Le jardin de minuit – Edith

LeJardinDeMinuit


Titre : Le jardin de minuit
Scénariste : Edith d’après Philippa Pearce
Dessinatrice : Edith
Parution : Avril 2015


« Le jardin de minuit » est un roman jeunesse écrit par Philippa Pearce que je ne connaissais pas. Une première approche m’est proposée par Edith, qui adapte le livre en bande-dessinée dans un one-shot d’une petite centaine de pages. Le tout paraît dans l’excellente collection Noctambule chez Soleil.

Tom est triste. Son frère Peter a attrapé la rougeole et est contagieux. Pour éviter qu’il l’attrape également, Tom est envoyé deux semaines en vacances chez son oncle et sa tante, dans une maison transformée en appartements. Interdiction de sortir (au cas où il incube), barreaux aux fenêtres, voisine irascible… Tom déprime. Mais c’était avant de s’apercevoir que la grande horloge du rez-de-chaussée sonnait treize coups à minuit et de découvrir un jardin extraordinaire.

Une histoire d’amitié entre deux enfants.

LeJardinDeMinuit1« Le jardin de minuit » est une histoire d’amitié entre deux enfants, d’où son étiquetage jeunesse. Le personnage principal, Tom, sur qui tout est centré est jeune, mais impétueux. On suit son histoire, qu’il raconte par lettres à son frère Peter. L’adaptation d’Edith se devait de retranscrire les deux ambiances de l’histoire. D’un côté, un quotidien morne, gris et ennuyeux. De l’autre, de beaux jardins victoriens baignés de lumière.

Le charme opère dans cet ouvrage. Un charme suranné, un brin nostalgique (le roman date des années 50), mais les personnages sont attachants. Sans vraiment arriver à sortir du carcan « jeunesse » avec son adaptation, Edith parvient à embarquer le lecteur. Peu de suspense réel, puisque les mécanismes sont connus dans ce genre de récit (peur de rester bloqué dans l’autre monde, peur de ne plus pouvoir y aller, etc.)

C’est le trait d’Edith (que je n’avais encore jamais lu) qui m’a décidé à acquérir l’ouvrage. Ses personnages en rondeur sont très attachants. Sous un aspect assez simple, le dessin se révèle riche et doté d’une narration fluide et maîtrisée. Et que dire des couleurs qui subliment le trait sans peine, variant les ambiances selon les besoins du moment.

LeJardinDeMinuit2

Avec sa pagination important, son côté « beau livre », « Le jardin de minuit » risque d’avoir du mal à cibler son public. Avec une histoire qui reste orientée jeunesse, il vous faudra avoir gardé votre âme d’enfant pour ne pas tiquer au scénario et pour arriver à entrer pleinement dans l’histoire. C’était mon cas et je ne l’ai pas regretté.

avatar_belz_jol

note4

Le grand méchant renard – Benjamin Renner

LeGrandMechantRenard


Titre : Le grand méchant renard
Scénariste : Benjamin Renner
Dessinateur : Benjamin Renner
Parution : Janvier 2015


 

Sous le nom de Reineke, Benjamin Renner avait publié un ouvrage des plus sympathiques, « Un bébé à livrer ». Ce livre faisait intervenir les animaux de basse-cour dans une histoire rocambolesque pleine de rebondissements. À l’occasion de Noël, l’auteur avait proposé sur son blog une nouvelle histoire où, cette fois, les animaux essayaient de sauver les fêtes de fin d’année après avoir exécuté (pensaient-ils…) le Père Noël… « Le grand méchant renard », paru dans la collection Shampooing, reprend les personnages déjà connus mais peut être lu indépendamment du reste. Comme son nom l’indique, le personnage principal est ici le renard. Le tout pèse quand même plus de 180 pages.

Dans cette histoire, le renard ne fait peur à personne, au grand dam de l’intéressé. Il vient à la ferme tous les jours, essayant de récupérer une poule, mais se fait martyriser en permanence. Si bien que plus personne ne fait vraiment attention à lui. Afin de manger enfin du poulet, il décide de voler des œufs. Car, après tout, qu’y a-t-il de plus inoffensif qu’un poussin ? Bien évidemment, rien ne va se passer comme prévu.

Un ouvrage destiné autant aux publics jeunesse et adulte.

LeGrandMechantRenard1Le style de Benjamin Renner se caractérise par une succession d’actions. Chaque décision en amène une autre, enfonçant le personnage de plus en plus dans son trou. Son personnage de renard est complètement dépassé par les événements, les subissant en permanence. Cela crée une empathie évidente et l’humour de l’auteur fonctionne à plein. On sourit en permanence, l’histoire ne faisant que peu de pauses dans les péripéties de notre goupil.

Benjamin Renner réussit la difficile tâche de créer un ouvrage aussi bien destiné aux adultes qu’à un public plus jeunesse. Le tout est bon enfant, jamais vulgaire ou violent. Il joue sur les codes classiques du conte pour enfant (rien que le titre est assez évocateur !), mais son traitement humoristique touche les adultes sans problème.

Concernant le dessin, difficile de passer à côté du découpage très dessin animé (qui explique la forte pagination de l’ouvrage). Venant de l’animation, Benjamin Renner décompose les mouvements à merveille. Malgré tout, l’abondance de cases lui permet aussi de caler les nombreux dialogues présents. Au niveau du dessin proprement dit, je suis un grand fan. Le trait est vif, lâché avec dynamisme sur le papier et rehaussé d’aquarelle. Une belle maîtrise d’un style animalier où chaque animal est bien identifié avec peu de traits. Symbole de cette clarté dans la simplicité : cette case où le renard imite les mimiques du loup avec brio !

LeGrandMechantRenard2

« Le grand méchant renard » est un ouvrage bon enfant qui vous fera sourire et rire tout au long de ses pages. On est pris dans l’histoire, plein d’empathie pour ce pauvre renard qui voudrait être craint mais qui apprendra finalement qu’il vaut peut-être mieux être aimé…

avatar_belz_jol

Note : 16/20