Canardo, T26 : Un con en hiver


Titre : Canardo, T26: Un con en hiver
Scénaristes : Benoît & Hugo Sokal
Dessinateur : Pascal Regnault
Parution : Janvier 2018


Un con en hiver. Voilà un titre qui me plait bien ! Il s’agit de celui du dernier tome en date des aventures de Canardo, le célèbre détective palmipède en imperméable. Je suis un fidèle de ses enquêtes depuis les toutes premières. J’ai toujours un vrai plaisir à découvrir un nouvel opus de ses pérégrinations. Continuer la lecture de « Canardo, T26 : Un con en hiver »

Canardo, T18 : La Fille Sans Visage

canardo18


Titre : Canardo, T18 : La Fille Sans Visage
Scénariste : Sokal
Dessinateur : Sokal
Parution : Février 2009


Je me suis récemment offert un opus d’une de mes séries de bandes dessinées préférées intitulée. Elle met en œuvre l’inspecteur Canardo. Cette série est composée d’une vingtaine d’albums. Le premier tome date de 1979. Cette série est écrite par Benoît Sokal. Il s’occupe à la fois du scénario et des dessins. Mon avis d’aujourd’hui porte sur le tome dix-huit intitulé « La fille sans visage ». Paru en février 2009, il est édité chez Casterman dans la collection « Ligne rouge ». Composé d’une petite cinquantaine de pages, il est vendu au prix de 10,40 euros.

L’histoire commence dans un bar dans lequel erre ce cher Canardo. Preux chevalier, il décide de raccompagner une jeune prostituée chez elle en tout bien tout honneur. Mais sur leur trajet, ils sont percutés par une voiture à toute vitesse. Il en résulte pour tous les deux de lourdes séquelles. Ils sont soignés dans une clinique de luxe. En effet, le responsable de l’accident est l’héritier du duché de Belgambourg. Afin d’éviter tout scandale, il a décidé de s’occuper de toute la rééducation de ses victimes. Le silence sur cette affaire est d’autant plus important que ce fils de bonne famille se révèle plutôt instable…

Tout d’abord, il faut que je décrive un petit peu la série pour ceux qui ne le connaissent pas. La première particularité est le fait que les personnages sont des animaux anthropomorphes. Comme son nom l’indique, Canardo est un canard. Mais on rencontre également des oiseaux, des chiens, des chats, des souris ou encore des cochons… Ce choix a pour conséquence de nous donner une impression directe sur chaque personnage. En effet, on a tendance à adapter l’image qu’on a d’un personnage à ses traits animaux.

Riche héritier et duchesse flippante.

Canardo est un inspecteur qui ne paye pas de mine. Plutôt trapu, le regard vague, il ne traine jamais sans son imperméable digne de Columbo. Son lieu de prédilection reste un bar mal famé dans lequel il a une ardoise longue comme un jour sans pain. On y rencontre maquereau, prostituées, alcooliques, drogués et toute autre bonne fréquentation. Il manque tellement de dynamisme et de charisme qu’on est toujours surpris de le voir résoudre les enquêtes qu’on lui confie.

Le thème de « La fille sans visage » est plutôt politique. En effet, on voit une personne connue qui cherche à gérer une situation de crise qui pourrait faire les choux gras dans la presse spécialisée. On découvre donc la duchesse gérer tout cela avec une main de fer et une froideur flippante. Parallèlement, on découvre les paparazzis guetter cette clinique où se rend si souvent ce riche héritier lubrique sous médicament. On est donc curieux de savoir si la vérité va éclater au grand jour et de connaître également jusqu’où la duchesse est prête à aller pour protéger l’image de son duché.

L’autre dimension politique apparaît dans la deuxième partie de l’histoire. Le duché qui nous intéresse est voisin de la Belgique. Les soucis de rattachement et d’indépendance touchant la Flandre et la Wallonie apparaissent au cours de la narration. Cela permet à l’intrigue de rebondir et ne la cantonne pas à une histoire d’accident malheureux. En ce sens, l’auteur arrive à nous offrir une trame assez dense qui nous captive du début à la fin. Elle cache quelques tiroirs qui suscitent notre attention. Sur ce plan, la narration est assez réussie. Mon seul petit bémol concerne une partie de la fin que je trouve un petit peu tirée par les cheveux. Néanmoins, cela ne gâche en rien le plaisir que j’ai pris à lire cet ouvrage.

Le plaisir de la lecture réside également dans la qualité des dessins. Je trouve le style très facile d’accès. De plus, les personnages sont tels qu’ils nous parlent tous à leur manière. On n’a aucun mal à croire à l’histoire et à s’y plonger. Certains regards sont impressionnants de justesse. De plus, Sokal utilise remarquablement les couleurs. D’une part, elles personnalisent parfaitement les protagonistes et d’autre part elles habillent remarquablement l’ambiance. Les dessins créent une atmosphère prenante et captivante.

Au final, j’ai donc passé un très bon moment en lisant cet opus. Il est à la hauteur des précédents de la série. Sur ce plan-là, Sokal est un auteur très talentueux. Cela fait trente ans qu’il nous décrit les aventures de Canardo sans jamais baisser de qualité. Je ne peux que vous conseiller de vous plonger dans « La fille sans visage ». Vous passerez un bon moment de manière garantie. Bonne lecture…

gravatar_eric

note4

Canardo, T19 : Le Voyage des Cendres

canardo19


Titre : Canardo, T19 : Le Voyage des Cendres
Dessinateur : Sokal
Scénariste : Sokal
Parution : Mai 2010


Mon avis d’aujourd’hui porte sur le dernier opus paru de la série « Canardo ». Cet ouvrage est édité chez Casterman. D’un format classique et composé d’une petite cinquantaine de pages, il est vendu au prix de 10,40 €. Sa parution date de mai dernier. L’auteur de cette série est Benoit Sokal. Il s’est associe depuis quelques albums l’aide de Pascal Regnault. « Canardo » est actuellement composée d’une vingtaine de tomes numérotés de 0 à 19. « Le voyage des cendres » est celui dont je vais vous parler aujourd’hui.

« Canardo » est une série utilisant l’anthropomorphisme. Les différents personnages sont des animaux bien qu’il évolue dans un monde « humain ». Ai-je besoin de préciser que le héros possède les traits d’un canard. Ce dernier est un détective privé dépressif. Quand on le voit pour la première fois, il n’y a pas de doute, l’habit fait le moine. On a du mal à croire qu’il puisse trouver des clients et résoudre des affaires. C’est la magie de la bande dessinée…

Dans cette aventure, on commence par découvrir M. Van Bollewinkel. Il s’éloigne dans la forêt et se tire une balle dans la tête. Il en découle logiquement un rendez-vous chez le notaire pour la lecture du testament. L’attrait de cette séance réside dans le sort réservé aux deux petits-enfants. Ces derniers ont pour mission de « balancer les centres quelque part au-dessus de son pays natal ». Il s’avère que le pays natal est la Belgique, que le mort est un parrain mafieux exilé aux Etats-Unis et que les deux petits-enfants sont deux morveux sans foi ni loi. Ces derniers vont mener leur voyage à travers le plat pays sous la conduite de notre cher Canardo qui, en tant que lointain cousin, ne peut rien refuser à sa famille…

Un ouvrage peu amène envers la Belgique.

L’histoire ne perd pas de temps à se mettre en place. En effet, dès la sixième page, les deux enfants rencontrent Canardo et trois pages plus loin, ils subissent leur première fusillade. Le problème est qu’en tant que parrain de la mafia locale, leur grand-père n’a pas laissé que des amis à la maison. Cela fait que le voyage des cendres va être loin d’être de tout repos. Le fait qu’il faut passer entre les balles pour mener la mission à bien rend la trame dynamique.

Mais le plaisir de la lecture ne réside pas essentiellement dans le fait de savoir si oui ou non les cendres vont arriver à bon port. En effet, c’est davantage l’ambiance et l’atmosphère qui ne nous laisse pas indifférent. D’une part, les deux petits-enfants sont odieux et dégoutants. Sokal ne se fixe ici aucune limite. Ils n’ont que du mépris pour le monde qui les entoure. A priori, le fait d’être éduquer à un rythme mafieux n’inculque pas des valeurs « classiques ». Leurs regards, leurs actes, leurs propos, tout est fait pour qu’on ne les supporte pas. Très rapidement, on a de l’empathie envers notre cher Canardo qui doit se les supporter. Il est très rare de découvrir des enfants incurables à ce point-là. C’est assez réussi.

On ne peut d’ailleurs pas vraiment dire que « Le temps des cendres » soit un guide vert plein d’éloges pour la Belgique. Sur le plan météorologique, le soleil n’est jamais de sorti. Au mieux, le temps est nuageux. Cet aspect est mis en bleu par une forte utilisation de la couleur grise et de ses variantes. Mais alors que certains lieux communs nous expliquent que les gens du nord n’ont peut-être pas le soleil dans le ciel mais l’ont dans le cœur, ils n’ont pas lieu d’être ici. Les différentes rencontres faites par nos amis sont désastreuses pour l’image de la Belgique. Il n’y en a vraiment pas un pour rattraper l’autre.

Au final, je trouve cet opus remarquable. Son atmosphère est assez unique. Ce n’est pas une ode à la bonne humeur et à l’espoir mais en tout cas c’est un moment de lecture passionnant. Les dessins sont comme à l’accoutumée très agréables et participent à la réussite générale. Les personnages sont très réussis et l’usage des couleurs savamment dosé. Je ne peux donc que vous le conseiller. Il s’agit d’un ouvrage qui ne laisse pas indifférent et qui sort des sentiers battus. Je tiens d’ailleurs à préciser qu’il n’est pas nécessaire d’avoir lu les précédents albums pour découvrir celui-ci. Il est indépendant. Il ne me reste donc plus qu’à vous souhaiter une agréable lecture.  

gravatar_eric

note4

Canardo, T20 : Une Bavure Bien Baveuse

canardo20


Titre : Canardo, T20 : Une bavure bien baveuse
Scénariste : Sokal
Dessinateur : Sokal
Parution : Octobre 2011


Canardo est un de mes héros de bandes dessinées préférés. Je l’ai découvert il y a des années dans la bibliothèque de mes parents et ai continué à suivre ses aventures une fois le cocon familial quitté. Chaque nouvelle parution est un événement et je m’empresse bien souvent de compléter ma collection sans trop tarder. Ce mois-ci est apparue dans les bacs des librairies « Une bavure bien baveuse » édité chez Casterman. Pour les non adeptes de cette série, elle est le fruit de l’imagination et du trait de Sokal. Sur la couverture, on découvre notre héros, de face. Il est avec la clope au bec, le regard inexpressif en train de jouer aux cartes. Au second plan, on découvre une ravissante femme au décolleté qui ne laisse pas indifférent.

Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, Canardo est un détective privé. Il a les traits d’un canard mais a toute l’apparence d’un Columbo qui abuserait un peu de la bouteille et ne fréquenterait pas régulièrement la salle de bain. Il a pour habitude de se voir confier des affaires sans grande envergure. Ses enquêtes le mènent souvent dans les bas-fonds de la ville et dans des endroits plutôt glauques.

La disparition de l’inspecteur de police ne fait pas que des malheureux…

Dans cet album, Canardo se voit confier une mission toute particulière. Le commissaire Garenni, avec trois grammes d’alcool dans le sang, est accusé d’avoir tiré sur un inspecteur de police au cours d’une fusillade. C’est une énorme bavure qui met l’accusé dans de sales draps. Il en est tellement désespéré qu’il fait appel à ce cher Canardo pour connaitre la vérité sur cette affaire. Rapidement, notre héros se rend compte que la disparition de cet inspecteur de police ne fait pas que des malheureux dans certains milieux obscurs…

Cet opus est dans la lignée des précédentes aventures de notre canard préféré. L’histoire est indépendante et ne nécessite aucun prérequis particulier. La trame utilise les codes du polar noir. L’intrigue et l’atmosphère sont travaillées. Certains moments sont légers, d’autres plus lourds. Les émotions sont variées. Les plus jeunes lecteurs n’y trouveront pas grand-chose. Par contre, les adeptes de romans policiers et de films à ambiance seront ravis du voyage.

Le scénario est construit de manière classique. Les premières pages posent les jalons. Une bavure policière lors d’une attaque de banque marque le début de notre lecture. On voit poindre l’erreur judiciaire. C’est à ce moment-là qu’apparait notre héros qui entame son enquête qui va l’amener à remuer des milieux qui ne demandaient qu’à être oubliés. La narration ne souffre pas de temps morts. Aucune case n’est inutile. Chacune apporte son information ou son changement d’angle de vue qui attise notre curiosité. Les rebondissements sont fréquents. Ils sont d’ailleurs un peu trop nombreux dans la dernière partie. Il en découle un dénouement que je trouve quelque peu brouillon.

Comme souvent, Sokal nous offre une galerie de personnages variée. Je passe rapidement sur Canardo qui est fidèle à lui-même. La moindre des choses qu’on puisse dire est qu’il ne paie pas de mine. L’autre personnage central prend les traits du commissaire Garenni. Ce looser alcoolique attire rapidement notre sympathie. A défaut d’être un policier ne serait-ce que correct, il ne mérite pas pour autant d’être un innocent condamné. La traditionnelle femme fatale de cet album prend les traits de l’inspecteur Manta. Cette mante religieuse ne laisse indifférent la gente masculine tout en dégageant un léger sentiment de malaise. A ce trio principal, s’ajoute un bon nombre de malfrats dignes de tout bon film noir. On les trouve dans des bars mal famés dont j’aurais personnellement du mal à franchir le seuil de la porte.

A mes yeux, le principal attrait de cette série est son atmosphère. Les pages de Sokal dégagement une ambiance particulière. Les deux tiers de l’album répondent à mes attentes. L’immersion de Canardo dans les arcanes glauques de son enquête dégage un vrai quelque chose. Par contre, je trouve la dernière partie de l’histoire plus confuse. Cela a eu pour conséquence de me sortir quelque peu de ma lecture. Je redeviens spectateur de Canardo alors que le début me laissait sentir que je lui emboitais le pas. Le côté brouillon du dénouement fait que l’atmosphère dégagée est moins intense. C’est dommage. 

Côté dessins, la qualité est identique à celle qui accompagnait la lecture des précédents tomes. J’ai donc une nouvelle fois apprécié le trait de l’auteur. Le fait que les personnages possèdent des traits animaliers est assez réussi et participe à l’identification de la série. Malgré un style simple et facile d’accès, les cases sont fournies et pleines de petits détails. Les décors sont travaillés et cela participe activement à la qualité de l’ambiance qui transpire des pages.

En conclusion, ma lecture s’est avérée agréable. J’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir cette nouvelle aventure de Canardo. Le seul bémol, évoqué précédemment, concerne le dénouement que je trouve trop brouillon. Il y a trop d’événements dans les dernières pages. Cela a eu pour conséquence de me sortir un petit peu de l’histoire, la fin arrivant finalement de manière assez abrupte. Je trouve dommage que la sortie ne soit pas davantage dosée. Cela aurait fait de cet album un des bons opus de la série tant son thème et son message ne laissent pas indifférents…

gravatar_eric

note3

Canardo, T22 : Piège de miel

canardo22


Titre : Canardo, T22 : Piège de miel
Scénariste : Benoît Sokal
Dessinateurs : Benoît Sokal & Pascal Regnauld
Parution : Octobre 2012


« Canardo » est une série que j’apprécie énormément. Suivre les enquêtes de ce détective au physique de palmipède et à l’allure de Colombo procure un plaisir certain. Je suis assez admiratif de la capacité de son auteur, Sokal, à conserver une qualité d’écriture toujours élevée plus de trente ans après les premières aventures de son héros. J’étais donc confiant et impatient de me plonger dans cette nouvelle épopée intitulée « Piège de miel ». Sa parution date du mois de septembre dernier. Le père historique de la saga s’associe une nouvelle fois à Pascal Regnauld pour faire naitre cet opus.

Comme dans une grande partie de ses histoires récentes, Canardo se trouve proche du plat pays. La Belgique est le nouveau lieu star des pérégrinations du célèbre enquêteur. Cela permet de faire apparaitre une ambiance grise et triste. On a le sentiment que le soleil n’est jamais de sortie. On ne peut pas dire que Sokal milite pour l’office de tourisme belge. Je me garderais de toute comparaison avec la réalité sur les plans géographiques et météorologiques mais je tiens à préciser que j’apprécie toujours d’être envouté par cette atmosphère. Le travail sur les couleurs participe activement à la force de cette dernière. Le dépaysement est immédiat. On ressent un vrai plaisir à retrouver cet univers qui nous est familier et qui ne nous laisse pas insensible.

Une partie de Cluedo des plus passionnantes.

Le héros étant détective, il lui faut donc trouver une affaire pour expliquer sa charismatique présence sur les lieux. Il est ici en mission. On apprend rapidement qu’il surveille de près un ministre au physique peu avenant. Une parenté avec notre cher ancien-futur président de la France ne serait qu’un hasard malencontreux. Canardo arrange une rencontre entre ce ponte et une femme splendide qui s’avère être une prostituée de luxe. Tout cela sent le guet-apens. Mais l’intrigue prend vite une tournure différente quand tout ce beau monde est pris par une tempête de neige. La solution de repli pour passer la nuit est une curieuse résidence isolée et habitée par une famille noble à défaut d’être riche.

Tout est donc réuni pour nous plonger dans une partie de Cluedo des plus passionnantes. Il n’y a pas de crime mais tous les autres ingrédients sont présents. L’unité de lieu est imposée par la météo. De plus, ce lieu possède un charme certain. C’est un château perdu au milieu de la forêt. On retrouve une galerie de personnages importante. Chacun donne lieu à des interrogations. Les secrets semblent nombreux et les cadavres doivent inonder les placards. Notre ami palmipède semble vouer à arbitrer tout ce petit monde et les différentes interactions qui vont lier les uns avec les autres. Cet état des lieux attise donc notre curiosité et fait que notre immersion est immédiate. Dès les premières pages, par les décors, les personnages et l’atmosphère, on est conquis.

Notre plaisir ne diminuera jamais au fur et à mesure que les pages défilent. A aucun moment, notre attention et notre attrait ne s’atténuera. La narration ne souffre d’aucun temps mort. Bien au contraire, l’intensité ne cesse d’augmenter. Chaque personnage, par son apparition dans l’intrigue, relance la trame. Le dénouement est à la hauteur du chemin qui y mène. Il n’y a aucune déception. La dernière page est un modèle de conclusion tant sur le plan graphique que du texte. Ce nouvel opus ravira les adeptes du célèbre détective. Ils y retrouveront tous les ingrédients qu’ils ont l’habitude de savourer. Pour ceux qui n’ont encore jamais rencontré Canardo, je ne peux que vous conseiller de découvrir « Piège de miel ». Il s’agit d’un excellent cru pour un premier rendez-vous avec le célèbre palmipède…

coupdecoeur_new

gravatar_eric

note5

Canardo, T23 : Le vieux canard et la mer – Benoît Sokal, Pascal Regnauld & Hugo Sokal

Canardo22


Titre : Canardo, T23 : Le vieux canard et la mer
Scénariste : Hugo Sokal
Dessinateurs : Benoît Sokal & Pascal Regnauld
Parution : Octobre 2013


Canardo et moi, c’est une grande et vieille histoire d’amour. J’ai d’abord découvert les premiers ouvrages, noirs, sales et désabusés… Une vraie révélation ! Le tout a désormais bien changé, sans pour autant me déranger. Lassé du dessin, Sokal a acquis l’aide de Pascal Regnauld afin de se concentrer sur le scénario. Car c’est avant tout les dialogues qui intéressent l’auteur. On a donc désormais un Canardo très ancré dans la Belgique et une bande-dessinée qui est avant tout une satire sociale à l’humour bien trempé. Ici, c’est Hugo Sokal qui s’occupe du scénario. Il avait déjà co-scénarisé les précédents opus. Les rôles sont un peu flou dans « Canardo », même s’il semble acquis que Pascal Regnauld assure la majorité du dessin, bien que son nom ne soit crédité qu’en terme de « collaboration » dans l’ouvrage… Passés ces considérations sur qui fait quoi, voyons si ce millésime, intitulé « Le vieux canard et la mer », vaut la lecture. Le tout est toujours publié chez Casterman sous la forme d’un album tout ce qu’il y a de plus classique.

Dans cet ouvrage, l’inspecteur Canardo fait la nounou… Sa sœur est à la clinique et il doit s’occuper de son petit neveu. Ce dernier, comme tous les petits de son âge, est fan de Momo le Mérou (dont le parallèle avec Némo est évident) dont le merchandising fonctionne à plein tubes. Si bien que la pêche au mérou à pois rouges est déclarée interdite… Hélas, le Koudouland a une économie qui dépend entièrement de cette pêche. Et le Belgambourg, ancienne puissance coloniale, ne l’entend pas de cette oreille… Elle missionne Canardo sur place.

Une grande densité de réflexions sociétales et d’humour.

Cette histoire fait la part belle au neveu de Canardo qui devient un personnage central de cette bande-dessinée. A travers lui, il critique vertement les nouvelles générations et les conflits inhérents à la culture et consommation de masse. D’autres termes se mêlent comme la célébrité facile et factice dans notre univers mondialisé… La densité des réflexions et l’humour avec lequel tout cela est traité est la vraie force de l’ouvrage. J’ai trouvé cette partie particulièrement réussie. On sourit beaucoup, il y a des idées à foison… Car à côté de cela, on suit également la grande duchesse, un des personnages les plus réussis de la série, qui vient rendre visite à son « ami » président. Bonjour le néocolonialisme et tout ce qui va avec… « Canardo » sait vraiment ici capter l’air du temps et mettre le doigt sur les dérives de nos sociétés.

Au niveau du dessin, Pascal Regnault fait le travail. On est en terrain connu. Je trouve cependant la gestion des phylactères un peu hasardeuse. Ce n’est pas nouveau, mais l’aspect « photoshop » des bulles en est parfois gênant. Je trouve aussi les couleurs un peu trop criardes. Clairement, le passage à l’informatique de certains aspects de la série n’a pas été une franche réussite. Cependant, cela ne gêne pas la lecture pour autant, loin de là. L’univers animalier de Canardo est un modèle du genre.

J’ai été très enthousiaste à la lecture de ce « Canardo ». Le cru 2013 est un bon cru, avec beaucoup d’humour et d’allusion à notre monde. C’est toujours étonnant de voir qu’après tant d’années et d’évolutions, je puisse être autant heureux de lire cette série qui, clairement, ne se repose par sur ses lauriers. Un exemple à suivre !

avatar_belz_jol

note4

Canardo, T24 : Mort sur le lac – Benoît Sokal, Hugo Sokal & Pascal Regnauld

Canardo23


Titre : Canardo, T24 : Mort sur le lac
Scénaristes : Benoît Sokal & Hugo Sokal
Dessinateur : Pascal Regnauld
Parution : Mars 2015


« Canardo » est un héros légendaire de la bibliothèque de mes parents. Son physique de canard attirait mon regard d’enfant mais la nature du contenu me disait d’attendre d’être plus grand pour en savourer la lecture. Quand j’ai été en âge de découvrir des enquêtes du palmipède détective, j’ai immédiatement succombé aux charmes de l’atmosphère unique et envoutante qui accompagnait le quotidien de ce Columbo aux pieds palmés. Les années sont passées et je n’ai jamais cessé de guetter chaque nouvelle parution de ses pérégrinations. Le dernier s’intitule « Mort sur le lac ». La couverture sombre et crasseuse est un petit bijou. Edité chez Casterman, cet ouvrage est l’œuvre conjointe de Benoît et Hugo Sokal pour le scénario et de Pascal Regnauld pour les dessins.

Une disparue amnésique.

Un détective privé vit essentiellement de deux types d’affaire : l’adultère et la recherche de personne disparue. C’est à la seconde thématique qu’appartient ici la requête faite à ce cher Canardo. La particularité de la mission qui lui est confiée est que la disparue est assise en face de lui et que ce qu’elle souhaite retrouver est sa mémoire…

Avant d’entrer de plein pied dans le ressenti de ma lecture, je me dois de présenter rapidement les caractéristiques de ce héros atypique qu’est Canardo. L’univers anthropomorphiste de la série lui donne les traits d’un canard. Mais le premier contact l’associe immédiatement à Columbo. L’imperméable, le regard peu expressif, la cigarette… Malgré son côté peu attirant, le lecteur ne peut que tomber sous le charme du personnage.

Canardo23a

Comme souvent ces derniers temps, l’enquête de Canardo lui fait croiser les hautes sphères du duché de Belgambourg. Ce dernier se veut être un repère pour fortuné frontalier de la Belgique. Cet album évoque les contrariétés ressentis par les dirigeants locaux du fait d’une immigration wallonne incontrôlée. Les propos tenus par cette élite mettent mal à l’aise au premier degré mais font bien rire au second. C’est une des forces de la série : son humour noir. Les auteurs ne se fixent aucune limite dans leurs propos et je les remercie pour cela. La thématique de la protection des frontières à tout prix n’échappe pas à cette règle.

Canardo23bDe son côté, Canardo a d’autres soucis. Cette ravissante demoiselle amnésique lui occupe tout son temps. Elle a été retrouvée au milieu d’un lac par un pêcheur d’anguilles qui depuis l’a recueillie. L’essentiel des échanges entre le palmipède et sa cliente se déroule donc dans un bouiboui spécialisé dans la cuisson de l’anguille. Cela permet aux auteurs de créer quelque chose qu’ils adorent et pour lesquels ils sont particulièrement talentueux : une petite communauté vivant quasiment en autarcie au milieu de nulle part. Chacune de ces immersions dans ces lieux gris où grouille cette faune particulière est un véritable bonheur. Le séjour chez Harry confirme ce postulat.

Concernant les recherches de Canardo, elles ne sont pas inintéressantes. Les pistes sont nombreuses. Les liens entre elles sont en train d’apparaître. La surprise est de voir que le dénouement n’arrive pas au bout de la quarante-huitième page. Il faudra attendre la parution du prochain tome pour connaître le fin mot de l’histoire. Je dois vous avouer que j’ai été un petit peu frustré. Les auteurs m’avaient habitué à offrir un épilogue à chacun de leurs opus. Ce n’est ici pas le cas. Il faudra faire avec mais je dois dire que je suis un petit peu déçu de cette décision scénaristique. Cela explique d’ailleurs que les différentes pièces du jeu d’échec narratif mettent plus de temps que d’habitude à se déplacer et à se dévoiler.Canardo23c

« Mort sur le lac » est un bon cru de « Canardo ». Il ne fait pas partie des meilleurs mais est incontestablement bourré de qualités. Le dessin de Régnauld fait une nouvelle fois mouche pour nous présenter des personnages hauts en couleurs dans des décors qui le sont tout autant. Les couleurs d’Hugo Sokal habillent la lecture d’une atmosphère caractéristique qui ravira les fidèles de la série. Je ne peux donc que conseiller à tout adepte du neuvième art de suivre les pas du célèbre canard en gabardine. Ceux qui le connaissent déjà seront ravis de le retrouver. Quant aux autres, la rencontre ne les laissera pas indifférents…

gravatar_eric

note4

Kraa, T2 : L’Ombre de l’Aigle – Benoît Sokal

kraa2


Titre : Kraa, T2 : L’Ombre de l’Aigle
Scénariste : Benoît Sokal
Dessinateur : Benoît Sokal
Parution : Janvier 2012


Benoît Sokal, auteur de la série « Canardo », avait surpris son monde avec la sortie du premier tome de « Kraa » où son talent de dessinateur explosait dans une histoire totalement dénuée d’humour et froide comme la lame d’un couteau. La sortie du deuxième tome de ce triptyque, « L’ombre de l’aigle » confirme la grande qualité de cette série.

Dans un coin reculé de la planète, entre Alaska et Sibérie, un territoire devient la source de convoitises. Un relatif réchauffement local et des minerais précieux dans le sous-sol attirent tous les aventuriers avides de richesses rapidement gagnées. Mais ce n’est pas si simple. Dans la ville nouvelle, tout va trop vite. L’hiver est rude, rendant le travail impossible. Et la nature reste incontrôlée. Démarrent alors de grands travaux destinés à ériger un barrage à la sortie d’une vallée encaissée. Ainsi, les inondations issues du dégel seront contrôlées et de l’électricité sera produite en grosse quantité. Dans cette vallée perdue vivait une tribu indienne, massacrée depuis. Et surtout, il y a cet aigle géant, vénéré auparavant comme un dieu, que la civilisation veut faire disparaître…

kraa2a

Le premier tome de « Kraa » était avant tout basé sur la relation entre le garçon et l’aigle. Ici, l’hiver a continué son processus d’assimilation et le jeune autochtone est devenu complètement sauvage. Ainsi, le couple fondateur de la série est très en retrait, laissant la place à la jeune infirmière à peine entrevue dans le premier tome. Celle-ci va devoir se rendre dans la vallée, sur les lieux des travaux, à ses risques et périls…

Plus que l’aigle, ce sont les vautours qui sont à l’honneur.

Curieux choix de Sokal de mettre de côté son aigle dans cette partie. Cependant, cette décision n’en est pas mauvaise pour autant. La galerie des personnages s’étoffe et se fait plus pertinente. Car plus que l’aigle, ce sont les vautours qui sont à l’honneur. Le véritable sujet est cette ruée vers l’or et ses conséquences. Et c’est remarquablement traité. Les désillusions, la pauvreté, la misère, les prises de risques… On s’en bien que ce monde en devenir ne peut que s’écrouler. La dureté de cet univers est omniprésente. La violence est partout, tout le temps. Le fait de démarrer ce tome dans la ville donne d’autant plus l’impression que la vallée est tout sauf accueillante. Et pourtant, cette ville est déjà sacrément désagréable pour ses habitants…

La narration reste efficace mais plus classique. Les parties narratives, données par l’aigle, sont plus rares alors qu’elles étaient vraiment la pierre angulaire du premier tome. Tout passe par l’action et le dialogue désormais.

Le dessin de Sokal, en couleur directe, est une nouvelle fois splendide. Outre les paysages magnifiques qui sont une véritable invitation au voyage, les personnages ont de vraies trognes, donnant beaucoup de personnalité à l’ensemble. L’auteur semble très à l’aise pour tout et produit à coup sûr l’une des bande-dessinées les plus belles de l’année.

kraa2b

Avec « Kraa », Sokal a créé un monde original, dur et implacable. Passionnant de bout en bout, doté d’un vrai suspense, il prend le temps de bâtir toute une série de personnages et de problématiques avant le troisième tome qui clora la série. Difficile encore de savoir où il veut vraiment en venir, mais « Kraa » s’annonce d’ors et déjà comme un chef d’œuvre.

coupdecoeur_newavatar_belz_jol

Note : 18/20

Kraa, T1 : La Vallée Perdue – Benoît Sokal

kraa1


Titre : Kraa, T1 : La Vallée Perdue
Dessinateur : Benoît Sokal
Scénariste : Benoît Sokal
Parution : Septembre 2010


 J’ai découvert par hasard le dernier album de Benoît Sokal, intitulé « Kraa » et sous-titrée « La vallée perdue ». Sokal s’est fait connaître notamment par la série Canardo. Très typée franco-belge (tout en rondeur, en traits noirs et en couleurs vives), cette série vaut surtout pour son humour. Avec « Kraa », on change complètement d’univers.

L’histoire de « Kraa » se situe entre la Sibérieet l’Alaska, dans une vallée encaissée. Suite à un réchauffement climatique, cette vallée devient économiquement exploitable. L’homme moderne vient alors s’y installer, rêvant de richesses. Or, la vallée est habitée par une tribu indienne, où déjà l’influence du colonisateur se fait sentir. Cependant, les indiens vivent en harmonie avec la nature qui les entoure. Pour l’instant…

kraa1bKraa est le nom d’un aigle. Il est l’un des deux héros de l’album. En effet, il créera un lien particulier avec Yuma, un jeune indien. Ensemble, ils représentent ce que le nouveau monde ne veut plus : la nature sauvage et les autochtones, freins à l’expansion économique et industrielle.

De véritables tableaux.

Ce qui marque dès les premières pages, c’est le dessin. Il est simplement magnifique d’un bout à l’autre. On ne retrouve pas du tout le dessinateur de Canardo ! Les traits sont moins appuyés, les couleurs moins vives et le tout est simplement superbe. Mention spécial aux paysages vides et au personnage de l’aigle, plus vrai que nature. On retrouve un peu les ambiances et les teintes d’albums de Sokal plus anciens comme « L’Amerzone » ou « La Mort Douce ». Rien que pour son dessin, cet album vaut le coup. Certaines cases sont de véritables tableaux.

Heureusement, l’histoire n’est pas en reste. La relation entre Kraa et Yuma est remarquablement rendu par une narration différente. Ainsi, Kraa est le point de vue du narrateur, la « voix-off » de l’album. Ses discours de départ sont particulièrement cruels, mélange d’instinct et de cruauté. En cela, il n’est pas particulièrement sympathique. Bien sûr, son lien avec Yuma le rendra beaucoup plus « humain ». Cette évolution est loin d’être immédiate. En cela, elle est réussie. Yuma est l’opposé de Kraa. Très attaché aux valeurs traditionnelles indiennes, il est très généreux. Une perle d’humanité dans un monde qui ne l’est pas du tout.

Sokal prend le temps de poser son sujet. Ainsi, ce tome qui introduit les protagonistes fait 94 pages. Cela permet aux personnages d’évoluer à un rythme cohérent. De plus, les cases sont souvent grandes pour permettre à son dessin de s’exprimer pleinement.

Au final, cet album est une excellente surprise. J’ai eu le plaisir de retrouver les ambiances malsaines de fin du monde de l’Amerzone traitées avec un dessin magnifique. Je ne peux évidemment que vous le conseiller et attendre avec impatience le prochain tome !

coupdecoeur_newavatar_belz_jol

Note 17/20

Kraa, T3 : La colère blanche de l’orage – Benoît Sokal

Kraa3


Titre : Kraa, T3 : La colère blanche de l’orage
Scénariste : Benoît Sokal
Dessinateur : Benoît Sokal
Parution : Janvier 2014


« Kraa » est le titre d’un triptyque imaginé, scénarisé et dessiné par Benoît Sokal. C’est le nom du créateur de « Canardo » qui avait attiré mon regard sur la couverture du premier acte de cette nouvelle aventure il y a presque quatre ans. Je n’ai pas regretté le voyage dans la lecture des deux premiers épisodes s’est montrée intense et envoutante. En janvier dernier, est sorti le dernier tome intitulé « La colère blanche de l’orage ». L’ouvrage nous accueille avec le visage inquiétant d’un grand aigle accompagné d’un ciel orageux illuminé par des éclairs. Edité chez Casterman, cet album se compose de soixante-sept planches et se conclue par deux pages consacrées au chamanisme, thème central de la trame.

Le site BDGest’ propose le résumé suivant : « Dans l’un des hôpitaux de la ville de Klowtown, au début des années soixante, une femme médecin qui n’est plus toute jeune, Emily, se souvient de l’époque enfuie de sa jeunesse… Flash-back : en ces temps lointains, au cœur de la vallée sauvage menacée par la poussée urbaine de Klowtown en plein essor, la jeune Emily a appris à vivre en autarcie avec Yuma, l’indien mutique, et son inquiétant compagnon ailé, l’aigle Kraa, avec lequel s’est instauré un lien d’essence chamanique. Au prix de bien des souffrances, paix et tranquillité semblent enfin régner. Hélas, ce n’est qu’un leurre. Les travaux de construction du futur barrage viennent juste de commencer ; une menace directe et immédiate pour le paradis jusqu’alors inaccessible d’Emily, Yuma et Kraa. Il est temps pour le rapace et son compagnon de reprendre l’offensive contre les envahisseurs. Et tous les coups sont permis… »

Une marche vers l’industrialisation

Cet ouvrage n’est pas une ode au chamanisme. Ce n’est pas non plus un documentaire sur cette pratique. Le lien entre Yuma et Kraa est pleinement intégré dans une intrigue aux enjeux bien plus variés et complexes. Le propos dénonce le progrès à tout prix. La construction du barrage n’est vu par certains que comme une marche vers l’industrialisation et les profits générés. Le fait que cela détruise la nature environnante et la communauté humaine et animale qui y vit ne rentre pas du tout en ligne de compte. Néanmoins, je n’ai pas perçu ce discours écologique ni trop radical ni trop idéologique. En tout cas, cette revendication ne m’a pas dérangé.

La narration est vécue dans les pas de Yuma. Par voie de conséquence, Kraa est également très présent. En effet, le concept chamanique veut qu’il ne fasse qu’un et l’auteur arrive particulièrement à transmettre cette dimension fusionnelle. Le deuxième tome avait introduit Emily et le duo était devenu trio avec toutes les complications qui peuvent naître. Ce nouvel album marque une rupture avec les deux premiers. Nous le vivons à travers le regard et les mots d’Emily qui apparaît donc omnisciente quant au déroulement des événements. Elle est maintenant au crépuscule de sa vie et se retourne sur un passé qui l’a marquée à jamais. Je ne suis pas contre une variation de ton mais je trouve que l’histoire y perd en intensité. D’une part, ces allers retours entre deux époques ne permettent pas une immersion complète dans l’univers de Yuma. D’autre part, le fait de voir les événements contés par un personnage a tendance à éloigner le lecteur du héros. La force dramatique qui envahissait chaque page a tendance à être moindre dans « La colère blanche de l’orage ». Bien que tout cela soit mené avec talent, je trouve dommage d’atténuer l’atmosphère qui était incontestablement la plus grande qualité de la série.

Le scénario est toujours aussi bien écrit. L’auteur arrive à faire cohabiter les événements liés à la construction du barrage et la révolution en marche à l’échelle de la région avec le développement de ses personnages principaux. Des moments d’action et de suspense côtoient des scènes plus spirituelles et sensibles. Le dosage n’est pas simple mais habilement géré par Benoît Sokal. Sur ce plan-là, la saga fait preuve d’une constante qualitative assez rare et qui se doit d’être signalée.

Sur le plan graphique, les planches sont de petits bijoux. La capacité de l’auteur à créer cette ville de Klowtown à la frontière de cette nature sauvage dans les années vingt. Que ce soit les moments passés avec Yuma, Kraa et Emily au beau milieu des forêts et des montagnes ou les scènes se déroulant dans cette cité boueuse et sombre, tout transpire la sueur et la dureté. Les choix de couleur sont particulièrement bien adaptés pour dégager des pages une ambiance qui absorbe le lecteur par tous les pores de sa peau. Le travail sur les personnages est également remarquable. Aucun protagoniste ne laisse indifférent. Certains nous touchent, d’autres nous apeurent ou nous dégoûtent. Une chose est sûre, les temps sont durs et la loi du plus fort semble être la règle locale.

« La colère blanche de l’orage » conclue merveilleusement ce triptyque qui est amené à être une œuvre importante du neuvième art. Cette série possède une identité forte qui la démarque de bon nombre de western du vingtième siècle. Je ne peux que vous conseiller de vous offrir cette saga. Le tome coûte seize euros. Je vous assure à ce prix-là c’est cadeau…

gravatar_eric

Note : 14/20