Les incidents de la nuit, T2

lesincidentsdelanuit2


Titre : Les incidents de la nuit, T2
Scénariste : David B.
Dessinateur : David B.
Parution : Novembre 2000


Avec « Les incidents de la nuit », David B. avait développé une histoire onirique passionnante, faites de livres, de bonapartisme et de lutte contre la mort. Ce deuxième tome poursuit l’histoire initiée dans le premier opus et s’intéresse au dieu Enn. En effet, l’un des personnages avait voulu se cacher dans un livre, intitulé « Le Désert » où seules des lettres N étaient écrites à l’intérieur. Le tout, publié à l’Association, dans la collection Mimolette, pèse 30 pages. 

Une digression envahissante.

David B. se met donc en scène, cherchant à comprendre le personnage d’Emile Travers, ce bonapartiste fondateur de la revue « Les incidents de la nuit ». A travers Travers, c’est du dieu Enn que l’on va parler ici, le dieu du massacre. On va alors avoir droit à un historique du génocide dans l’humanité, de la préhistoire à nos jours, en passant par Babylone.

Deuxième tome un peu déroutant que voilà. Alors qu’il reprend dans les premières pages la trame du précédent, il se perd ensuite dans une forme de didactisme sur l’histoire du massacre. Monsieur Lhôm raconte les massacres de l’humanité à David B. qui lui-même apporte sa pierre à l’édifice. Mais quel est le sens de tout ça ? Certes, cela construit la mythologie du dieu Enn, mais fallait-il y passer autant de temps ? On dirait qu’au fil des pages, cet ouvrage se détache quelque peu du précédent, proclamant son indépendance. Et pourtant, c’est bien des « incidents de la nuit » dont il est question.

Malgré cette réserve, le tout se lit avec intérêt. Les anecdotes, bien que didactiques et un peu artificielles, ne manquent pas d’intérêt et d’originalité. Quant à la fin, David B. la maîtrise suffisamment pour nous donner envie d’une suite.

Graphiquement, le noir et blanc contrasté de David B. fait merveille dans ces récits mythologiques. Sa façon de rendre compte de légende est simplement formidable (déluges, guerres, dieux…). David B. a une vraiment inventivité dans son univers. Que dire de ce libraire dormant avec une couverture faite de livres ouverts ?

Ce deuxième tome des « incidents de la nuit » m’a quelque peu déçu. On ne retrouve pas l’excellence du premier et on vient à se demander si une suite était vraiment nécessaire. Cependant, l’univers de David B., son talent graphique et le fait que ce livre se lise avec plaisir fait qu’il serait dommage de le bouder. 

avatar_belz_jol

note3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *