Les Forêts d’Opale, T7 : Les Dents de Pierre – Christophe Arleston & Philippe Pellet

lesforetsdopale7


Titre : Les Forêts d’Opale, T7 : Les Dents de Pierre
Scénariste : Christophe Arleston
Dessinateur : Philippe Pellet
Parution : Novembre 2011


« Les dents de pierre » est le septième tome de « Les forêts d’Opale ». Cette série est née il y a une dizaine d’années de l’association de Christophe Arleston et Philippe Pellet. Le premier est un des auteurs les plus célèbres de ces vingt dernières années grâce au succès de série telle que « Lanfeust de Troy », « Troll de Troy », « Le chant d’Excalibur » ou « Les naufragés d’Ythaq ». J’ai découvert par contre les dessins de Philippe Pellet à travers la série qui m’intéresse aujourd’hui. L’album que j’évoque aujourd’hui est le dernier en date de cette série. Sa parution chez Soleil date de novembre dernier. D’un format classique, il se compose d’une petite cinquantaine de pages et est vendu à prix proche de quatorze euros. La couverture nous plonge dans une ambiance sombre dans laquelle on reconnait la ravissante Sleilo. Elle semble apeurée par la vision d’un cadavre squelettique habillé d’un long manteau. Cet opus nous offrirait-il des révélations ?

La série est présentée par les mots suivants sur la quatrième de couverture : « Opale est le monde des forêts. Le clergé de la Lumière y fait régner un pouvoir assis sur la puissance des Pierres Magiques. Mais Darko est celui qui doit réaliser la Prophétie et faire revenir les Titans pour libérer les Cinq Royaumes… Aidé du barde Urfold, de la jolie jongleuse Sleilo et du monstrueux Ghörg. Darko est plongé dans une aventure où se joue le destin d’un monde… Une grande saga vivante, de la pure fantasy ! »

Ce résumé est le même pour chaque album de la série. Il va sans dire que depuis le début, ce cher Darko a fait du chemin. Il n’est plus le jeune garçon naïf d’un village perdu dans la forêt. Il a pris conscience de ses pouvoirs, commence à les maitriser. Il prend conscience de son destin. Le groupe qu’il formait avec Urfold et Sleilo a recruté un nouveau membre prénommé Tara. Elle est général paladin et ne laisse pas indifférent notre héros. Les différents opus ont été autant d’étapes dans sa quête. Il cherche à redonner vie aux Titans afin de libérer Opale de la gestion corrompue et dictatrice du clergé de la Lumière. Le dernier tome avait offert une vraie surprise en voyant le méchant mourir suite à la manipulation de son ancien maitre. Cela pose une nouvelle série de questions dont j’espérais trouver quelques réponses dans ce nouvel ouvrage.

Le début ce tome est intéressant car nos héros doivent affronter la Dorsale, énorme chaine montagneuse. L’attrait de cette expédition est de nous changer de décors. On quitte les forêts et les cités médiévales pour un territoire inquiétant et d’un blanc immaculé. On s’éloigne de la civilisation et j’espérais donc découvrir un nouvel univers sur tous les plans. J’attendais également que la trame change de braquet et ne se contente pas de nous offrir une nouvelle ampleur qui ne fait, finalement, pas tant que cela avancer le schmilblick. Pour résumer la variation des lieux devait entrainer une prise d’ampleur de l’intrigue.

L’ensemble apparaît brouillon.

La montagne de mes attentes va accoucher d’une toute petite souris qui n’avance pas. En effet, une fois l’album refermé, j’ai vraiment le sentiment d’en être au même point qu’en découvrant la première page. Les deux ou trois informations que nous offre cet ouvrage sur l’histoire auraient pu être narrées en une dizaine de pages plutôt qu’en quasiment cinquante ! Sincèrement, l’ensemble apparait brouillon. Je trouve que beaucoup de scènes ressemblent à du remplissage. Il est déjà arrivé que les auteurs nous offrent des « moments de transition » dans les tomes précédents. Mais souvent, cela nous offrait un moment drôle ou prenant qui fait qu’on était tolérant sur le fait que l’intrigue n’avançait pas assez vite. Dans « Les dents de pierre », le côté léger et divertissant est quasiment inexistant. Il n’est pas pour autant remplacer par une dimension dramatique qui aurait s’avérait captivante. On n’a ni l’un ni l’autre et en plus les événements sont souvent sans intérêt et semblent être dissociés de tout fil conducteur.

Le contenu narratif est donc d’une faiblesse rare. Il ne restait plus qu’à espérer que la forme compense la déception du fond. Philippe Pellet nous offre une nouvelle fois des illustrations réussies. Les décors neigeux sont réussis. De la même manière, la partie de l’histoire se déroulant dans les grottes possède généralement une vraie atmosphère. Les autres parties sont moins originales concernant les lieux. Cela permet malgré tout au dessinateur de nous confirmer une nouvelle fois son talent dans sa transcription de ses ambiances de tavernes ou équivalent. Concernant les personnages, on a plaisir à les retrouver. Je trouve d’ailleurs qu’il y a une vraie progression dans leurs traits par rapport à notre rencontre dans le premier tome.

En conclusion, cet ouvrage m’a profondément déçu. Il ne possède quasiment aucun intérêt dans l’avancée de l’histoire. Sorti du plaisir de retrouver les personnages, il y a relativement peu de choses à en sortir. Les derniers tomes avaient montré des attraits certains. La chute est dure. Il ne me reste plus qu’à attendre patiemment la parution du prochain tome en espérant que l’arrêt marqué par « Les dents de la pierre » ne soit d’un accident de parcours. Mais cela est une autre aventure…

gravatar_eric

Note : 7/20

2 réflexions sur « Les Forêts d’Opale, T7 : Les Dents de Pierre – Christophe Arleston & Philippe Pellet »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *