Tyler Cross, T3 : Miami


Titre : Tyler Cross, T3 : Miami
Scénariste : Fabien Nury
Dessinateur : Brüno
Parution : Mars 2018


En un album, « Tyler Cross » avait su s’imposer comme une œuvre majeure. Polar violent doté d’une narration marquante et d’une mise en scène impressionnante portée par le dessin original de Brüno, il semblait impossible qu’aucune suite ne paraisse. Devenu une série avec « Angola », c’est aujourd’hui du troisième tome dont il est question. Intitulé Miami, il s’attache à la pègre floridienne et aux projets immobiliers de cet état. Le tout parait chez Dargaud pour 90 pages de lecture.

Miami, la mafia, l’immobilier…

Même s’il s’agit d’un troisième tome, il n’y a pas de prérequis réel pour lire cet opus. Les auteurs fonctionnent par one shot et ce n’est pas plus mal. Cependant, l’histoire reprend là où elle s’était arrêtée et on ne peut que conseiller de se jeter sur les premiers tomes avant de commencer celui-ci. Seul l’avocat de Tyler est récurrent, tous les autres personnages sont nouveaux.

Dans « Miami », Tyler se retrouve malgré lui dans une combine immobilière menée par des parrains de la mafia. Beaucoup d’argent est en jeu et tout le monde espère récupérer sa part. Ou plus. Racontée par chapitres, l’histoire se révèle complexe et une relecture s’avère nécessaire pour bien saisir tous les tenants et les aboutissants. Fabien Nury choisit une approche de polar façon « celui qui voulait me double s’est fait doubler par un mec qui va se faire doubler ». Et au milieu, Tyler Cross.

Une des forces de ce « Tyler Cross » est son personnage féminin. Loin d’être une potiche, il est bien travaillé, crédible et sert l’histoire. Dans ce monde décrit par les auteurs, crade et sans pitié, elle est le seul personnage attachant, subissant puis agissant contre ce qui lui arrive.

La puissance des « Tyler Cross » tient dans la narration de Fabien Nury. Il a trouvé un ton, une façon de raconter qui est particulièrement réussie. Il installe une ambiance immédiatement. L’accord entre le texte et l’image, portée par Brüno, est remarquable. Même si j’ai trouvé la mise en scène (ou en page ?) moins inventive que sur les tomes précédents, ma relecture a été bien plus positive. Le trait de Brüno est particulier mais c’est ce qui rend « Tyler Cross » si unique. Le dessin et la narration ont une personnalité affirmée. Et comme les deux fonctionnent très bien ensemble…

« Tyler Cross » est de loin l’une des séries les plus réussies de ces dernières années. Une nouvelle fois, Fabien Nury montre son talent comme scénariste. Une nouvelle fois, il montre combien il sait s’allier avec des dessinateurs qui sublimeront ses textes. Avec ce troisième tome, les auteurs enfoncent le clou et écrivent leur légende : celle d’un héros violent, malhonnête et agressif mais qui, parfois, a des états d’âme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *