Les chevaliers d’Héliopolis, T3 : Rubedo, l’œuvre au rouge


Titre : Les chevaliers d’Héliopolis, T3 : Rubedo, l’œuvre au rouge
Scénariste : Alejandro Jodorowsky
Dessinateur : Jérémy
Parution : Mars 2019


Jodorowsky et Jérémy sont des auteurs talentueux. Le premier est célèbre pour ses nombreux scénarios complexes et originaux. Quant au second, j’ai vraiment apprécié son travail sur la série Barracuda. Voilà déjà un argument de poids pour découvrir Les Chevaliers d’Héliopolis. Le fait que cette nouvelle saga s’inscrivait dans une dimension ésotérique avait fini de me convaincre de m’y plonger. Les deux premiers tomes étaient sympathiques mais j’avais du mal à cerner exactement où souhaitait nous mener l’intrigue. J’espérais que ce troisième épisode intitué Rubedo l’œuvre au rouge clarifierait tout cela…

Deux trames scénaristiques en parallèle

L’histoire se construit autour d’Asiamar. Ce personnage à l’ascendance royale cachée fait partie d’une confrérie d’alchimistes. Ce groupe, constitué de dix membres, vit dans l’ombre mais ne s’interdit pas d’intervenir dans la grande Histoire. Mais quelle est la nature de leur mission ? Cela reste encore obscur…

L’intrigue fait vivre deux trames parallèlement. La première nous plonge dans cette mystérieuse et fascinante confrérie d’alchimistes dont on découvre à chaque tome davantage les arcanes à travers l’initiation du héros. La seconde nous fait suivre les plats de Napoléon et de sa soif d’immortalité. Les deux pelotes de laine scénaristiques font se dérouler tout au long de la lecture jusqu’à s’entremêler dans l’espoir de faire comprendre au lecteur quelle sera l’issue de tout cela.

Le concept de confrérie d’alchimistes m’a toujours intrigué. Dans cette série, elle se compose de personnages légendaires qui œuvre tapis dans l’ombre. L’idée des sociétés secrètes qui régissent le monde est un mécanisme scénaristique vieux comme le monde. Il s’avère efficace quand il est bien utilisé. Le charisme des protagonistes couplé à des épreuves d’initiation réussies rende la lecture prenante et captivante.

Par contre, j’ai eu davantage de difficultés pour me laisser prendre par l’insertion de la trame dans la grande Histoire. Le devenir ésotérique de Napoléon m’a finalement laissé de marbre. L’insertion entre la fiction et la réalité historique est mal construite de mon point de vue. Je trouvais le mécanisme meilleur dans le premier tome. La conséquence est qu’une fois la lecture terminée j’ai eu du mal à me faire une idée précise de la direction prise par l’intrigue. Quelle est donc sa finalité ?

En découvrant cet album, j’ai eu le plaisir de m’immerger à nouveau dans un univers né de la plume de Jérémy. J’apprécie particulièrement le style de ce dessinateur. Il a un vrai talent pour donner vie aux lieux aussi différents soient-ils : palais, Egypte, grotte… Le travail sur les personnages est également intéressant. On peut les trouver parfois froids mais ils restent réalistes et précis.

Pour conclure, Les Chevaliers d’Héliopolis est un album de qualité. Les dessins sont réussis et le scénario est construit de manière sérieuse. Néanmoins l’ensemble manque d’ampleur. Je suis souvent resté spectateur des événements contés dans ce tome. Le résultat n’est pas inintéressant mais n’atteint pas les sommets que pouvaient laisser espérer une collaboration entre deux auteurs aussi talentueux…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *