Ce premier tome du « Vent dans les saules » est déjà une œuvre majeure. Dessin, univers, narration et personnages forment un tout remarquablement cohérent et d’une poésie incroyable. Ne vous fiez pas à l’esprit « petits animaux » qui donnent l’impression d’une bande-dessinée pour enfant. Mettre un pied au bord de la rivière avec Michel Plessix, c’est ne plus vouloir la quitter. Un chef d’œuvre !

coupdecoeur_new

avatar_belz_jol

note5

Le jardin de minuit – Edith

LeJardinDeMinuit


Titre : Le jardin de minuit
Scénariste : Edith d’après Philippa Pearce
Dessinatrice : Edith
Parution : Avril 2015


« Le jardin de minuit » est un roman jeunesse écrit par Philippa Pearce que je ne connaissais pas. Une première approche m’est proposée par Edith, qui adapte le livre en bande-dessinée dans un one-shot d’une petite centaine de pages. Le tout paraît dans l’excellente collection Noctambule chez Soleil.

Tom est triste. Son frère Peter a attrapé la rougeole et est contagieux. Pour éviter qu’il l’attrape également, Tom est envoyé deux semaines en vacances chez son oncle et sa tante, dans une maison transformée en appartements. Interdiction de sortir (au cas où il incube), barreaux aux fenêtres, voisine irascible… Tom déprime. Mais c’était avant de s’apercevoir que la grande horloge du rez-de-chaussée sonnait treize coups à minuit et de découvrir un jardin extraordinaire.

Une histoire d’amitié entre deux enfants.

LeJardinDeMinuit1« Le jardin de minuit » est une histoire d’amitié entre deux enfants, d’où son étiquetage jeunesse. Le personnage principal, Tom, sur qui tout est centré est jeune, mais impétueux. On suit son histoire, qu’il raconte par lettres à son frère Peter. L’adaptation d’Edith se devait de retranscrire les deux ambiances de l’histoire. D’un côté, un quotidien morne, gris et ennuyeux. De l’autre, de beaux jardins victoriens baignés de lumière.

Le charme opère dans cet ouvrage. Un charme suranné, un brin nostalgique (le roman date des années 50), mais les personnages sont attachants. Sans vraiment arriver à sortir du carcan « jeunesse » avec son adaptation, Edith parvient à embarquer le lecteur. Peu de suspense réel, puisque les mécanismes sont connus dans ce genre de récit (peur de rester bloqué dans l’autre monde, peur de ne plus pouvoir y aller, etc.)

C’est le trait d’Edith (que je n’avais encore jamais lu) qui m’a décidé à acquérir l’ouvrage. Ses personnages en rondeur sont très attachants. Sous un aspect assez simple, le dessin se révèle riche et doté d’une narration fluide et maîtrisée. Et que dire des couleurs qui subliment le trait sans peine, variant les ambiances selon les besoins du moment.

LeJardinDeMinuit2

Avec sa pagination important, son côté « beau livre », « Le jardin de minuit » risque d’avoir du mal à cibler son public. Avec une histoire qui reste orientée jeunesse, il vous faudra avoir gardé votre âme d’enfant pour ne pas tiquer au scénario et pour arriver à entrer pleinement dans l’histoire. C’était mon cas et je ne l’ai pas regretté.

avatar_belz_jol

note4

Le loup des mers – Riff Reb’s

LeLoupDesMers


Titre : Le loup des mers
Scénariste : Riff Reb’s
Dessinateur : Riff Reb’s
Parution : Novembre 2012


Les récits de piraterie ont toujours exercé une forme de fascination auprès du lectorat. La rudesse des hommes, la nature impitoyable et la mer, à perte de vue. Ainsi, alors que le sujet avait poussé Jack London à écrire un roman sur le sujet, Riff Reb’s s’empare de l’histoire de ce dernier pour la mettre en images. N’ayant pas lu le roman dont il est question, je me garderai de toute comparaison. Le livre, présenté sous un format comics, pèse pas moins de 130 pages et est publiée dans la collection Noctambule aux éditions Soleil.

L’histoire commence alors que Humphrey Van Weyden prend le bateau pour rejoindre l’un des ses amis. L’homme est un gentleman, critique littéraire de métier. Seulement, le voyage tourne court suite à une mauvais grain entraînant un naufrage dramatique pour l’homme. Ce dernier est recueilli alors par Loup Larsen, un pirate qui enrôle l’homme de force comme mousse.

Un lien fait de haine et de fascination.

On suit alors la survie d’Humphrey à bord du navire. Là-dessus, rien de nouveau sous les tropiques. D’abord trop fragile, il va finir par s’aguerrir, se faire des alliés et monter dans la hiérarchie. Son côté intellectuel plaît à Loup Larsen qui, sous ses dehors cruels, possède une culture des plus impressionnantes. Un lien se crée entre les deux hommes, fait de haine et de fascination. Clairement, c’est là-dessus que le livre propose toute sa force. Le sujet est traité avec subtilité. Les changements d’attitude des personnages entre eux sont finement amenés, jusqu’au bout de l’aventure.

LeLoupDesMers2Cependant, outre les relations humaines, on est pris d’empathie pour Humphrey et le véritable suspense de l’ouvrage est ici : pourra-t-il se soustraire de Loup Larsen ? Une quête qui paraît impossible tant le capitaine possède un côté surnaturel exacerbé par son charisme. Si bien que le lecteur tombe aussi sous le charme de ce personnage fort et atypique.

La construction de l’ouvrage est basé essentiellement sur une narration omniprésente qui cite, je le suppose, des passages du livre. On lit donc l’histoire racontée par Humphrey. Le livre est constitué de dix-sept chapitres agencés chronologiquement.

Graphiquement, Riff Reb’s frappe très fort. Mélange de différentes techniques, son graphisme est simplement splendide. Outre ses personnages, aux attitudes fortes, c’est dans la représentation de la mer qu’il explose littéralement. Plus les scènes semblent difficiles à dessiner, plus elles sont réussies. Les tempêtes sont ainsi magistralement rendues. Le tout est colorisé de façon monochrome, chaque chapitre possédant sa propre couleur. Un choix payant tant l’ouvrage est fort sur ce point-là. Outre la dureté du propos, Riff Reb’s accentue le tout avec un dessin à la fois personnel et puissant. Du grand art.

LeLoupDesMers1

Si le sujet du « Loup des mers » n’est pas vraiment original, il faut avouer qu’il est traité ici avec beaucoup d’intensité. Doté d’une narration fluide et d’un graphisme splendide, on dévore ce livre de la première à la dernière page, se prenant régulièrement des claques devant le talent de l’auteur. A lire absolument !

coupdecoeur_new

avatar_belz_jol

Note : 18/20

Hommes à la mer – Riff Rebs

HommesALaMer


Titre : Hommes à la mer
Scénariste : Riff Reb’s
Dessinateur : Riff Reb’s
Parution : Octobre 2014


Riffs Reb’s a frappé fort avec ses adaptations littéraires maritimes « A bord de l’étoile matutine » et « Le loup des mers ». Le voilà qui referme ce triptyque avec « Hommes à la mer ». Ce n’est pas un roman qui est cette fois adapté, mais huit nouvelles. On y voit passer Edgar Allan Poe, Robert Louis Stevenson, Jack London, Pierre Mac Orlan… Le tout est publié chez Soleil, dans la collection Noctambule pour plus de 100 pages.

Le fait de choisir des nouvelles d’auteurs différents est à la fois un défaut et une qualité. Ainsi, les styles sont très différents, aussi bien au niveau littéraire (que l’on retrouve dans les narrations) que dans les sujets (même si la mer reste évidemment le dénominateur commun). Du coup, le lecteur est un peu remué entre nouvelles fantastiques, d’humour noir ou tragiques. Même chose pour les ambiances qui nous font passer du Pôle Sud aux Caraïbes en passant par les côtes norvégiennes.

Une diversité des thèmes maritimes.

HommesALaMer1Cette diversité permet au lecteur de profiter de différentes facettes du récit de la mer. Ainsi, certaines nouvelles font la part belle aux dialogues et au vocabulaire des marins. D’autres ne sont faits que d’une narration accompagnant les dessins de l’auteur. Ainsi, immanquablement, le lecteur sera transporté par certains passages et beaucoup plus indifférent à d’autres. Ce manque de cohérence (et non de qualité) est dommageable.

Au-delà de ces réserves, on retrouve tout le talent de l’auteur. Graphiquement, c’est splendide. Impossible de rester indifférent devant ces planches où les éléments se déchaînent. Riff Reb’s excelle aussi bien dans les décors de côtes déchirés, dans la représentation de la mer en tant que tel que dans les gueules de ses marins. C’est une véritable claque visuelle qui nous est proposé avec un auteur en pleine possession de ses moyens. Les ouvrages de ce triptyque sont parmi les plus impressionnants que j’ai pu lire.

En plus du trait, c’est l’ambiance qui est formidable. Colorisant les cases en monochrome (plus rarement en bichromie), Riffs Reb’s renforce l’atmosphère. Chaque nouvelle possède ainsi sa couleur (comme chaque chapitre possédait sa couleur précédemment). Mais le trait derrière est riche et la mise en scène formidable. Riff Reb’s est bien au-delà de la simple illustration, la variation des plans et la fluidité de l’ensemble sont toujours au rendez-vous.

HommesALaMer2

« Hommes à la mer » conclue donc ce triptyque marin de haute volée. Moins percutant puisque basé sur plusieurs nouvelles, il n’en reste pas moins intéressant de par la variété des histoires proposées. Si vous avez succombé au charme et à la puissance des histoires maritimes de Riff Reb’s, il n’y a pas à hésiter.

avatar_belz_jol

Note : 15/20

 

Le journal de Jules Renard lu par Fred – Fred

LeJournalDeJulesRenard


Titre : Le journal de Jules Renard lu par Fred
Scénariste : Fred
Dessinateur : Fred
Parution originale : Avril 1988
Réédition : Janvier 2014


Jules Renard est un écrivain français décédé il y a un petit peu plus d’un siècle. Son Journal est un de ses œuvres majeures. Rédigé entre 1887 et 1910, il a été édité à titre posthume en 1925. Je ne l’ai jamais lu. Il n’est donc pas directement le sujet de ma critique d’aujourd’hui. En effet, l’album que j’évoque aujourd’hui m’a attiré par le nom de son auteur, Fred. Cet écrivain est le créateur de Philémon, œuvre majeure à mes yeux du neuvième art. Le brillant créateur est décédé l’année dernière. Sa disparition a donné lieu à bon nombre de rééditions d’œuvres anciennes nées de sa plume.

LeJournalDeJulesRenard1« Le Journal de Jules Renard lu par Fred » date de 1988. L’opus que je me suis procuré est paru en janvier dernier chez Dargaud. Il se démarque de son prédécesseur par le fait qu’il ait été mise en couleur par Isabelle Cochet. Il s’agit d’un très bel objet. La texture de la couverture ou l’épaisseur des pages participent pleinement au plaisir de la lecture et incite fortement à s’y plonger. Il se compose de cinquante-quatre planches. François Morel préface cet ouvrage.

Chaque planche peut se lire indépendamment.

La trame se construit à travers le dialogue de Jules Renard avec un corbeau. Ils échangent au cours d’une balade qui débute à la première page et se clôt à la dernière. Malgré cette continuité narrative, chaque planche peut se lire indépendamment. Elle se conclut toute de la même manière : Renard et le corbeau s’éloignent vers l’horizon en offrant une morale ou une vérité. La force de cette construction est d’offrir une densité de lecture importante. Il n’y a aucun temps mort. Les périodes de transition sont proscrites. Ce bouquin peut se dévorer d’une traite ou au contraire se déguster par petites bouchées au hasard des pages et des moments.

LeJournalDeJulesRenard2Le texte est issu du Journal de Jules Renard. Si je ne le savais pas, je n’aurais eu aucun mal à imaginer que ces mots sont nés dans l’esprit de Fred. En effet, le ton et la profondeur des propos coïncident parfaitement avec ceux qui habitent habituellement les productions du talentueux auteur de bandes dessinées. L’heure n’est pas à la rigolade. La dépression et le fatalisme sont davantage de sortie. Malgré cela, la lecture est agréable et prenante. Je suis totalement conquis par l’atmosphère qui transpire de cette balade champêtre au milieu de nulle part. Le travail graphique permet un dépaysement qui place le lecteur dans les conditions optimales pour savourer le contenu des bavardages entre cet homme et ce corbeau. Les planches sont un plaisir pour les yeux. S’immerger à nouveau dans l’univers pictural de Fred est un vrai bonheur.

Quasiment l’intégralité de l’espace est occupée par les deux protagonistes principaux. Ils ne croisent presque personne au cours de leurs pérégrinations à la campagne. Ce sentiment d’être coupé du monde ou de voir la réalité en suspens intensifie leurs propos. La force des mots attise alors la curiosité et incite le lecteur à s’investir complètement dans sa lecture. De plus, la densité des déclarations faites par l’homme ou le volatile fait qu’une relecture est presque aussi riche qu’une première découverte.

Au final, cet opus est une belle réussite. J’ai pris énormément de plaisir à le lire et n’hésiterai pas à m’y plonger à nouveau à l’occasion. Malgré le côté linéaire de sa narration, il ne manque pas d’aspérités et ne laisse pas indifférent bon nombre de fois. Je suis ravi qu’il trouve sa place dans ma bibliothèque et ne peut que vous inciter à partir à sa rencontre…

gravatar_eric

Note 15/20