Légendes de la Garde, T1 : Automne 1152 – David Petersen

LegendesDeLaGarde1


Titre : Légendes de la Garde, T1 : Automne 1152
Scénariste : David Petersen
Dessinateur : David Petersen
Parution : Janvier 2008


« Légendes de la Garde » est une série née de l’imagination de David Petersen. L’ouvrage qu’on m’a offert s’intitule « Automne 1152 ». Il est édité chez Gallimard dans un format peu orthodoxe. Il est quasiment de forme carrée. L’histoire se développe sur plus de cent cinquante pages. Le bouquin se compose de six chapitres qui dans un premier temps avait été édité indépendamment sous le titre original « Mouse Guard ». « Automne 1152 » a un prix proche de dix-neuf euros.

Le site de la Fnac nous offre le résumé suivant de l’intrigue : « Depuis la nuit des temps, la Garde protège les souris de mille dangers qui menacent leur existence. Trois de ses membres les plus solides, Kenzie, Saxon et Lieam, découvrent lors d’une mission de routine un noir complot ourdi dans la ville de Barkstone. Trop tard ! Lieam est fait prisonnier, les deux autres sont laissés pour mort aux portes de la ville et une armée traîtresse marche déjà vers Lockhave, la légendaire forteresse de la Garde. »

L’intrigue s’adresse à un public adulte

En découvrant la thématique de l’ouvrage, j’étais curieux de découvrir cette société crée par l’auteur. Imaginer le monde dans lequel vivent les souris, la manière avec laquelle elles s’organisent pouvaient donner lieu à un voyage intense pour le lecteur. Je m’interrogeais sur la manière avec laquelle cette civilisation allait s’intégrer dans nos forêts et dans notre univers connu. Malgré une couverture qui semble orienter le livre vers un public jeune, la construction de l’intrigue s’adresse finalement à un public plus adulte. Le ton n’est pas spécialement léger et ne répondra pas aux attentes des plus petits.

La narration se découpe en six chapitres de taille quasiment équivalente. Chacun est présenté par un titre propre est un résumé qui s’étale sur une page. Cette construction résulte sûrement de la parution originale qui avait dissocié chaque partie. Les premières pages nous intriguent par le fait qu’on découvre un nouveau monde. On est soucieux de comprendre les codes sociaux qui le régissent. Finalement, on découvre assez vite que cette civilisation s’approche de celle qui existait à l’époque médiévale. Les moyens de déplacement, la structure des cités, le type des armes… Tout se rapproche du Moyen-Âge. Certains regretteront finalement un certain manque d’originalité, d’autres auront plaisir à voir évoluer ces petites souris dans cet univers qui ravira ses adeptes.

On s’immerge assez rapidement dans l’univers de l’histoire du fait de son relatif classicisme. On s’intéresse alors rapidement au devenir de nos trois héros qui se nomment Kenzie, Saxon et Lieam. Ils sont des soldats de la Garde. Ils sont en mission et semblent ne pas être là pour rigoler. Ils ne génèrent pas une empathie immense mais cela ne nous empêche d’être curieux de connaitre la suite de leurs aventures. Ces dernières se composent par une succession d’événements qui vont les amener à être séparés. Ces derniers se suivent à un rythme quasiment mécanique qui doit être une conséquence de la construction par chapitre. L’auteur offre une intrigue très factuelle dans laquelle la digression n’existe quasiment pas. Cela offre ainsi une lecture nerveuse qui n’a pas envie de perdre son temps. En contrepartie, cela se fait au détriment de l’atmosphère de la lecture qui ne prend jamais une ampleur suffisante pour arriver à nous envouter.

Les dessins ne m’ont pas laissé indifférent. Je ne peux pas dire que j’ai chaviré en les découvrant. Ce n’est pas le cas en effet. Par contre, j’ai eu le sentiment en les découvrant de rencontrer un style que je n’avais jamais croisé au cours de mes lectures. Même si Petersen se « contente » finalement de dessiner des souris qui se dissocie l’une de l’autre essentiellement par la couleur de leurs poils, il arrive malgré tout à offrir à son ouvrage une identité propre. Pourtant les décors sont finalement assez secondaires. L’usage des couleurs est par contre à mes yeux remarquables. Il se dégage un vrai quelque chose des forêts ou des villes dans lesquelles errent nos héros. Les tons orange, gris ou marron sont primordiaux et offrent un résultat très réussi.

En conclusion, à défaut de m’avoir transporté très loin, « Légendes de la Garde » m’a offert un voyage agréable que je ne regrette pas. Il s’agit d’une lecture intéressante dans la structure diffère de celles que je connais habituellement. J’ai vu qu’une suite intitulée « Hiver 1152 » était parue. Je pense que je m’y plongerai avec joie. Mais cela est une autre histoire…

gravatar_eric

Note : 13/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *