Largo Winch, T19 : Chassé-croisé – Jean Van Hamme & Philippe Francq

LargoWinch19


Titre : Largo Winch, T19 : Chassé-croisé
Scénariste : Jean Van Hamme
Dessinateur : Philippe Francq
Parution : Novembre 2014


« Largo Winch » est une des plus célèbres séries de bandes dessinées. En effet, bon nombre de lecteurs guettent la sortie annuelle de la nouvelle aventure du milliardaire en blue jeans. Je fais partie de ces adeptes qui prennent chaque fois plaisir à découvrir les pérégrinations souvent dangereuses dans les arcanes du monde cruel du grand capital. Le dernier opus en date, le dix-neuvième, s’intitule « Chassé-croisé ». Sa sortie en librairie date du mois de novembre dernier.

La particularité de cette saga est de se composer de diptyques successifs. Cet album marque donc le début d’une nouvelle intrigue qui se conclura l’an prochain avec la parution de « 20 secondes ». Celle-ci débute à Londres où Largo se rend pour présider le Big Board du groupe W. Comme souvent, réunion de travail et moments plus détendus se succèdent. Evidemment, la situation se complique avec l’apparition dans le jeu de terroristes djihadistes, d’agents troubles et d’espions véreux…

LargoWinch19c

Le personnage de Largo Winch est assez unique dans son genre dans le monde du neuvième art. Il est décrit avec les mots suivants sur la quatrième de couverture : « Sans famille ni attaches, contestataire, coureur, vagabond, iconoclaste et bagarreur, il se retrouve, à vingt-six ans à la tête d’un empire de dix milliards de dollars… » Par les temps qui courent, il peut paraître de curieux de choisir comme héros un patron milliardaire. Evidemment, le scénariste Jean Van Hamme, en a fait quelqu’un qui possède une fibre sociale et humaniste plutôt développée. Cela évite de tomber dans la caricature du grand chef d’entreprise.

Le côté « superhéros » de Winch fait accepter le côté manichéen.

Largo est quelqu’un de sympathique. Le lecteur s’y attache rapidement et ne renie jamais l’affection ressentie à l’égard de ce patron pas comme les autres. A aucun moment, on ne lui envie sa richesse ou son pouvoir. Au contraire, on se laisse fasciner par sa capacité à déjouer les manipulations des méchants capitalistes qui l’entourent. L’ensemble est assez manichéen mais le côté « superhéros » de Winch fait accepter cela sans mal. Comme Indiana Jones a du mal à rester un professeur d’université, le milliardaire a du mal à rester dans sa tour et ses bureaux pour mener à bien ses affaires.

LargoWinch19bBien souvent, la première partie d’un diptyque a pour objectif de poser la situation, de présenter les enjeux et de mettre le héros dans une situation complexe générant ainsi un suspense à la fin de la lecture. « Chassé-croisé » n’échappe pas à cette règle. Les personnages principaux arrivent à Londres, s’installent. Pendant ce temps, des inconnus font leur apparition. On les devine animés de mauvaises intentions mais les zones d’ombre restent nombreuses. Tout ce petit monde se rencontre et de ces interactions naissent des questions pour l’instant sans réponse. La recette est efficace mais exécutée ici avec une sensation de paresse. Je n’ai pas retrouvé dans cet album l’intensité dramatique habituelle. J’avais le souvenir que la lecture d’un tome de cette série était toujours accompagnée du sentiment d’être au beau milieu d’un tourbillon d’événements qui ne faisaient qu’aggraver la situation de Largo. Ici, le ton est plus léger. Les amourettes des différents personnages tendent presque cette histoire d’espionnage vers le vaudeville.

Sur le plan graphique, j’ai retrouvé avec plaisir le trait de Philippe Francq. Je trouve qu’il possède un talent intéressant pour faire exister ces atmosphères urbaines. Ses décors participent au réalisme de l’ensemble. Cette sensation est indispensable au plaisir de la lecture. Son travail sur les personnages est de qualité mais plus classique. Néanmoins, nous n’avons aucun mal à s’approprier les personnages qu’ils nous soient familiers ou de nouvelles rencontres.

LargoWinch19a

Au final, « Chassé-croisé » est un épisode honnête des aventures de Largo. J’ai retrouvé cet univers et ce héros avec plaisir et j’ai passé un moment agréable à découvrir ses nouveaux soucis. Malgré tout, ce tome ne fait pas partie des meilleurs de la série. Le scénario est quelque peu fainéant en comparaison des meilleurs opus de la saga. Ces bémols ne m’empêcheront pas de me jeter sur le vingtième acte pour connaître le dénouement de ce séjour londonien…

gravatar_eric

Note : 12/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *