Est-ce qu’on pourrait parler d’autre chose ?

estcequonpourraitparlerdautrechose


Titre : Est-ce qu’on pourrait parler d’autre chose ?
Scénariste : Roz Chast
Dessinateur : Roz Chast
Parution : Octobre 2015


Roz Chast est une illustratrice américaine. « Est-ce qu’on pourrait parler d’autre chose ? » est son premier livre à sortir en France. Il traite du déclin de ses parents : de leur entrée dans le grand âge jusqu’à leur mort. Le tout pèse 240 pages et est publié chez Gallimard.

Fille unique, née à Brooklyn de parents juifs, Roz Chast entretient avec eux des relations compliquées. Et lorsqu’ils commencent à devenir dépendants, son premier travail sera de leur faire accepter l’idée de se faire aider.

Un livre hybride bien lourd à digérer.

estcequonpourraitparlerdautrechose1Avant toute chose, « Est-ce qu’on pourrait parler d’autre chose ? » est un roman graphique un peu particulier. Les séquences de BDs s’intercalent au milieu de pavés de textes et d’illustrations. À cela s’ajoutent des photos, voire même des croquis en fin de bouquin. J’ai beaucoup de mal avec ce genre de livre hydride. Ainsi, les textes sont loin de ceux d’un roman et sont souvent lourds. Clairement, ils apparaissent quand le dessin ne suffit pas à exprimer les réflexions de l’auteur. À l’inverse, les séquences dessinées servent avant tout à décrire des scènes riches en dialogues.

Il est évident que nombreux seront ceux à qui ce livre parlera. Il suffit d’avoir connu ses parents ou ses grands-parents dans le grand âge pour y trouver un écho. Cependant, passé cela, que reste-t-il ? Beaucoup de longueurs et de digressions inutiles. Le livre semble écrit comme il vient et tous les détails sur les caractères des parents n’ont finalement pas tant d’intérêt que cela. Au lieu de nous le faire découvrir en dessin, tout est bien écrit, expliqué, souligné… Et quand on n’a bien compris, l’auteur nous en rajoute une couche.

L’absence totale de pudeur du livre est à la fois sa force et sa faiblesse. À trop se centrer sur ses parents, Roz Chast nous exclue de cette histoire. On regarde un peu indifférent la mort de ses parents. Il manque vraiment d’émotion ici. On n’est pas touchés. Et qu’apportent les croquis mortuaires de la mère ? Les photos ? Rien. Cela donne l’impression que Roz Chast a écrit un carnet de bord de la mort de ses parents. Cela se comprend, mais pourquoi l’afficher ainsi ?

Le dessin ne rattrape pas l’ensemble. Si le trait est vif, il manque de variation. Les parties BD sont très communes, parfois polluées par des tartines de textes et n’apportent pas de réel plus. Bref, ce n’est pas dans la bande dessinée qu’il faut chercher les qualités du livre.

estcequonpourraitparlerdautrechose2

Si « Est-ce qu’on pourrait parler d’autre chose ? » traite en profondeur de son sujet, est-il intéressant pour autant ? J’y ai trouvé beaucoup de longueurs, de lourdeurs et sa lecture a été un calvaire. Non pas à cause de la souffrance des parents, mais par le manque d’émotion de l’ensemble. Le jonglage entre textes, illustrations et BD est fatigant. Le fait que l’auteur exprime tout explicitement aussi. Parfois, un silence en dit plus qu’un long discours.

avatar_belz_jolnote1

2 réflexions sur « Est-ce qu’on pourrait parler d’autre chose ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *