La famille Passiflore, T3 : La chasse au trésor

LaFamillePassiflore3


Titre : La famille Passiflore, T3 : La chasse au trésor
Scénariste : Michel Plessix
Dessinateur : Loïc Jouannigot
Parution : Juin 2014


Ma critique d’aujourd’hui porte sur un album de jeunesse intitulé « La chasse au trésor ». C’est le nom de son dessinateur qui m’a orienté vers lui. Il s’agit de Michel Plessix dont le trait m’a charmé dans « Le vent dans les saules ». De plus, j’avais eu l’occasion de lire une critique élogieuse à l’égard de cette troisième aventure de la famille Passiflore. Cette sympathique bande de lapins m’était inconnue jusqu’alors. La couverture est attirante. Elle nous présente une bande de jeunes lapereaux bien décidés au milieu d’une prairie verdoyante. Un danger rode dans l’ombre : ils sont observés par quelqu’un qui ne semble pas leur vouloir que du bien… Continuer la lecture de « La famille Passiflore, T3 : La chasse au trésor »

Abélard, T2 : Une Brève Histoire de Poussière et de Cendre – Régis Hautière & Renaud Dillies

abelard2


Titre : Abélard, T2 : Une brève histoire de poussière et de cendre
Scénariste : Régis Hautière
Dessinateur : Renaud Dillies
Parution : Septembre 2011


« Abélard » est un diptyque scénarisé par Régis Hautière et dessiné par Renaud Dillies. Trois mois seulement après la sortie du premier tome, voilà que se clôt déjà l’ensemble avec « Une brève histoire de poussière et de cendre ». Nous avions laissé Abélard le petit volatil en partance pour l’Amérique avec l’ours taciturne Gaston. Nous les retrouvons donc sur le chemin de la ville et du port, espérant se faire embarquer au plus vite. En effet, Abélard a entendu dire qu’il y a des machines volantes en Amérique. Il pourra ainsi décrocher la Lune pour Epilie, la jeune fille dont il est épris.

Dans le premier tome, Abélard faisait un peu office de personnage totalement innocent. N’ayant jamais connu autre chose que le marais, il en sort désormais et va aller de surprises en surprises. La mer, la ville et surtout les gens… Le petit volatil est totalement étranger à tout. C’est une âme pleine d’innocence lâchée dans un monde brutal. A la fin du premier tome déjà se dessinait cette évolution, on y entre ici de plein pied. La poésie fait rapidement place à une noirceur terrible et finalement assez inattendue. En effet, le premier tome était plutôt léger dans son propos. Le revirement est assez violent.

Un second tome pour les désillusions.

Abélard n’est en effet pas fait pour vivre dans le monde de la ville. Il n’est pas émerveillé par cet univers nouveau, il s’y retrouve en décalage total. Comment donc peut-il y trouver sa place ? Seule son amitié avec Gaston (le rayon de soleil de cet album ?) donne un peu d’espoir en l’humanité. Car sans Gaston, nul doute qu’Abélard ne serait pas allé beaucoup plus loin que les abords du marais. D’ailleurs, le personnage de Gaston est assez central ici. Au premier abord violent, intolérant voire misanthrope, son évolution lui donne le vrai premier rôle de deuxième volet. 

A la lecture de ce tome, l’intérêt du diptyque paraît évident. Alors que le premier tome traitait des illusions (sur l’extérieur, la ville, l’Amérique, Epilie…), le deuxième tome est celui des désillusions (sur les mêmes sujets). Malgré sa poésie, « Abélard » est une série au propos bien noir.

Le dessin de Dillies est une fois de plus de haute volée. L’osmose entre Hautière et Dillies est vraiment une grande réussite. L’univers entre innocence, poésie et noirceur et parfaitement rendu par le trait faussement naïf de Dillies. Son trait épais et indistinct, très dynamique, dessine des animaux à l’apparence enfantine. Cet album, plus noir, est colorisé de façon plus sombre globalement et installe par moment un vrai sentiment de malaise.

Tout ce que j’ai dit auparavant ne peut réellement résumer ce que j’ai ressenti à la lecture de cet album. J’en ai eu des frissons. Il m’a simplement transporté et m’a isolé du monde le temps d’aller de la première à la dernière page. C’est simplement un voyage dont on ne peut pas revenir indemne. Un chef d’œuvre ?

coupdecoeur_new

avatar_belz_jol

note5

Abélard, T1 : La Danse des Petits Papiers – Régis Hautière & Renaud Dillies

abelard1


Titre : Abélard, T1 : La Danse des Petits Papiers
Scénariste : Régis Hautière
Dessinateur : Renaud Dillies
Parution : Juin 2011


Renaud Dillies m’avait beaucoup marqué de son trait avec « Betty Blues » et « Bulles et Nacelles » où il développait un univers plein de poésie. A la suite d’une rencontre lors d’un festival, j’ai pu découvrir son nouvel ouvrage, « Abélard » (premier tome d’un diptyque) en avant-première, où il assure le dessin pendant que Régis Hautière s’occupe du scénario. Ce n’est pas la première collaboration des deux hommes, qui ont déjà signés « Mister Plumb » ensemble.

L’histoire fait intervenir Abélard, un poussin qui vit dans les marais, entre jeu de cartes et parties de pêche. Ayant toujours vécu à cet endroit, il ne peut s’empêcher de s’interroger sur l’ailleurs, si inconnu à ses yeux. Une rencontre avec une femme, Epilie, va changer sa vie. Pour elle, il va décider de voyager, jusqu’à vouloir partir en Amérique.

Un road trip sous forme d’initiation.

« Abélard », après une introduction dans les marais, ressemble fort à un road trip sous forme d’initiation. N’ayant vécu que dans les marais, Abélard a été protégé du vaste monde et est particulièrement naïf. Cette naïveté est à la fois très touchante et drôle. Sa méconnaissance du monde et des gens est vraiment amusante. Ainsi, il se retrouve à voyager avec des gitans sans même savoir qu’ils sont très mal acceptés par la population. Lui prend les gens comme ils sont, sans trop se poser de questions.

Au-delà de l’apparence parfois simple de l’histoire se dessine une trame qui paraît plus complexe. Ainsi, tout le monde semble connaître Epilie, lui donnant une image de dangerosité que l’on ne comprend pas. Nul doute que le deuxième tome explicitera tout ça, mais tout cela participe à une ambiance des plus étranges. Autre particularité d’Abélard : son chapeau lui donne chaque jour un message sous forme de proverbe ou citation. Ces messages, venus dont ne sait où vont avoir une vraie influence sur l’histoire. Une petite curiosité qui donne de la poésie à l’ensemble.

Car « Abélard » a une poésie certaine, à l’image du héros qui monte dans un arbre pour « décrocher la Lune » à sa dulcinée. Le graphisme suranné fait mouche. Le choix de la palette de couleur met parfaitement en valeur le trait de Dillies. Celui-ci est toujours aussi indistinct et naïf à la fois. Les différents personnages, tous des animaux, sont tous très réussis graphiquement. Abélard, en poussin naîf, est simplement adorable.

Dillies abandonne ici le gaufrier de six cases qu’il affectionne pour un découpage plus varié. C’est une réussite et le tout témoigne d’une grande maîtrise. Le dessinateur n’hésite pas à prendre une page pour une case (voire même deux avec cette incroyable carte de voyage pleine d’humour).

J’ai été particulièrement séduit par « Abélard » tout au long des 64 pages de ce premier tome. Il me tarde déjà d’en lire la suite. Son personnage, si naïf, est particulièrement attachant. Le scénario d’Hautière est taillé pour le style de Dillies. Une petite perle, simplement, réservée aux grands enfants. 

coupdecoeur_new

avatar_belz_jol

note5

 

Alvin, T1 : L’héritage d’Abélard – Régis Hautière & Renaud Dillies

Alvin1


Titre : Alvin, T1 : L’héritage d’Abélard
Scénariste : Régis Hautière
Dessinateur : Renaud Dillies
Parution : Juin 2015


« Abélard » est un diptyque des plus bouleversants qui avait su faire parler de lui. Le personnage d’Abélard, naïf perdu dans la dureté de la réalité, avait su émouvoir les lecteurs. Et les deux auteurs, Régis Hautière au scénario et Renaud Dillies au dessin, s’étaient trouvés, chacun semblant fait pour travailler avec l’autre. Voilà que cette nouvelle série, « Alvin », reprend les choses là où elles en étaient restées. On retrouve donc le compagnon d’infortune d’Abélard, Gaston, dans sa tentative de survivre aux États-Unis. On est au début du vingtième siècle, la vie est rude.

Alvin1cIl serait dommage de commencer « Alvin » sans avoir lu précédemment « Abélard ». L’histoire est indépendante mais des rappels sont faits, souvent en sous-entendus qui plus est.

Alvin est un petit garçon, né d’une prostituée. Autant dire que son avenir n’est pas rose et que son présent est déjà compliqué. Comme Abélard dans son temps, il apporte une touche de naïveté (de par son âge) dans l’histoire par ses questionnements, même si la vie l’a déjà sacrément endurci.

L’amitié comme valeur de survie.

Les auteurs retrouvent sans peine le ton dont ils ont fait leurs histoires. On y rencontre de la grâce, de la poésie, des drames, une vie qui vous broie mais que l’amitié permet de combattre. « Alvin » possède un ton assez unique, typique des auteurs, qui touche profondément le lecteur. En instaurant ce chapeau magique qui donne des dictons comme leçons de sagesse du jour, ils apportent un peu de magie dans leur univers. Quant aux silences et aux sous-entendus, ils donnent beaucoup de puissance aux émotions.

Alvin1bLes personnages sont des plus vivants. Chacun a ses cicatrices et essaie d’apprivoiser les autres. Ils sont bougons, râleurs, mais avant tout ils sont seuls et souffrent. L’empathie pour eux est totale et on traverse leurs existences en ne leur souhaitant que du bien. Pour cela, les auteurs ne nous aident pas !

Difficile de ne pas parler du dessin de Renaud Dillies, qui est l’un de mes préférés, toutes catégories confondues ! Son dessin animalier, très enfantin dans l’esprit, est doté d’un encrage très personnel. C’est tout bonnement magnifique ! Ses personnages sont simples, mais plein de vie et d’expressivité ! Et que dire du découpage… Une vraie maîtrise tant les pages muettes sont parlantes. Chaque case apporte ses informations et ses émotions. Du grand art !

Alvin1a

Régis Hautière et Renaud Dillies nous enchante une nouvelle fois avec une oeuvre commune. Parfaitement au diapason, ils créent une nouvelle fois un livre où leurs valeurs transparaissent. Un univers noir, fait d’exclus qui tentent de survivre en se serrant les coudes. Difficile de rester indifférent à ce Alvin. On n’attend plus qu’une chose : la suite.

coupdecoeur_new

avatar_belz_jol

note5

Le grand méchant renard – Benjamin Renner

LeGrandMechantRenard


Titre : Le grand méchant renard
Scénariste : Benjamin Renner
Dessinateur : Benjamin Renner
Parution : Janvier 2015


 

Sous le nom de Reineke, Benjamin Renner avait publié un ouvrage des plus sympathiques, « Un bébé à livrer ». Ce livre faisait intervenir les animaux de basse-cour dans une histoire rocambolesque pleine de rebondissements. À l’occasion de Noël, l’auteur avait proposé sur son blog une nouvelle histoire où, cette fois, les animaux essayaient de sauver les fêtes de fin d’année après avoir exécuté (pensaient-ils…) le Père Noël… « Le grand méchant renard », paru dans la collection Shampooing, reprend les personnages déjà connus mais peut être lu indépendamment du reste. Comme son nom l’indique, le personnage principal est ici le renard. Le tout pèse quand même plus de 180 pages.

Dans cette histoire, le renard ne fait peur à personne, au grand dam de l’intéressé. Il vient à la ferme tous les jours, essayant de récupérer une poule, mais se fait martyriser en permanence. Si bien que plus personne ne fait vraiment attention à lui. Afin de manger enfin du poulet, il décide de voler des œufs. Car, après tout, qu’y a-t-il de plus inoffensif qu’un poussin ? Bien évidemment, rien ne va se passer comme prévu.

Un ouvrage destiné autant aux publics jeunesse et adulte.

LeGrandMechantRenard1Le style de Benjamin Renner se caractérise par une succession d’actions. Chaque décision en amène une autre, enfonçant le personnage de plus en plus dans son trou. Son personnage de renard est complètement dépassé par les événements, les subissant en permanence. Cela crée une empathie évidente et l’humour de l’auteur fonctionne à plein. On sourit en permanence, l’histoire ne faisant que peu de pauses dans les péripéties de notre goupil.

Benjamin Renner réussit la difficile tâche de créer un ouvrage aussi bien destiné aux adultes qu’à un public plus jeunesse. Le tout est bon enfant, jamais vulgaire ou violent. Il joue sur les codes classiques du conte pour enfant (rien que le titre est assez évocateur !), mais son traitement humoristique touche les adultes sans problème.

Concernant le dessin, difficile de passer à côté du découpage très dessin animé (qui explique la forte pagination de l’ouvrage). Venant de l’animation, Benjamin Renner décompose les mouvements à merveille. Malgré tout, l’abondance de cases lui permet aussi de caler les nombreux dialogues présents. Au niveau du dessin proprement dit, je suis un grand fan. Le trait est vif, lâché avec dynamisme sur le papier et rehaussé d’aquarelle. Une belle maîtrise d’un style animalier où chaque animal est bien identifié avec peu de traits. Symbole de cette clarté dans la simplicité : cette case où le renard imite les mimiques du loup avec brio !

LeGrandMechantRenard2

« Le grand méchant renard » est un ouvrage bon enfant qui vous fera sourire et rire tout au long de ses pages. On est pris dans l’histoire, plein d’empathie pour ce pauvre renard qui voudrait être craint mais qui apprendra finalement qu’il vaut peut-être mieux être aimé…

avatar_belz_jol

Note : 16/20

Smart monkey – Winshluss

smartmonkey


Titre : Smart monkey
Scénariste : Winshluss
Dessinateur : Winshluss
Parution : Avril 2004


L’évolution est un curieux chemin dévoilé par Darwin. Alors quand Winshluss décide de s’y attaquer, on sait que l’on va forcément s’éloigner des sentiers battus. « Smart monkey » est l’histoire d’un singe, plus malin qu’intelligent, qui tente de survivre dans une jungle paléolithique sans pitié. En effet, après avoir copulé avec une femelle, il a été exclu de son groupe, s’étant rebellé sans avoir la force physique qui aurait pu lui permettre de rivaliser. Cette histoire est paru aux Éditions Cornélius, elle pèse près de 100 pages et est dessinée entièrement en noir et blanc.

Un exercice de style ?

smartmonkey1Le sujet de l’ouvrage pousse presque le livre dans l’exercice de style. L’ensemble est muet puisque l’on a affaire qu’à des animaux. Tout est donc dans l’action. Le livre est donc dans la veine de « Nid des Marsupilamis » de Franquin ou plus récemment de la série « Love » par Brrémaud et Bertolucci. Le propos se veut cruel, même si le petit singe finit toujours par sans sortir, souvent aidé par de grosses bestioles bien plus dangereuses que le tigre à dents de sabre qui le harcèle.

L’histoire alterne les passages d’actions, d’humour et de tristesse avec pertinence, sans chercher à trop appuyer chaque émotion. L’humour n’est donc pas omniprésent. La chute permet de donner un sens au livre, traitant du rapport entre force et intelligence dans l’évolution. L’épilogue, faisant intervenir des humains bien plus tard, est réussi mais finalement anecdotique. Son intérêt est finalement assez limité.

Pour faire fonctionner un livre muet, il faut que le dessin soit expressif. C’est le cas. Winshluss possède un trait un peu crado, mais très riche. Certaines pleines pages sont simplement splendides. La narration est maîtrisée et permet au lecteur de suivre sans peine l’histoire. Cependant, certaines cases manquent un peu de lisibilité par moment. Il est nécessaire de ne pas chercher à lire le livre trop vite, mais d’adopter un rythme de croisière tranquille pour pleinement profiter des dessins de l’auteur.

smartmonkey2

Avec cet ouvrage, Winshluss parvient à nous tenir en haleine sans un mot. Doté d’un dessin personnel, fouillé et inventif, il se relit avec plaisir afin de mieux saisir les nuances de l’épopée de ce « Smart monkey ». Une réussite !

avatar_belz_jol

Note : 16/20

Solo, T1 : Les survivants au chaos – Oscar Martin

Solo1


Titre : Solo, T1 : Les survivants du chaos
Scénariste : Oscar Martin
Dessinateur : Oscar Martin
Parution : Septembre 2014


Un auteur espagnol venu de l’animation qui fait de la bande-dessinée… Cela vous dit quelque chose ? On pense à Guarnido bien sûr. Il faudra désormais ajouter le nom d’Oscar Martin. Après un passage dans le dessin-animé, l’auteur se lance dans la bande-dessinée. « Solo » est l’une de ses histoires, qui paraît en 2014 chez Delcourt dans la collection Contrebande. Le dessin anthropomorphe rappelle immanquablement Disney, même si l’univers en est bien éloigné… Le tout semble être une édition regroupant deux premiers tomes parus précédemment. L’ensemble pèse une centaine de pages et se nomme « Les survivants du chaos ».

Solo1d« Solo » s’intègre dans une logique post-apocalyptique. La vie est rude, le gibier est rare tout comme la technologie. Fils aîné d’une famille de rats, Solo décide de quitter le foyer pour permettre à ses petits frères et sœurs de survivre. Son père a forgé en lui un formidable guerrier prêt à abattre n’importe quelle bestiole, fut-elle trois fois plus grande.

Le monde de « Solo » mélange de nombreux style. Les factions sont humaines ou animales, voire fantastiques. Il y a relativement peu d’explications sur le monde et l’univers, si ce n’est en version texte dans les dernières pages de l’ouvrage, une fois l’histoire terminée. Le scénario se concentre sur l’action et les combats, très nombreux et, finalement, peu décrits.

Ultra-violent sans être gore.

« Solo », outre l’action, joue sur l’ambiance. La narration est menée par le personnage principal. Bien qu’auto-centrée, elle apporte une empathie véritable pour le personnage et son évolution. Car Solo devient ultra-violent et y perd le sens de la vie. L’auteur ne fait cependant pas dans le gore pour tant. Malgré tout, le scénario est assez répétitif et peu original. Il plaira aux amateurs de mondes violents et désespérés. L’auteur a cependant posé des jalons qui mériteraient d’être développés dans la suite. « Solo » peut cependant se lire comme un one-shot tant on a l’impression que la boucle est bouclée à la fin du livre.

Solo1c

L’ambiance et l’action sont magnifiées par le dessin splendide de l’auteur. Oscar Martin vient de l’animation et cela se voit. Il n’hésite pas à utiliser des dessins chronophotographiques, décomposant les mouvements de ses personnages. Ses paysages sont du même niveau et nous plonge dans l’univers en rien de temps. Les couleurs sont bien pensées et renforcent d’autant plus l’immersion et l’ambiance. Il est à noter que le découpage est parfaitement maîtrisé, avec de belles trouvailles graphiques. Du grand art ! Clairement, Oscar Martin a tout pour devenir un grand de la bande-dessinée.

Solo1a

Malgré un scénario finalement peu original, on se prend au jeu de ce « Solo ». La voix off nous implique et le dessin met magistralement en scène cette histoire. Difficile de rester indifférent devant tant de maîtrise. Il ne reste plus qu’à espérer que la suite proposera un scénario plus touffu. Car après cent pages de lecture, on est finalement pas loin d’une fable post-apocalyptique, plus que d’une grande histoire.

avatar_belz_jol

note4

Légendes de la Garde, T3 : La hache noire – David Petersen

LegendesDeLaGarde3


Titre : Légendes de la garde, T3 : La hache noire
Scénariste : David Petersen
Dessinateur : David Petersen
Parution : Janvier 2014


« Légendes de la Garde » est un recueil nous contant les aventures de souris. En effet, l’auteur, David Petersen, nous fait découvrir le quotidien de la société des célèbres rongeurs. Il nous immerge donc dans un monde forestier dans lequel existent des cités habitées par ces petits animaux. Le milieu est hostile et donc la survie de tout ce petit monde nécessite une protection. C’est pour cela qu’est née la Garde et ce sont dans les aventures de ses membres que nous plonge chaque tome de cette série. « La Hache Noire » est le troisième et dernier en date de ces épisodes. Il est paru en France en janvier dernier. Il est édité chez Gallimard. Il est d’un format peu classique. De forme carrée, il se compose de cent cinquante-cinq planches. La couverture nous présente un trio de souris dont celle du centre tient fièrement une arme qui doit être la fameuse Hache Noire évoquée dans le titre.

Le site www.fnac.com propose le résumé suivant : « Au printemps 1115, le jeune Celanawe se voit investi d’une mission : escorter Em, sa dernière parente, pour retrouver la Hache noire. Cette arme mythique, qui passe de main en main depuis la nuit des temps, a été forgée par un mystérieux ancêtre, et quiconque la porte doit veiller secrètement sur le peuple des souris. Une quête qui entraine Celanawe au-delà du danger, vers les mers inconnues et les contrées lointaines… L’épopée fondatrice des Légendes de la Garde ! » 

LegendesDeLaGarde3b1Les événements de ce troisième tome sont antérieurs de ceux des deux précédents de plusieurs dizaines d’années. La conséquence logique est que la lecture de cet album peut se faire sans avoir lu les deux épisodes suivants. Malgré tout, une connaissance grossière de la société des souris permet une immersion plus aisée et plus profonde. De plus, la lecture de cet ouvrage peut convenir à un public très large. Les plus jeunes prendront plaisir à suivre les pérégrinations de ces petits héros, les plus âgés savoureront les arcanes du monde qui abritent tous ces personnages.

La datation indique clairement que l’intrigue s’inscrit dans un univers médiéval. Par contre, l’auteur a fait le choix de ne pas s’orienter vers la fantasy. On ne trouve ni magie, ni créatures fantastiques ou imaginaires. Les adeptes du Moyen-Âge retrouveront donc avec plaisir des combats à l’épée, des soldats avec une cape, des villes fortifiées, des altesses royales. Tous les protagonistes sont des animaux. Par contre, ils ne sont pas tous des souris. Il y a des furets, des lapins, des corbeaux et j’en passe… L’architecture s’approche de celle qu’on imagine ayant abrité nos très lointains ancêtres. Le travail sur les décors de la part de l’auteur est assez remarquable. Avec un style particulier, il arrive à offrir beaucoup de détails aux lieux et aux seconds plans. Cela permet au lecteur de voyager aisément dans les artères de ce monde à la fois hostile et fabuleux.

La narration se décompose en neuf parties : un prologue, six chapitres, un épilogue et des annexes. Cela s’explique par le fait que la première parution de l’histoire s’est faite en petit fascicule indépendant. Chaque chapitre offre donc une page de résumé des épisodes précédents. Il remet ainsi en perspective les enjeux en cours. Ce découpage est une excellente chose. Cela rend la trame dense. Chaque partie apporte son lot d’événements et de révélations. Malgré la longueur globale de l’ouvrage, à aucun moment, l’intensité ne diminue. Les pages se lisent avec plaisir et défilent sans mal. La quête menée par les héros est relativement prenante. Je n’ai eu aucun mal à emboiter leurs pas. On pourra toujours regretter que l’intrigue ne soit pas plus originale et se montre un petit peu moins classique. A contrario, il est toujours agréable qu’une histoire se déroule au douzième siècle utilise les codes de son époque.

LegendesDeLaGarde3b2

La qualité du travail graphique de David Petersen est à signaler. Mon contact avec son trait dans le premier tome n’avait été un coup de foudre. Mais au fur et à mesure de mon immersion dans son univers, j’ai appris à l’appréhender son style et ce troisième opus m’a offert un vrai plaisir pour les yeux. Que ce soit les décors ou les personnages, ils sont superbes et subliment l’épopée des protagonistes. Les couleurs sont également habilement choisies et ajoutent davantage de personnalité à l’ensemble.

Pour conclure, ce tome s’inscrit dans la lignée des deux précédents. J’aurais d’ailleurs tendance à dire que chacun épisode est meilleur que le précédent. Cela attise donc ma curiosité en pensant à la parution du prochain opus. Mais en attendant, je vous conseille de partir à la découverte de ces petits rongeurs dont les aventures ne vous laisseront pas insensibles…

gravatar_eric

Note : 14/20

Légendes de la Garde, T2 : Hiver 1152 – David Petersen

legendesdelagarde2


Titre : Légendes de la Garde, T2 : Hiver 1152
Scénariste : David Petersen
Dessinateur : David Petersen
Parution : Janvier 2011


A Noël dernier, mon frère m’a offert l’ouvrage « Légendes de la Garde – Automne 1152 ». Il s’agissait d’un recueil d’histoires mettant en œuvre des souris organisées en société pour survivre dans un univers hostile. J’avais été plutôt séduit par l’univers créé par l’auteur nommé David Petersen. J’ai donc décidé de m’offrir la suite des aventures de ces rongeurs intitulés logiquement « Légendes de la Garde – Hiver 1152 ». Edité chez Gallimard dans un ravissant ouvrage à la forme presque carrée, cet album se compose de plus de cent cinquante pages. La parution du bouquin date du début de l’année deux mille onze. Son prix avoisine vingt euros. La couverture nous présente une souris au pelage gris. Elle fume la pipe. Elle a le dos chargé et affronte une tempête de neige. L’atmosphère hivernale nous envahit immédiatement. Il ne reste plus qu’à s’y plonger immédiatement en attaquant notre lecture.

La quatrième de couverture ne nous offre qu’une illustration nous présentant quatre souris en train de lutter dans cette tempête de neige. C’est en découvrant l’avant-propos qui précède l’histoire qu’on peut découvrir un résumé de la trame : « La saison des glaces s’est installée sur les territoires. La Garde est à court de vivres et de médicaments. La petite équipe d’aventuriers doit se séparer et se résoudre à de terribles choix. Toutes les grandes sociétés savent relevés les défis qui se présentent, et la Garde ne fait pas exception. Avec abnégation, ses membres résistent au temps et bravent les prédateurs. Face aux épreuves de l’hiver, leur héroïsme paraît plus éclatant encore. »

Des codes proches de la fantasy

Cet ouvrage est relativement grand public. Il utilise des codes finalement proches de la fantasy. En effet, le fonctionnement de la société présentée se rapproche de nos repères médiévaux. La Garde qui se compose donc de souris dont la mission est de protéger voit ses membres être armés d’épée et habillés d’une cape. On utilise une nouvelle fois des repères chevaleresques. Sur ce plan-là, les adeptes du genre verront leur intérêt chatouillé. La narration se décompose en six chapitres. Chacun est précédé d’une page faisant le point sur l’état de l’intrigue. Cela permet à l’histoire de voir ses étapes bien marqués et son cheminement marqué. Cela participe à l’atmosphère particulière qui accompagne notre lecture.

Le fil conducteur est relativement simple. L’hiver est rude et les réserves viennent à manquer. Les meilleurs éléments de la Garde se voient confier la mission d’assurer l’approvisionnement. On suit donc un groupe de souris qui ne nous sont pas inconnues. En effet, elles étaient déjà au centre de l’histoire dans l’opus précédent. Au-delà de la météo compliquée, de nombreuses épreuves vont se trouver sur leur chemin et attiser ainsi notre curiosité. La richesse de l’histoire va donc résider dans la variété des épreuves qui vont être soumises à nos héros. Dans le premier ouvrage de la série, mon regret avait été que la richesse animalière qui habite dans l’univers des souris était sous-exploitée. On avait le sentiment que les rongeurs vivaient seuls dans la forêt. Dans ce nouvel album, l’auteur exploite davantage les prédateurs, adversaires ou acolytes des souris. Cela offre davantage d’originalité à l’histoire et permet des surprises et des scènes plus variées. C’est une agréable évolution.

Du côté des dessins, on retrouve le trait de David Petersen que j’avais découvert dans l’ouvrage précédent. Je le trouve plutôt réussi dans le sens où on n’a aucun mal à reconnaitre chaque souris malgré leur forte ressemblance apparente. Il arrive à leur générer une réelle identité graphique. C’est une réelle performance. De plus, je trouve que les paysages hivernaux prennent une ampleur que l’automne ne possédait pas. Je trouve qu’il se dégage une atmosphère prenante et réaliste qui habite intensément notre lecture. L’usage des couleurs est subtile et participe activement à cette réussite.

En conclusion, je ne regrette pas de m’être offert ce bouquin. J’ai passé un vrai bon moment de lecture. Mon intérêt n’a cessé de croître tout au long des cent cinquante pages qui composent cette histoire. Je trouve cet ouvrage de meilleure qualité que le précédent que j’avais pourtant trouvé agréable. Je suis donc curieux de savoir si David Petersen a l’intention de donner une suite aux légendes de la Garde. Une chose est certaine : si c’est le cas, je partirais à leur rencontre avec joie. Mais cela est une autre histoire… 

gravatar_eric

Note : 14/20

Légendes de la Garde, T1 : Automne 1152 – David Petersen

LegendesDeLaGarde1


Titre : Légendes de la Garde, T1 : Automne 1152
Scénariste : David Petersen
Dessinateur : David Petersen
Parution : Janvier 2008


« Légendes de la Garde » est une série née de l’imagination de David Petersen. L’ouvrage qu’on m’a offert s’intitule « Automne 1152 ». Il est édité chez Gallimard dans un format peu orthodoxe. Il est quasiment de forme carrée. L’histoire se développe sur plus de cent cinquante pages. Le bouquin se compose de six chapitres qui dans un premier temps avait été édité indépendamment sous le titre original « Mouse Guard ». « Automne 1152 » a un prix proche de dix-neuf euros.

Le site de la Fnac nous offre le résumé suivant de l’intrigue : « Depuis la nuit des temps, la Garde protège les souris de mille dangers qui menacent leur existence. Trois de ses membres les plus solides, Kenzie, Saxon et Lieam, découvrent lors d’une mission de routine un noir complot ourdi dans la ville de Barkstone. Trop tard ! Lieam est fait prisonnier, les deux autres sont laissés pour mort aux portes de la ville et une armée traîtresse marche déjà vers Lockhave, la légendaire forteresse de la Garde. »

L’intrigue s’adresse à un public adulte

En découvrant la thématique de l’ouvrage, j’étais curieux de découvrir cette société crée par l’auteur. Imaginer le monde dans lequel vivent les souris, la manière avec laquelle elles s’organisent pouvaient donner lieu à un voyage intense pour le lecteur. Je m’interrogeais sur la manière avec laquelle cette civilisation allait s’intégrer dans nos forêts et dans notre univers connu. Malgré une couverture qui semble orienter le livre vers un public jeune, la construction de l’intrigue s’adresse finalement à un public plus adulte. Le ton n’est pas spécialement léger et ne répondra pas aux attentes des plus petits.

La narration se découpe en six chapitres de taille quasiment équivalente. Chacun est présenté par un titre propre est un résumé qui s’étale sur une page. Cette construction résulte sûrement de la parution originale qui avait dissocié chaque partie. Les premières pages nous intriguent par le fait qu’on découvre un nouveau monde. On est soucieux de comprendre les codes sociaux qui le régissent. Finalement, on découvre assez vite que cette civilisation s’approche de celle qui existait à l’époque médiévale. Les moyens de déplacement, la structure des cités, le type des armes… Tout se rapproche du Moyen-Âge. Certains regretteront finalement un certain manque d’originalité, d’autres auront plaisir à voir évoluer ces petites souris dans cet univers qui ravira ses adeptes.

On s’immerge assez rapidement dans l’univers de l’histoire du fait de son relatif classicisme. On s’intéresse alors rapidement au devenir de nos trois héros qui se nomment Kenzie, Saxon et Lieam. Ils sont des soldats de la Garde. Ils sont en mission et semblent ne pas être là pour rigoler. Ils ne génèrent pas une empathie immense mais cela ne nous empêche d’être curieux de connaitre la suite de leurs aventures. Ces dernières se composent par une succession d’événements qui vont les amener à être séparés. Ces derniers se suivent à un rythme quasiment mécanique qui doit être une conséquence de la construction par chapitre. L’auteur offre une intrigue très factuelle dans laquelle la digression n’existe quasiment pas. Cela offre ainsi une lecture nerveuse qui n’a pas envie de perdre son temps. En contrepartie, cela se fait au détriment de l’atmosphère de la lecture qui ne prend jamais une ampleur suffisante pour arriver à nous envouter.

Les dessins ne m’ont pas laissé indifférent. Je ne peux pas dire que j’ai chaviré en les découvrant. Ce n’est pas le cas en effet. Par contre, j’ai eu le sentiment en les découvrant de rencontrer un style que je n’avais jamais croisé au cours de mes lectures. Même si Petersen se « contente » finalement de dessiner des souris qui se dissocie l’une de l’autre essentiellement par la couleur de leurs poils, il arrive malgré tout à offrir à son ouvrage une identité propre. Pourtant les décors sont finalement assez secondaires. L’usage des couleurs est par contre à mes yeux remarquables. Il se dégage un vrai quelque chose des forêts ou des villes dans lesquelles errent nos héros. Les tons orange, gris ou marron sont primordiaux et offrent un résultat très réussi.

En conclusion, à défaut de m’avoir transporté très loin, « Légendes de la Garde » m’a offert un voyage agréable que je ne regrette pas. Il s’agit d’une lecture intéressante dans la structure diffère de celles que je connais habituellement. J’ai vu qu’une suite intitulée « Hiver 1152 » était parue. Je pense que je m’y plongerai avec joie. Mais cela est une autre histoire…

gravatar_eric

Note : 13/20