Kobane calling


Titre : Kobane calling
Scénariste : Zerocalcare
Dessinateur : Zerocalcare
Parution : Septembre 2016


Dire que Zerocalcare est un auteur que je connaissais serait mentir. L’Italien, habitué aux anecdotes autobiographiques, restait inconnu au bataillon. La publication de son roman graphique « Kobane calling » l’a mis sur le devant de la scène. Aller en Syrie à deux pas de Daech pour en faire un récit, voilà qui ne manquait pas de courage… et d’intérêt pour le lecteur ! Le tout pèse quand même 250 pages et est publié chez Cambourakis. Continuer la lecture de « Kobane calling »

Les ignorants


Titre : Les ignorants
Scénariste : Étienne Davodeau
Dessinateur : Étienne Davodeau
Parution : Octobre 2011


Étienne Davodeau, passé maître en la matière de la chronique sociale provinciale, propose un projet à son ami Richard Leroy, un vigneron : raconter en bande-dessinée son travail. Mais le projet est à double entrée : le vigneron devra lui aussi apprendre le métier de bédéaste. Un échange, entre ignorants et deux mondes différents. Le tout est publié chez Futuropolis pour plus de 200 pages de dialogues didactiques ! Continuer la lecture de « Les ignorants »

Carnets de thèse


Titre : Carnets de thèse
Scénariste : Tiphaine Rivière
Dessinatrice : Tiphaine Rivière
Parution : Mars 2015


Passé par une thèse (dont elle n’a visiblement pas vu le bout), Tiphaine Rivière change de voie et nous propose « Carnets de thèse », un livre à charge contre le système doctoral en lettres. Au travers de Jeanne, elle narre son expérience : la difficulté de travailler seule, de ne pas être rémunérée, d’être considérée… Ce pavé de 200 pages est paru aux éditions du Seuil. C’est une adaptation du blog « Le bureau 14 de la Sorbonne ». Continuer la lecture de « Carnets de thèse »

Auschwitz


Titre : Auschwitz
Dessinateur : Pascal Croci
Scénariste : Pascal Croci
Parution : Septembre 2000


Lorsque l’on connaît l’œuvre de Pascal Croci, il n’est pas étonnant qu’il se soit lancé dans « Auschwitz ». Son dessin s’y prête parfaitement. Cela restant un sujet délicat, l’auteur s’est beaucoup documenté afin d’éviter de raconter n’importe quoi. En effet, si « Auschwitz » est basé sur des témoignages, cela reste une fiction. Le livre pèse près de 80 pages et est publié chez Emmanuel Proust. Continuer la lecture de « Auschwitz »

Rural !


Titre : Rural !
Scénariste : Etienne Davodeau
Dessinateur : Etienne Davodeau
Parution : Mai 2001


Etienne Davodeau est aujourd’hui une des références du reportage en bande-dessinée. Il a démarré à travailler cet aspect documentaire sur « Rural ! » en 2001. Il décide de suivre trois paysans pendant une année et de retranscrire leur quotidien, leurs problèmes et leurs aspirations. La démarche, surtout à l’époque, n’est pas simple. Davodeau se sent obligé d’écrire un avant-propos devant l’aspect original de son ouvrage. « Une chose est sûre : c’est de la bande-dessinée ». Et s’embrayer sur : « je ne connais pas de raison pour le limiter à la fiction ». Il y explique également qu’il n’y ait pas objectif et assume parfaitement cette idée. L’ouvrage fait pas moins de 140 pages et est publié chez Delcourt.  Continuer la lecture de « Rural ! »

La Communauté, T1 & T2

lacommunaute1


Titre : La Communauté, T1 et T2
Scénaristes : Yann Benoît & Hervé Tanquerelle
Dessinateur : Hervé Tanquerelle
Parution : Mai 2008 – Janvier 2010


« La Communauté » est une bande-dessinée retraçant des entretiens entre Hervé Tanquerelle et son beau-père Yann Benoît. En effet, ce dernier avait participé à la fondation d’une communauté à la suite des évènements de mai 68. Avec ces deux pavés pesant 340 pages, Tanquerelle raconte en détail l’histoire de cette initiative à  travers les yeux de Yann, de l’avant 68 jusqu’à la fin de l’aventure. Le premier tome parle des débuts de la communauté jusqu’à son apogée. La deuxième partie traite avant tout des problèmes liés à cette réussite, le quotidien et la chute inévitable.  Continuer la lecture de « La Communauté, T1 & T2 »

Nous n’irons pas voir Auschwitz

NousNIronsPasVoirAuschwitz


Titre : Nous n’irons pas voir Auschwitz
Scénariste : Jérémie Dres
Dessinateur : Jérémie Dres
Parution : Septembre 2011


Prenez un peu de documentaire saupoudré d’autobiographie, un sujet grave, ajoutez le mot « Auschwitz » dans le titre, mélangez le tout et vous obtenez « Nous n’irons pas voir Auschwitz ». Première bande-dessinée de Jérémie Dres, elle est publiée chez Cambourakis pour plus de 200 pages sur la communauté juive de Pologne. Continuer la lecture de « Nous n’irons pas voir Auschwitz »

Mon ami Dahmer

MonAmiDahmer


Titre : Mon ami Dahmer
Scénariste : Derf Backderf
Dessinateur : Derf Backderf
Parution : Février 2013


Mon ami Dahmer est un ouvrage dont la sortie en mars dernier n’a pas laissé les bédéphiles indifférents. Edité chez Ca et Là, il est l’œuvre de l’auteur américain Derf Backderf. Il se compose d’environ deux cents pages. Son prix avoisine vingt euros. Mais ce ne sont pas ses caractéristiques administratives qui ont fait sortir ce bouquin du lot mais sa thématique. Le personnage qui donne son titre au livre est un célèbre tueur en série. Il se révèle que Backderf l’a côtoyé au lycée. Son point de vue narratif s’avère donc intéressant et original. C’est pour cette raison et pour avoir lu nombre de critiques élogieuses que j’ai décidé de découvrir cet album finalement assez unique dans son genre… Continuer la lecture de « Mon ami Dahmer »

Shenzhen

shenzhen


Titre : Shenzhen
Scénariste : Guy Delisle
Dessinateur : Guy Delisle
Parution : Avril 2000


Avec ses quatre carnets de voyage, Guy Delisle a fini par obtenir un prix à Angoulême pour « Chroniques de Jérusalem ». Mais tout a commencé à 2000 avec Shenzhen, où il relate son expérience en Chine, dans la ville de Shenzhen. Si Guy Delisle a visité des pays très différents (Chine, Corée du Nord, Birmanie, Israël), il en récupère à chaque fois tout ce qui en fait le décalage culturel. En passant plusieurs mois sur place, il s’approprie réellement la vie locale. Le tout est publié à L’Association pour 150 pages de décalage culturel.

À l’époque, Guy Delisle travaille dans l’animation. Cette dernière étant délocalisée en Asie (en Chine donc, puis en Corée du Nord), il part superviser les équipes locales et vérifier que les plans sont correctement faits. C’est l’occasion d’un premier choc culturel sur la façon de travailler des Chinois…

Le Lost in translation de la bande-dessinée

shenzhen1L’autre partie est bien évidemment le choc culturel avec le pays. La Chine n’est pas le pays le plus ouvert du monde et les problèmes de passages dans certaines zones le montre bien. Mais surtout, la langue est un vrai souci. Peu de chinois parlent anglais et beaucoup le parlent très mal. Guy Delisle est donc souvent dans l’incapacité de communiquer et passent des week-ends seuls… Sur ce point, on ressent parfaitement le côté « Lost in translation ». Seul membre occidental à être venu sur place, il est très isolé. De plus, la Chine ne propose pas réellement de moyen de se réunir entre expats.

La force des carnets de voyage de Guy Delisle est de ne pas chercher à écrire un documentaire détaillé sur son expérience. Il dit ce qu’il voit, ce qui le choque, sans chercher à appuyer sur l’aspect politique des choses. C’est le lecteur qui, guide subtilement, se fait son opinion. L’auteur exprime un ressenti et ne cherche pas à nous le présenter comme une vérité objective.

Concernant le dessin, l’auteur opte pour un dessin plus fouillé que ce qu’il produira par la suite. Le trait reste simple, mais la colorisation en niveaux de gris apporte de la matière. C’est expressif et plutôt réussi comme choix graphique. Et plutôt adapté à la saleté de la Chine décrite par le livre.

« Shenzhen » est une réussite. Guy Delisle trouve vite son ton. Son carnet de voyage, sous forme d’anecdotes, passionne. On s’intéresse autant aux péripéties de Guy qu’au pays en lui-même. Un subtil équilibre que l’auteur saura garder à chacun de ses bouquins.

avatar_belz_jol

note4

Chroniques de Jérusalem

ChroniquesDeJerusalem


Titre : Chroniques de Jérusalem
Scénariste : Guy Delisle
Dessinateur : Guy Delisle
Parution : Novembre 2011


Guy Delisle a imposé son style dans ses livres de voyage. Après la Chine, la Corée du Nord et la Birmanie, le voilà qui arrive en Israël, à Jérusalem. Publié comme le précédent aux éditions Delcourt, dans la collection Shampooing, l’auteur canadien a su bonifier son trait et sa narration au point que ce « Chroniques de Jérusalem » obtienne le prix du meilleur album au Festival International de Bande-Dessinée d’Angoulême en 2012 ! Alors, qu’en est-il ? Ce prix est-il mérité ?

Le terme de « chroniques » est parfaitement adapté car nous allons avoir droit ici à de nombreuses anecdotes et morceaux de vie. Pas question de créer une longue narration. Si bien que malgré le nombre de pages importants (plus de 300 !), le livre se lit très agréablement, la lecture pouvant s’arrêter à tout moment sans problème. Guy Delisle suit donc sa femme, qui travaille à Médecins Sans Frontières, en Israël. Ils s’installent à Jérusalem Est (côté arabe) et l’auteur reprend son activité de père au foyer. Pendant que sa femme s’active, il s’occupe de son enfant. L’idée est de trouver de quoi tromper l’ennui. Le jardin d’enfant est, entre autres, une des grandes quêtes du canadien.

Un regard plus affûté

Évidemment, l’aspect touristique est vite présent. Guy Delisle visite le pays (ou du moins les environs) avec sa candeur habituelle. Il évite tout jugement (même si celui-ci transparaît) et note avant tous les incohérences et ce qui le choque de visu. Ainsi, voir des fusils d’assaut régulièrement le laisse perplexe… L’appel à la prière le fait sursauter…  Tout est raconté de façon chronologique. Ainsi, dans la seconde moitié, la surprise est moins présente chez l’auteur. Le regard se fait plus affûté, bien que toujours sans présenter ses opinions.

Si Delisle avait l’habitude des pays assez fermés, ce n’est pas le cas ici. Israël est une démocratie et il est donc beaucoup plus libre de ses mouvements. Du coup, il pénètre bien plus dans l’esprit du pays que dans les autres livres. Son autonomie lui permet de toucher du doigt plus d’incohérences. Car c’est le véritable sujet du livre : Israël est présenté comme un pays complètement absurde. C’en est souvent risible, mais malheureusement aussi inquiétant. L’auteur met le doigt sur des comportements et des usages complètement improbables. Il y présente un pays où des populations vivent ensemble sans se croiser ou se parler. C’est un véritable apartheid en pleine démocratie. A cela s’ajoute les communautés religieuses les plus orthodoxes du monde… On devine alors une Jérusalem multiple, mais surtout divisée.

Au niveau du dessin, Guy Delisle a affiné son trait. C’est simple mais efficace et la narration se fait avec beaucoup de fluidité. Cette fois-ci, la couleur a plus d’importance. Le tout est souvent colorisé de façon monochrome, mais chaque couleur a un sens. Cela facilite la lecture. Quelques touches de couleurs sont ajoutés afin d’enrichir le tout (souvent en renforçant un effet, comme une explosion par exemple). Clairement, graphiquement, l’auteur progresse et propose un résultat de plus en plus abouti. 

« Chroniques de Jérusalem » est une grande réussite. Difficile d’être indifférent à ce qui y est raconté. Et en présentant le tout de façon factuel, Guy Delisle donne à son ouvrage une certaine universalité, si bien que l’on dévore le livre, allant de surprise en surprise. Un must du carnet de voyage !

coupdecoeur_new

avatar_belz_jol

note5