Geek war


Titre : Geek war, Le conflit des générations
Scénariste : Mo/CDM
Dessinateur : Mo/CDM
Parution : Mars 2013


Mon père s’est vu offrir Geek War – Le conflit des générations pour la dernière fête des Pères. J’ai donc eu récemment l’occasion de découvrir cet ouvrage au titre curieux. Il est l’œuvre de Mo-Cdm, auteur qui m’était jusqu’alors inconnu. Le bouquin est édité chez Fluide Glacial. Il se compose d’environ soixante-dix pages et son prix est quatorze euros. La couverture nous présente un zoom fort sur le visage d’un homme âgé. Il met une cigarette à sa bouche. Dans le reflet de ses lunettes, on devine un jeune ado correspondant au cliché du geek dépourvu de vie sociale. Cette illustration intrigue et pose des jalons particulièrement flous quant au contenu de l’album.

Détourner les codes des zombies.

« 2018 : les jeunes se révoltent et prennent le pouvoir. 2022 : les séniors tentent de survivre. » Voilà les mots qui occupent le haut de la couverture. Je les trouve particulièrement bien écrits dans le sens où ils attisent la curiosité. Je trouve que ces deux phrases dégagent une réelle originalité scénaristique. Se plonger dans une guerre entre les anciens et les jeunes présagent un programme haut en couleur.

En découvrant les premières pages, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Rapidement, je découvre la structure narrative de l’histoire. Elle est découpée en chapitre contant chacun une aventure vécue par les seniors dans leur lutte pour survivre. Néanmoins, chaque « mission » n’est pas indépendante des autres. Il existe un réel fil conducteur à toutes ses anecdotes. D’ailleurs les protagonistes restent les mêmex tout au long de l’album.

 

L’histoire nous est contée à travers les yeux de Dédé qu’on suppose être un élément moteur de la résistance des seniors. Il apparaît dans tous les chapitres et y joue un rôle moteur. Le personnage est intéressant. Il n’est pas foncièrement sympathique. Malgré son discours volontaire et protectionniste à l’égard de ses acolytes, il gère avant tout son propre bien-être. Pour les connaisseurs, par certains aspects épiques, il semble être un lointain cousin de Raymond Calbuth, le héros créé par Tronchet.

L’intrigue détourne les codes du film de zombies. Les premières pages nous expliquent que les seniors ne peuvent sortir à découvert que le matin car les jeunes dorment à cette heure-là. Ils errent dans une ville détruite de manière apocalyptique. Le seul endroit où ils sont en sécurité est la bibliothèque car leurs ennemis n’y mettent jamais les pieds. Certains trouveront cela caricatural mais c’est évidemment la loi du genre. L’auteur arrive à jouer avec aisance du genre. Sur ce plan-là, Geek War est une réussite.

Par son choix scénaristique, Mo-Cdm nous met du côté des seniors. On est immergé dans le quotidien de cette communauté qu’on a du mal à imaginer en mode commando et survie. Les geeks sont donc perçus comme les zombies. Ils ne sont pas personnalisés. Ils sont présentés comme des morts vivants adeptes de la masturbation et de la restauration rapide. Les différentes pérégrinations vécues par nos héros sont plutôt bien construites. L’auteur cherche à exploiter son idée scénaristique de manière approfondie. Le dénouement de chaque chapitre est rarement prévisible et notre attrait est souvent attisé. Certes, toutes les histoires ne nous captivent pas de la même manière mais l’ensemble reste d’une bonne qualité.

Le trait du dessin est agréable. Je le trouve très « Fluide Glacial ». Je l’apprécie énormément. J’aime les personnages, leurs expressions, leurs attitudes, leurs postures. L’atmosphère post-apocalyptique est bien transcrite graphiquement. Le travail sur les couleurs est également de grande qualité. Tout cela permet à Geek War d’être un ouvrage agréable à découvrir. L’originalité de son synopsis est joliment développée. Je suis curieux de savoir si cet opus donnera lieu à une suite. En effet, la thématique peut donner lieu à d’autres aventures pour Dédé et ses amis. Mais cela est une autre histoire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *