Le serpent et la lance, T1 : Ombre-montagne


Titre : Le serpent et la lance, T1 : Ombre-montagne
Scénariste : Hub
Dessinateur : Hub
Parution : Novembre 2019


Le serpent et la lance est un ouvrage que le père Noël a eu la gentillesse de m’offrir en fin d’année dernière. Ma première impression en le tenant de les mains a été de posséder un album dense, dépaysant qui était le fruit d’un auteur a priori inconnu. Après m’être renseigné, j’ai découvert que Hub était également à l’origine de la série Okko. Je n’ai jamais eu l’occasion de m’y plonger mais n’en ai eu que des échos élogieux. Bref, à l’amorce de ma lecture, mon impression à l’égard de ce livre était positive.

Un beau travail d’écriture

« Empire aztèque, 1454 – La cité lacustre de Tenochtitlan bruisse de rumeurs depuis quelques temps. A l’extérieur de son enceinte, de sinistres momies de jeunes filles sauvagement assassinées sont retrouvées à l’identique jusque dans les régions les plus éloignées. Afin d’éviter tout trouble, les autorités de la ville tenter d’étouffer l’affaire. L’enquête est discrètement confiée à Serpent, un haut-fonctionnaire cruel mais efficace. Un prêtre influent, Cozatl, fort embarrassé par certains indices qui relient ces meurtres à l’ordre qu’il dirige, tente de retrouver au plus vite son vieil ami, Œil-Lance. Il veut inciter ce dernier à mener une enquête parallèle. Serpent et Œil-Lance se connaissent depuis l’enfance. Ils ont fréquenté la même maison du peuple et leurs rapports ont toujours été détestables. L’un des deux élucidera-t-il cette sombre affaire ? »

Cet album possède un format peu classique. Il se compose de presque deux cents pages. Son découpage en chapitres facilite la lecture et la compréhension du déroulé de l’intrigue. J’ai vraiment eu le sentiment de me plonger dans une saga de grande ampleur.

Le premier attrait de cette histoire est l’originalité de la civilisation au milieu de laquelle elle se déroule. Rares sont mes lectures à m’avoir permis de découvrir l’univers des incas. Mes quelques immersions dans ce monde l’ont souvent été à travers le prisme des guerres contre les conquistadors espagnols. C’est donc avec curiosité que j’ai débuté ma lecture de cette nouvelle aventure. L’atmosphère mystérieuse et exotique qui l’envoutée s’est rapidement avérée prenante et a fait de cet album une belle réussite à mes yeux.

L’intrigue s’avère particulièrement dense. Elle débute à plusieurs endroits et à plusieurs époques. Une toile narrative complexe semble se tisser au fur et à mesure que les pages défilent. Toutes les parties de cette grande machinerie scénaristiques ne sont pas encore emboîtées mais elles se rapprochent les unes des autres petit à petit. La lecture demande une certaine concentration devant la richesse des personnages, des enjeux et des événements. Mon attention a été alimentée en permanence par l’intrigue que j’ai trouvé très prenante. Il s’agit d’un beau travail d’écriture.

Cette histoire captivante est sublimée par les illustrations. J’ai été immédiatement conquis par le dessin. Le style graphique de l’auteur fait vivre le lieu et a favorisé mon dépaysement. De plus, la capacité de son crayon à varier les ambiances et à travailler sur les couleurs pour faire évoluer l’atmosphère est un atout indéniable au plaisir offert par cette lecture.

Pour conclure, Le serpent et la lance est une belle découverte. J’ai énormément apprécié le voyage. La densité du scénario est remarquable et a éveillé chez moi une forte envie de connaitre la suite. Mais cela est une autre histoire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *