-22°C


Titre : -22°C
Scénariste : Jimmy Beaulieu
Dessinateur : Jimmy Beaulieu
Parution : Juillet 2003


Jimmy Beaulieu est un auteur canadien qui a mis le corps de la femme au centre de son œuvre. C’est unevéritable obsession qu’il décline dans tous ses ouvrages. En 2003, il réalise pour l’exposition « Chapeaux de roue » une histoire nommée « -22°C ». Le tout est reproduit dans un ouvrage paru chez Mécanique Générale. Chaque page contient quatre illustrations, pour un format A5, couverture souple. Le tout fait au final 46 pages. 

Quatre jours, une bande dessinée.

L’histoire nous présente donc une jeune femme qui se lève au petit matin et interagit avec son chat. Elle finira par sortir acheter son pain… Le tout est presque muet. Il faut avant tout y voir une recherche sur le corps – féminin bien sûr- plus qu’une histoire à proprement parler. La fille se réveille et s’étire sur plusieurs pages, danse, regarde pas la fenêtre, prend une douche… Le tout, souvent nue ou presque. Cela montre également une certaine solitude, symbolisé par ce silence pesant, uniquement perturbé par les miaulements du chat, le bruit de la douche ou la musique d’un disque. Pour ça, Beaulieu retranscrit parfaitement ce sentiment.

Comme les paroles sont rares, le tout se lit vraiment très vite. Alors il devient évident que cet ouvrage est destiné avant tout aux aficionados de Jimmy Beaulieu. On retrouve son trait dynamique et terriblement érotique. Étant donné l’histoire, on a presque l’impression de Beaulieu récite ses gammes. Les plus voyeurs et coquins d’entre vous y trouveront certainement leur compte. 

Dans les faits, force est de constater que je reprends régulièrement la lecture de cet ouvrage. Il se lit vite, certes, mais possède un charme certain. Le fait de montrer une femme tout le temps déshabillée alors qu’il fait -22°C dehors donne au livre un côté voyeur d’autant plus fort.

Il est à signaler que l’auteur a fait les illustrations en quatre jours apparemment. C’est important à noter, ça donne une idée du côté très relâchées des planches au final. Le tout est dessiné en noir et blanc.

« -22°C » préfigure parfaitement ce que sera la suite de l’œuvre de Jimmy Beaulieu. Axé entièrement sur le corps dénudé d’une femme, il montre combien l’auteur maîtrise déjà parfaitement la sensualité du trait. Cependant, il faut être vraiment fan de Jimmy Beaulieu et de son style graphique pour apprécier cet ouvrage, sinon, passez votre chemin. Cependant, son prix de 7,50 € reste attractif. Et il n’est pas impossible que l’érotisme de l’ensemble n’attise votre côté voyeur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *