Vitesse Moderne – Blutch

vitessemoderne


Titre : Vitesse Moderne
Scénariste : Blutch
Dessinateur : Blutch
Parution : Octobre 2008


 « Vitesse moderne » est un one-shot de 80 pages dessiné et scénarisé par Blutch. J’ai découvert cet auteur par « Le Petit Christian » tout d’abord, puis par « Peplum ». « Vitesse moderne » marque avant tout par sa couleur omniprésente qui rend l’ouvrage beaucoup moins noir que « Peplum », du moins au premier abord.

Quand Lola sort de son cours de danse, elle est abordée par Renée, qui se dit écrivain. Cette dernière lui propose de la suivre et d’écrire sur sa vie. En effet, Renée est fascinée par Lola qu’elle observe danser par la fenêtre de son appartement. On devine tout de suite que cette relation va vite poser des soucis, car les deux jeunes femmes ne se connaissent pas.

Une plongée dans les angoisses et les fantasmes de l’être humain moderne.

Alors que l’on croit lire une bande-dessinée tout à fait classique, l’ensemble est finalement onirique (voire même plutôt cauchemardesque). C’est une plongée dans les angoisses et les fantasmes de l’être humain moderne. L’homme est d’ailleurs source d’angoisse permanent pour Lola, que ce soit son voisin amoureux ou son père version vieux pervers. Lola semble être une bête traquée en permanence, essayant de donner de la consistance et de la réalité à ce qui n’est finalement qu’un rêve. En cela, l’ouvrage a un côté kafkaïen, Lola semblant être piégé dans un monde apparemment logique qu’elle ne comprend pas.

Blutch prend un malin plaisir à nous dérouter dans cet ouvrage. On ne sait jamais trop où l’on est. L’histoire devient réelle, puis bascule dans une forme de cauchemar par moments, redevient plus réaliste… De nombreuses incohérences temporelles et spatiales s’accumulent, parfois même expliquées (le père a une garçonnière en face de l’appartement de Renée par exemple). Tout cela déroute le lecteur sans jamais le perdre pour autant. En cela, Blutch manie son récit avec maestria. A aucun moment, on ne perd le fil et les incohérences inhérentes au rêve sont traitées sans excès.

Au niveau du dessin, Blutch manie un trait tout en hachures. Cependant, l’emploi de couleurs a tendance à rendre son dessin moins expressif et fort que dans le passé. Cela le rend par contre beaucoup plus accessible à mon sens. En revanche, la couleur est maniée avec talent et participe fortement à l’ambiance particulière de ce « Vitesse moderne » (notamment la robe rouge de Lola qui dénote avec l’ensemble dans nombre de pages).

Une attention toute particulière a été apportée au dessin des corps. C’est d’autant plus flagrant lorsque l’on voit danser Lola dans les premières pages. Ils sont remarquablement bien rendus. De même, Lola a une expression sans cesse apeurée qui participe à l’ambiance du livre.

Au final ce « Vitesse Moderne » est une bande-dessinée des plus réussie. Le trait assuré de Blutch transporte le lecteur dans une histoire torturée et intrigante, mais toujours passionnante. L’utilisation de la couleur est pertinente et renforce la sensualité du propos, entre angoisse et fantasmes. A lire.

avatar_belz_jol

Note : 18/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *