Leo Loden, T24 : Les cigales du pharaon

LeoLoden24


Titre : Leo Loden, T24 : Les cigales du pharaon
Scénariste : Christophe Arleston & Loïc Nicoloff
Dessinateur : Serge Carrère
Parution : Mars 2016


Léo Loden est un personnage qui accompagne ma culture bédéphile depuis presque vingt ans. C’est un copain de l’époque qui m’avait fait découvrir les aventures de ce sympathique détective privé accompagné de sa charmante et volcanique conjointe commissaire et de son sympathique et atypique tonton. La série se compose actuellement de vingt-quatre épisodes dont le dernier en date, Les cigares du pharaon, est le sujet de ma critique d’aujourd’hui. Continuer la lecture de « Leo Loden, T24 : Les cigales du pharaon »

Leo Loden, T23 : Brouillades aux embrouilles

LeoLoden23


Titre : Leo Loden, T23 : Brouillades aux embrouilles
Scénaristes : Christophe Arleston & Loïc Nicoloff
Dessinateur : Serge Carrère
Parution : Janvier 2015


Leo Loden est un détective dont je suis les enquêtes depuis ses débuts. Cela fait donc plus de quinze ans que je prends plaisir à suivre les pas de de cet ancien policier aux quatre coins de la France. Ce héros est le fruit de la rencontre entre le scénariste Christophe Arleston le dessinateur Serge Carrère. Depuis quelques temps maintenant, le duo est devenu trio avec l’arrivée à l’écriture de Loïc Nicoloff. Le dernier épisode date du mois de janvier dernier et s’intitule « Brouillades aux embrouilles ». La couverture laisse penser que le trafic d’armes ne sera pas étranger à l’histoire.

Amadeus est un faussaire sympathique qui accompagne bon nombre d’aventures de Léo. Au cours des premières pages, il se fait enlever sur le port de Marseille et n’arrive à prévenir que notre cher détective. Ce dernier mène l’enquête qui va le mettre sur le chemin de l’assassinat d’un trafiquant d’arme, d’un imam gérant de cité et de préfet angoissé des conséquences de tout cela…

Marseille : son port et ses quartiers nord.

Léo Loden est marseillais. Même s’il a été souvent amené à suivre des affaires dans tout l’Hexagone, la majorité de son quotidien se déroule autour de la cité phocéenne. « Brouillades aux embrouilles » centre son intrigue autour du port et d’une cité des quartiers nord. Cet opus fait naître une histoire indépendante qui trouve son dénouement au bout de quarante-six planches. Il n’est pas ici question d’attendre le prochain tome pour connaître la fin. Comme toute série, celle-ci nous fait retrouver un casting constant d’épisode en épisode. On retrouve donc l’oncle de Léo. Il est marin et le personnage le plus drôle. Marlène, commissaire et conjointe de Léo, est également toujours là. Son caractère volcanique est un atout certain de la lecture. Le trio est en pleine forme dans ce vingt-troisième acte. Ils participent à la bonne ambiance que se dégage des pages.

LeoLoden23b

La mise en place de la trame est efficace. Les auteurs ne perdent pas de temps pour nous faire découvrir les premiers enjeux. L’enchainement des événements est relativement dense et les rebondissements sont plutôt bons. La lecture est dynamique. Le suspense est suffisamment fort pour la curiosité accompagne la découverte de l’album du début à la fin. L’immersion de tout ce petit monde dans l’univers des docks d’un côté et des cité de l’autre est plutôt réussie. Evidemment, elle ne servira pas de support à une thèse universitaire sur le sujet. Par contre, elle chatouille régulièrement les zygomatiques. Dans ce tome, le scénario n’est pas dilué par une succession de scènes d’action sans grand intérêt. La prime est portée à l’histoire et cela est bien appréciable.

En plus de dérouler une intrigue intéressante et prenante, Arleston arrive à intégrer sans problème les atouts de ses héros. La relation Léo – Marlène est toujours hilarante. Quant à l’oncle, il est comme une sardine dans le vieux port avec ses amis les dockers. Les scènes avec le préfet et le commissaire divisionnaire quant à la politique à adopter pour gérer la crise prête aisément à sourire. Tout ce petit monde est bien accompagné par les dessins de Carrère. Son style correspond parfaitement à l’ambiance divertissante de l’album. Les couleurs vivent de Cerise vont également dans ce sens.

LeoLoden23a

Au final, « Brouillades aux embrouilles » est un cru honnête. Je trouve qu’il offre ce que lecteur en attend. J’ai eu l’occasion de le lire déjà deux fois. Le plaisir était toujours présent la seconde fois. C’est plutôt bon signe. Je le conseille donc à quelqu’un qui chercherait une bande dessinée drôle, légère et pourvue d’une histoire pas inintéressante.

gravatar_eric

note3

Leo Loden, T20 : Lagoustines Breizhées

leoloden20


Titre : Léo Loden, T20 : Langoustines Breizhées
Scénaristes : Christophe Arleston & Loïc Nicoloff
Dessinateur : Serge Carrère
Parution : Août 2011


« Leo Loden » est une série qui fait son petit bonhomme de chemin. En effet, cet été a vu la parution de son vingtième tome. Depuis le début, le scénario est l’œuvre du célèbre Christophe Arleston. Les dessins sont nés de la plume de Carrere. En cours de route, ils se sont associés à Nicoloff. Le dernier opus s’intitule « Langoustines breizhées ». Toujours édité chez Soleil, il est d’un format classique. Son prix est d’environ dix euros.

Cette série est construite autour du personnage de Leo Loden. Ancien inspecteur de la police à Marseille, il a monté son cabinet de détective privé. Il mène ses enquêtes accompagné de son oncle Loco, ancien marin haut en couleur. Leo file le parfait amour avec une splendide femme pleine de caractère qui s’avère être commissaire. La particularité de cette série est que chaque enquête nous emmène dans une région de France différente et nous permet de découvrir les spécificités locales.

Un mélange de polar et d’humour en Bretagne

Le titre de cet album est sans équivoque. Nos héros vont découvrir les charmes de la Bretagne. Nos deux détectives partent dans le Finistère rendre service à un ami qui est sur une affaire. Une journaliste a disparu. Elle enquêtait depuis des mois sur des passeurs d’hommes entre l’Afrique et l’Europe. Il apparait donc évident que tout cela est lié. Voilà donc la mission confiée à nos héros : retrouver la disparues et mettre en mal ce réseau…

Cet album, à l’image de la série, a deux objectifs. Le premier est de nous offrir une enquête rythmée et pleine de rebondissements. Le second est de nous divertir et de nous faire rire grâce à ses personnages et leurs caractères. Cela fait de cet opus une lecture légère qui s’adresse à toute la famille. Tout le monde peut théoriquement y trouver quelque chose. Néanmoins, la question qu’il restait à se poser était de savoir si ses deux finalités étaient atteintes.

Concernant l’enquête, on ne trouve rien de révolutionnaire. D’ailleurs, c’est l’évolution de la série qui va dans un sens moins travaillé dans ce domaine. En effet, concernant l’histoire, les auteurs privilégient les scènes d’action au détriment d’une intrigue plus dense et originale. Les poursuites et les bagarres sont fréquentes et laissent donc peu de place à des retournements de situation. Je trouve cela un petit peu dommage car la richesse des premiers tomes de la série réside en grande partie dans l’attrait de l’histoire en elle-même. Dans « Langoustines breizhées », elle n’est pas très épaisse et sans réelle surprise.

Côté humour, Loco nous offre encore beaucoup de bons moments de rigolade. Ce marin aux manières un petit peu rustres et à l’appétit sans limite est la vraie star de la série. Dans cet opus, il ne déçoit pas. Chacune de ses apparitions ou de ses remarques est réussie et génère une atmosphère divertissante à notre lecture. Le bémol vient des autres personnages qui apparaissent bien fades par rapport au vieux loup de mer. En effet, Leo est en retrait. Le fait de ne pas intégrer sa conjointe dans l’histoire met de côté tous les gags découlant de leurs disputes. C’est dommage. De plus, leur copain breton n’est pas assez travaillé. C’est donc parce qu’il possédait un vrai potentiel comique.

Les dessins sont de leur côté dans la lignée des tomes précédents. Ils se prêtent parfaitement à l’ambiance de l’album et à sa nature. Il est relativement arrondi et s’assimile facilement. Les couleurs sont vives. Bref, un feuilletage rapide des pages nous laissent une impression colorée et dynamique. A défaut de nous présenter des planches mémorables, Carrere nous offre un dessin agréable dans lequel on se plonge avec plaisir et aisance. L’auteur nous offre des personnages qui peuvent avoir certaines réactions et comportements assez  « cartonnesque ». Les colères peuvent être hautes en couleur !

En conclusion, « Langoustines breizhées » est un album moyen. Il est loin de faire partie des meilleurs de la série. Il nous offre quelques bons moments et manque de densité pour qu’on soit réellement captivé du début à la fin. Disons que si il s’agissait du premier opus de « Leo Loden », je ne suis pas sûr qu’après sa lecture, je me plonge rapidement dans les autres tomes. Par contre, je n’ai pas regretté de l’acheter pour compléter ma collection. J’ai pris plaisir à retrouver les personnages et me suis montré complaisant avec leurs aventures du fait de la sympathie qu’il m’inspire. Pour ceux qui ne connaissent pas cette série, je vous conseille davantage les premiers bouquins parus. Vous ne regretterez pas le voyage. Vos zygomatiques seront sollicitées.

gravatar_eric

note2

Leo Loden, T21 : Barigoule au Frioul

leoloden21


Titre : Leo Loden, T21 : Barigoule au Frioul
Scénaristes : Christophe Arleston & Loïc Nicoloff
Dessinateur : Serge Carrère
Parution : Août 2012


« Barigoule au Frioul » est le titre du dernier épisode des aventures de Leo Loden, héros né il y a plus de dix ans de la collaboration de Christophe Arleston et de Serge Carrère. C’est le nom du premier cité qui m’avait incité à découvrir cette saga. En effet, « Lanfeust de Troy » était une de mes séries de chevet à cette époque-là. J’étais donc curieux de partir à la rencontre des différents univers de ce célèbre scénariste. Comme pour les précédents opus de la série, il s’associe à Nicoloff pour l’écriture de ce vingt et unième tome mettant en scène le célèbre détective privé marseillais. Ce nouvel ouvrage est paru au mois d’août dernier chez Soleil. La couverture nous présente Leo et son oncle sous une pluie torrentielle. Au gré d’un éclair, la nuit s’illumine et voit apparaitre un corps pendu. Qui ? Comment ? Pourquoi ? Il ne restait donc plus qu’à se plonger dans la lecture…

Pour vous présenter rapidement la trame, je vais citer le résumé proposé par le site BD Gest’ : « Le Château d’If, une forteresse imprenable qui protège l’entrée du Vieux-Port… et un refuge bienvenu quand on est pris dans un léger grain selon Tonton (une grosse tempête selon tout le monde). C’est ainsi que Léo et Loco se retrouvent au milieu d’un séminaire de motivation réunissant les cadres d’une entreprise pharmaceutique où l’ambiance semble idéale… jusqu’au moment où le grand patron meurt empoisonné lors du cocktail de fin de journée. Voilà une enquête parfaite pour Léo : le coupable est forcément sur l’île et ce n’est pas le fantôme du Comte de Monte-Cristo ! Mais les apparences sont peut-être trompeuses… »

Cet album s’adresse, à l’image de la série, à un public très large. Le ton est léger. Bien que construit sur la narration d’une enquête, l’humour tient une part prépondérante dans l’écriture du scénario. C’est d’ailleurs davantage au nombre de moments drôles qu’à la densité de l’intrigue qu’on juge le plaisir de la lecture d’un épisode. J’ai une réelle affection pour les personnages de cette saga malgré la qualité parfois inégale des différents tomes. Certains crus sont excellents, d’autres apparaissent moins aboutis. Je suis donc plein d’espoir à chaque nouvelle parution.

Malgré son statut de marseillais, Loden a souvent eu l’occasion de voyager à l’image d’un Astérix. On prend donc souvent plaisir à voir les clichés locaux être exploités au service de l’intrigue. Je suis donc curieux de savoir où nous mène ce « Barigoule au Frioul ». Le titre est une indication. Il possède un ton provençal qui nous éloigne peu de la cité phocéenne. Mais il n’est pas nécessaire de partir bien loin pour se sentir dépaysé. Se trouver immerger dans un huis clos nocturne, pluvieux et ilien est intéressant. Cela l’est d’autant plus que Loden a souvent l’occasion de beaucoup se déplacer lors de ses enquêtes, ce qui s’avère impossible ici. De plus, ce type de trame possède un ton « Cluedo » qui peut s’avérer original.

Les auteurs cherchent vraiment à exploiter le fait de se trouver au Château d’If. Les allusions au lieu sont nombreuses et s’intègrent parfaitement dans l’histoire. C’est une des caractéristiques méritantes de cette série. A ce niveau-là, le lien avec Astérix est évident. Ce dernier ne rencontre pas les mêmes personnes en Helvétie, en Hispanie ou en Corse. De la même manière, Arleston n’utilise pas les mêmes ficelles quand il nous immerge à Lyon, Lille, Marseille ou Toulouse. La dimension « touristique » m’a plu et j’ai pris plaisir à graviter dans cette forteresse. Mais l’album n’est pas un appendice du Guide Vert. On découvre un assassinat. Il y a une dizaine de suspects. Heureusement, Loden et son oncle sont dans la place et se charge donc de résoudre cette énigme.

Le grand nombre de personnages me laissait espérer une intrigue dense et pleine de rebondissements. Faire intervenir chacun des protagonistes devait offrir une épaisseur au contenu. Au final, ils se révèlent que certains restent vraiment secondaires et anecdotiques. Cela ne veut pas dire que l’histoire est creuse mais elle s’avère moins « rebondissant » qu’espérée. L’histoire se laisse lire avec plaisir et ne souffre pas de réel temps mort. Néanmoins, à aucun moment, on est emporté réellement par les pérégrinations de nos amis. Il manque un petit quelque chose qu’on est conquis par la lecture. On ne se plonge jamais de manière aussi intense que je pouvais l’espérer. On reste légèrement en retrait.

Les dessins de Serge Carrère correspondent parfaitement à l’ambiance de la série. Sur ce point, l’association entre Arleston et ce dessinateur est loin d’être une faute de goût. Le dessin est rond et facile d’accès. Il conviendra aux grands comme aux petits. Les visages sont très expressifs et complètement parfaitement l’aspect humoristique du propos. De plus Carrère n’a aucun mal à dessiner les scènes de poursuite ou d’action et à faire naitre ce sentiment de rythme. Les couleurs, œuvre de Cerise, sont simples et vives et participent à l’accueil agréable qu’on ressent en découvrant chaque page.

En conclusion, « Barigoule au Frioul » est un tome honnête. Il est dans la moyenne de la série. Il est loin des meilleurs mais reste plus construit que d’autres. La lecture était agréable à défaut d’être envoutante. Cet opus complète honnêtement la collection. Néanmoins, pour ceux qui souhaitent découvrir ce détective fort sympathique, je vous conseille de lire les albums dans l’ordre. En effet, je garde une tendresse particulière pour les premières enquêtes…

gravatar_eric

note2

Leo Loden, T19 : Spéculoos à la Plancha

leoloden19


Titre : Léo Loden, T19 : Spéculoos à la Plancha
Scénaristes : Christophe Arleston & Loïc Nicoloff
Dessinateur : Serge Carrère
Parution : Janvier 2010


Léo Loden, série de bandes dessinées fruit de l’imagination de Carrere, Arleston et Nicoloff, est composée maintenant de dix-neuf tomes. Le dernier de la saga est intitulé « Spéculoos à la plancha » et est vendu au prix d’environ dix euros. Il est édité aux éditions « Soleil ». L’histoire s’étale sur une cinquantaine de pages.

Leo Loden est un détective privé et un ancien membre de la police judiciaire. Chaque album met en œuvre une de ses enquêtes. Chaque tome met en place une histoire indépendante même si de nombreux personnages sont récurrents. Il est toujours accompagné par son oncle Loco, un ancien de la marine haut en couleur. Et bien souvent, ses aventures mettent sur son chemin la ravissante commissaire Marlène qui a la particularité de partager sa vie et d’être particulièrement jalouse. Initialement Leo habite sur Marseille et nombre de ses aventures nous font visiter la France.

Angoulême et son célèbre festival de bande-dessinées.

C’est encore ici le cas. En effet, l’histoire se déroule à Angoulême durant son célèbre festival de bandes dessinées. Il n’est d’ailleurs pas anodin que l’album soit sorti cette semaine en même temps que l’événement avait lieu en Charente. Alors que notre trio de choc se balade à la recherche de la dédicace et profite de rencontrer leurs auteurs préférés, un vol a lieu. En effet, les planches inédites du prochain opus de « Lanfeust » sont subtilisées. Heureusement, notre ami Leo est dans la place et se met en quête de les retrouver…

La construction de la trame est classique et ressemble à tous les opus précédents. Dès les premières pages, un vol ou un rapt a lieu et on confie l’affaire à nos héros. Ensuite, leur enquête se met en place et voit se succéder poursuites, bagarres, découvertes et retournements de situation. De ce côté-là, la trame est souvent une nouvelle fois assez rythmée. On ne prend pas de temps à contempler les paysages. L’accent est vraiment mis sur l’action. Cela rend la lecture agréable et sans temps mort. On prend plaisir à découvrir l’histoire et on est curieux de connaître ce que cache la page suivante.

Mais l’intérêt ne réside pas uniquement dans la quête du coupable et de son mobile. Les personnages sont hauts en couleur et participent activement à la chaleur de l’ensemble. Mon préféré reste l’oncle Loco avec ses anecdotes de vieux combattant de la marine. Son amour de la bonne bouffe fait que tout est une occasion de se remplir la panse ou le gosier. Parallèlement Leo doit souvent cacher certaines de ses activités à sa chère et tendre au risque de la facher soit parce qu’il la rend jaloux soit parce qu’il entrave le travail de la police. Généralement, cela donne lieu à des colères mythiques de la ravissante Marlène et Leo en sort rarement indemne ! Cet album est particulièrement réussi sur ce plan-là. Les dialogues sont bons, les vannes sont drôles. Alors que j’étais plutôt déçu par les derniers opus, les trouvant un petit peu fades, ce n’est ici pas le cas. En effet, le scénario est dense et l’humour est au rendez-vous. Un des attraits propres à cet album est de nous faire naviguer dans l’univers de la bande dessinée en multipliant les apparitions des guest-stars : Tarquin, Arleston, Mourier etc. Cela donne une dimension particulière et prenante à la trame.

Les dessins participent activement à l’ambiance chaleureuse de l’album. Le style de Carrere est très agréable. Les personnages sont très réussis, ils sont loin de manquer de personnalité dans leurs traits. De plus, les couleurs sont très présentes et très vives. Cela habille parfaitement les pages et accompagne parfaitement le scénario.

Pour conclure, j’ai trouvé cet album très agréable à lire. J’ai retrouvé avec plaisir des personnages pour lesquels j’éprouve beaucoup d’affection. Il s’agit d’une lecture légère et agréable qui s’adresse à tous les publics. « Leo Loden » est une série familiale et cet album n’échappe pas à la règle. De plus, je suis content que ce tome soit de meilleure qualité que les opus précédents qui m’avaient un petit peu déçus. Je ne peux donc que vous conseiller de découvrir ou de retrouver le détective privé le plus célèbre de Marseille. Bonne lecture ! 

gravatar_eric

note3

Leo Loden, T22 : Tropézienne dum-dum

LeoLoden22


Titre : Leo Loden, T22 : Tropézienne dum-dum
Scénaristes : Christophe Arleston & Loïc Nicoloff
Dessinateur : Serge Carrère
Parution : Août 2013


J’ai découvert Leo Loden il y a une quinzaine d’années. Je suis rapidement trouvé sous le charme des aventures drôles et rythmées de ce détective privé marseillais. Un nouvel album parait chaque année et le voit voyager aux quatre coins de la France. Le dernier épisode en date est sorti le dix-neuf septembre dernier. Edité chez Soleil, il se compose classiquement de quarante-huit pages. Son prix avoisine onze euros. Son scénariste est le célèbre Christophe Arleston dont le principal fait d’arme est d’avoir fait naître Lanfeust de Troy. Il s’associe au dessinateur Serge Carrère dont j’apprécie également le travail sur  le sympathique Private Ghost. Depuis quelques tomes, Loïc Nicoloff intervient sur le scénario et Cerise se charge des couleurs.

La quatrième de couverture nous présente son héros avec les mots suivants : « Etre accusé d’une bavure alors qu’on a tiré en l’air, ça énerve. Après, on quitte la P.J. et on devient un privé. Même si le milieu n’est plus ce qu’il était. Même si Marseille a oublié Pagnol. Même si on a dans les pattes un tonton loufoque. Etre flic, c’est comme manger des cacahuètes : c’est dur d’arrêter. »

Le Var pour décor

Cette série s’adresse à un public très large. Les jeunes et les moins jeunes y trouveront leur compte. L’album peut se lire indépendamment des autres. Chaque aventure correspond à une nouvelle enquête. Néanmoins, il est évident que les familiers de la saga prendront plaisir à suivre l’évolution des personnages que sont Leo, sa fiancée et son oncle. Chaque aventure se construit dans un lieu différent. Ici, le département du Var sert de décors aux pérégrinations du héros et de ses acolytes. Les auteurs prennent toujours plaisir à jouer avec les codes locaux selon des principes proches de Astérix. Cet album n’échappe pas à la règle avec, entre autre, l’apparition dans l’histoire d’un match de rugby à Mayol et du clin d’œil à Mourad Boudjellal, ancien patron de Soleil, qui en découle. Cet aspect est moins développé que dans d’autres albums. En effet, un exil en Bretagne ou dans le Nord autorise davantage de grain à moudre dans le domaine des clichés. Malgré tout, le voyage dans le département voisin des Bouches du Rhône reste agréable et exploité.

La trame débute par une visite d’appartement. La fiancée de Léo, la volcanique lieutenant de police Marlène s’est mis en tête de changer d’appartement dans le but d’agrandir la famille. Leo, comme à son habitude, suit le mouvement avec fatalisme. Parallèlement à cette quête immobilière, le héros se voit invité par un riche russe qui souhaite monter un petit business local. Mais pour cela, il doit trouver un accord avec les « autorités locales » : la mafia corse. Il va sans dire que tout ne va pas se dérouler comme prévu…

Les jalons de départ sont intéressants. L’angoisse est toujours de savoir si la sauce va monter et offrir une histoire dont on se délecte. La réussite est sur ce plan inégale au gré des albums. Certains sont remarquablement drôles et divertissants. D’autres ont une trame plus diluée et décevante. Tropézienne Dum-Dum est un bon cru. L’accent est vraiment mis sur les dialogues et les rebondissements. La dimension « Astérix » est bien exploitée. De plus les remarques décalées de l’oncle Loco sont toutes aussi réussies les unes que les autres. Il fait vraiment partie des personnages de bandes dessinées qui me font le plus rire.

La trame ne souffre d’aucun temps mort. L’ennui ne m’a jamais guetté. Les scènes d’action alternent bien avec les moments durant lesquels l’enquête avance. L’intrigue n’a rien de révolutionnaire. Malgré tout, elle se découvre avec plaisir. La lecture s’avère divertissante à défaut d’être mémorable. Les personnages secondaires sont bien exploités et trouvent chacun un rôle à leur mesure. Que ce soit les beaux-parents, la mafia russe ou les corses, chacun apporte un écot à l’avancée de l’histoire. Cela fait longtemps que je n’avais lu un opus de cette série ne souffrant d’aucun moment de remplissage.

Les dessins de Carrère accompagnent parfaitement la narration. Le trait rond correspond parfaitement à l’atmosphère de la série. De plus, les expressions des personnages participent activement au divertissement de la lecture. Pour conclure, Tropézienne Dum-Dum est un bon cru de Leo Loden. Il plaira aux familiers de la série et offrira une découverte intéressante aux novices. Ce n’est déjà pas si mal !

gravatar_eric

note3