Blake et Mortimer, T25 : La vallée des immortels, 1 : Menace sur Hong Kong


Titre : Blake et Mortimer, T25 : La vallée des immortels, 1 : Menace sur Hong Kong
Scénariste : Yves Sente
Dessinateur : Peter Van Dongen & Teun Berserik
Parution : Novembre 2018


Blake et Mortimer est une des séries majeures du neuvième art qui a le mieux, à mes yeux, réussi à survivre à son créateur. En effet, i l y a désormais davantage d’aventures du célèbre duo britanniques écrits par divers auteurs que par Edgar P. Jacobs. La performance n’est pas là mais plutôt dans la constance de la qualité et dans le respect des codes originels que cette seconde vie de la série est remarquable. Les années passent et je ne me lasse pas de découvrir avec joie et curiosité chaque nouvelle parution contant les pérégrinations scientifiques et policières d’un des plus légendaires duo de la bande dessinée.

Une histoire fortement teintée d’archéologie

Ce vingt-cinquième opus est le fruit de la collaboration de Yves Sente, Teun Berserik et Peter Van Dongen. Seul le premier d’entre eux avait déjà participé à l’élaboration d’un album de la série. La vallée des immortels s’inscrit dans la chronologie de la saga comme une suite de la célèbre trilogie Le secret de l’espadon. Néanmoins, cette nouvelle intrigue peut se lire sans le savoir. Aucun prérequis n’est nécessaire pour profiter pleinement de l’histoire.

L’histoire est fortement teintée d’archéologie. Au cours du transport d’œuvres majeures chinoises, une statue datant de plusieurs millénaires chute et casse. Elle cachait à l’intérieur un texte semblant décrire un des plus grands mystères de cette civilisation. Mais tout n’est pas si simple. La seconde partie de cette révélation est aux mains des triades. De plus, nombreux sont les personnes à vouloir mettre la main sur ce trésor. Heureusement Blake et Mortimer ne sont pas loin pour gérer au mieux la situation…

Je ne vous cache pas que le scénario est dense. Les protagonistes sont nombreux et je dois avouer que j’ai parfois eu du mal à connaître le rôle et la fonction de chacun. Une seconde lecture n’a pas été de trop ! L’album est relativement riche en texte. C’est une caractéristique de la série. Néanmoins, ne voyez pas dans cette remarque une critique négative. La vallée des immortels est un album qui ne dévore pas en quelques minutes. À l’image d’un roman, il faut prendre son temps pour en saisir tous les arcanes narratifs. C’est une lecture prenante qui se déguste délicatement en prenant son temps.

Pour conclure, je vais féliciter Teun Berserik et Peter Van Dongen pour la qualité de leurs illustrations. Elles se montrent particulièrement fidèles au style originel de Jacobs. Le trait est précis, les cases sont denses et les couleurs vives offrent une vraie atmosphère à la lecture. J’ai immédiatement eu le sentiment de me plonger dans un cocon familier et chaleureux. Le travail des deux dessinateurs y est incontestablement pour beaucoup.

Vous l’aurez compris, j’ai passé un moment très agréable en suivant cette histoire. Je n’ai pas cherché à vous en dévoiler trop concernant l’intrigue car je trouve dommage de vous gâcher le plaisir de la découverte. Sachez que les adeptes de la saga originale ne seront pas déçus. Pour les autres, lire cet album est une jolie porte d’entrée dans cette grande saga du neuvième art…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *