L’homme qui tua Lucky Luke

LHommeQuiTuaLuckyLuke


Titre : L’homme qui tua Lucky Luke
Scénariste : Matthieu Bonhomme
Dessinateur : Matthieu Bonhomme
Parution : Avril 2016


Encore aujourd’hui, les vieux héros de BD sont ceux qui vendent le plus de livres. Spirou, Astérix ou Blake et Mortimer continuent d’envahir les rayons, avec des ouvrages de plus ou moins bonne qualité. Même chose pour Lucky Luke, dont les reprises ratées n’empêchent pas les ventes. Malgré tout, les éditeurs préparent l’avenir, cherchant de nouveaux lecteurs, en produisant des reprises moins fidèles à l’original. Après les Spirou et, plus récemment Mickey, voilà que le célèbre cowboy solitaire y a droit également pour ses 70 ans. Le premier ouvrage est réalisé par Matthieu Bonhomme, habitué au western après son « Texas cowboys ». Continuer la lecture de « L’homme qui tua Lucky Luke »

La fille

LaFille


Titre : La fille
Scénariste : Christophe Blain
Dessinateur : Christophe Blain
Narration/chant : Barbara Carlotti
Parution : Mars 2013


S’il y a bien un auteur dont je suis toutes les sorties, c’est Christophe Blain. Je suis tombé amoureux de son trait (et de ses univers) depuis le premier tome de « Isaac le Pirate ». Du coup, lorsque j’apprends qu’il sort un livre en collaboration avec Barbara Carlotti, je n’ai pu m’empêcher de pencher sur la bête. Et c’est un ouvrage atypique qui nous est proposé ici. « La fille » est un texte illustré. Ainsi, on retrouve une partie de narration sur certaines pages et une partie bande-dessinée muette de l’autre. Jusque là, c’est original mais pas nouveau. Mais voilà qu’est fourni également un CD, comprenant à la fois la narration du texte et des chansons, assurée par Barbara Carlotti… Voilà un ouvrage qui mêle plein de média. Au point de se perdre ?  Continuer la lecture de « La fille »

Frenchman

frenchman


Titre : Frenchman
Scénariste : Patrick Prugne
Dessinateur : Patrick Prugne
Parution : Septembre 2011


« Frenchman » est un album paru il y a six mois environ. C’est un très bel ouvrage, massif et agréable. La couverture est splendide. Sur un fond vert à la fois brumeux et marécageux, on découvre un indien accroupi et aux aguets. L’histoire est composée d’environ soixante-dix pages. A celle-ci s’ajoute une grosse vingtaine de pages qui nous présente les recherches graphiques de l’auteur. C’est une découverte remarquable. En parlant d’auteur, je vous informe qu’il s’agit de Patrick Prugne. Je découvre ici son travail. Je ne vous cache pas que je ne regrette pas le voyage. Cet opus est édité par la Galerie Daniel Maghen.  Continuer la lecture de « Frenchman »

Canoë Bay

canoebay


Titre : Canoë Bay
Scénariste : Tiburce Oger
Dessinateur : Patrick Prugne
Parution : Mars 2009


Patrick Prugne est un auteur que j’ai découvert en lisant « Frenchman ». Cet ouvrage est le meilleur que j’ai lu depuis bien longtemps. Il possédait toutes les qualités qu’on puisse attendre en ouvrant un album de bandes dessinées. Une fois ce bouquin terminé, j’ai cherché à découvrir les autres œuvres nées du travail de cet auteur. C’est de cette manière que j’ai découvert « Canoë Bay ». Cet opus est paru il y a environ trois ans. La version que je possède est éditée par la galerie Daniel Maghen. Il s’agit d’un superbe objet qui se compose de quasiment une centaine de pages. Les vingt dernières forment un cahier graphique décrivant le travail de Patrick Prugne sur les illustrations. Le prix du bouquin avoisine les dix-sept euros. Continuer la lecture de « Canoë Bay »

Pawnee

Pawnee


Titre : Pawnee
Scénariste : Patrick Prugne
Dessinateur : Patrick Prugne
Parution : Août 2013


Patrick Prugne est un auteur dont j’ai lu peu d’ouvrages. Néanmoins, chaque membre de sa bibliographie que j’ai eu le plaisir de tenir dans mes mains s’est avéré un voyage intense et envoutant. « Canoë Bay » et « Frenchman » sont deux bijoux du neuvième art. Ainsi, ma joie fut grande lorsque j’appris que « Pawnee » offrait une suite au deuxième opus cité au moins d’août dernier. La possibilité de m’immerger à nouveau dans cette Amérique sauvage du début du XIXe siècle.  Continuer la lecture de « Pawnee »

Undertaker, T2 : La danse de vautours

Undertaker2


Titre : Undertaker, T2 : La danse de vautours
Scénariste : Xavier Dorison
Dessinateur : Ralph Meyer
Parution : Novembre 2015


La couverture du premier tome de « Undertaker » était agrémentée d’un autocollant le présentant comme un successeur digne de « Blueberry » dans l’univers bédéphile du western. La promesse était ambitieuse tant le héros créé par Jean-Michel Charlier et Jean Giraud est un monument culte du neuvième art. Par contre, je dois avouer que cet argument promotionnel avait pris une valeur intéressante en découvrant le duo d’auteurs à l’origine de cette nouvelle série. Xavier Dorison et Ralph Meyer ont déjà travaillé ensemble en faisant naître « Asgard », fresque viking très réussie. J’étais donc curieux de voir ce qu’allait donner leur immersion dans l’univers rude du grand ouest américain. Continuer la lecture de « Undertaker, T2 : La danse de vautours »

Undertaker, T1 : Le mangeur d’or

Undertaker1


Titre : Undertaker, T1 : Le mangeur d’or
Scénariste : Xavier Dorison
Dessinateur : Ralph Meyer
Parution : Janvier 2015


« Blueberry » est une icône du neuvième art. Il est l’incarnation du western dans l’univers de la bande dessinée. J’ai donc souri en voyant une série se qualifier de « plus grand western depuis Blueberry ». Je trouvais bien présomptueux de se comparer à l’œuvre de Jean Giraud et Jean-Michel Charlier. Mais en découvrant le duo d’auteurs en charge de ce nouvel album, je me suis dit : « Pourquoi pas ? ». En effet, Undertaker est le fruit de la collaboration de Ralph Meyer et Xavier Dorison. J’ai particulièrement apprécié leur immersion dans la culture nordique en lisant le diptyque « Asgard ». J’ai donc décidé de partir sur les pas de ce curieux« Undertaker » dans l’Ouest sauvage.

Undertaker1bJonas est croque-mort. Son prochain contrat l’amène dans la demeure d’un curieux Monsieur Cusco. Sa richesse résulte de son exploitation d’une mine. Mais sa fortune ne l’a pas empêché d’être actuellement lourdement handicapé. Il a donc prévu de se donner la mort. Jonas est donc missionné pour enterrer le corps dans le filon « Red Chance ». Mais tout ne s’avérera pas si simple. En effet, que va devenir la fortune du défunt ? Est-il parti dans sa dernière demeure avec son secret ?

Moiteur, tension, poussière…

Personnellement, le western a toujours évoqué pour moi une atmosphère. La moiteur, la tension, la poussière… Tout cela doit transpirer de chaque page pour que l’immersion soit totale. Le trait de Ralph Meyer répond parfaitement à ce cahier des charges. Ses planches m’ont fait faire un plongeon immédiat et profond dans cet univers si particulier. Sur ce plan-là, la filiation avec « Blueberry » est cohérente. Si les styles ne sont pas identiques, ils mènent tous les deux à un dépaysement intense. Le travail sur les couleurs en association avec Caroline Delabie participent activement à l’aridité qui abrite les personnages.

Undertaker1aIl est important que ces décors soient habités par un héros charismatique. Sur ce plan-là, Jonas répond aux attentes. Je pourrais critiquer le classicisme du personnage. Mais que demander de mieux qu’un brun ténébreux solitaire dont le passé semble hanté par des cadavres ? La petite particularité qui le caractérise est qu’il est croque-mort. Le moins que je puisse dire est qu’il dénote de l’idée que nous pouvions nous faire de la profession en lisant un album de « Lucky Luke ». Les interrogations qui accompagnent son trajet alimentent la curiosité. Cela participe à l’impatience de découvrir le prochain tome.

Pour que cet album soit une totale réussite, il ne lui manque plus qu’à posséder un scénario dense et captivant. La présence de Xavier Dorison est un gage de réussite dans ce domaine. Une nouvelle fois, il écrit une histoire prenante. La situation de départ est à la fois simple et originale. La mort orchestrée de Cusco est un point de départ permettant d’emprunter de nombreux chemins. Les différents protagonistes trouvent leur place dans l’intrigue par leur lien avec le défunt. Le suspense monte crescendo et atteint un pic d’intensité au cours des dernières planches.

Undertaker1c

La conclusion de cet opus n’éveille qu’une envie, celle de connaître la suite. Il faut attendre le vingt-sept novembre prochain la parution du prochain tome intitulé La danse des vautours. Mais cela est une autre histoire…

coupdecoeur_new

gravatar_eric

note5

 

Tyler Cross – Fabien Nury & Brüno

TylerCross


Titre : Tyler Cross
Scénariste : Fabien Nury
Dessinateur : Brüno
Parution : Août 2013


Tyler Cross est, à mes yeux, un des événements de cette année bédéphile. Le simple fait d’être le fruit d’une nouvelle collaboration de Fabien Nury et de Brüno est suffisant pour attirer tout afficionado du neuvième art. Leur précédent travail, Atar Gull ou le destin d’un esclave modèle, est un véritable bijou. Ce nouvel opus est un grand format édité chez Dargaud. Sa couverture fascine. Elle est découpée et nous présente un homme un fusil  la main, une voiture qui file dans le désert, un inquiétant serpent et une femme qui crie. Tout cela est accompagné des mots suivants : « Un jour, Tyler Cross paiera pour ses crimes. En attendant, il en commet d’autres. » Le programme est alléchant…

La quatrième de couverture voit un homme marché dans le désert. Le ciel rouge sang découpe sa silhouette. Il est accompagné des mots suivants : « Tyler Cross transporte 17 kilos de came, d’une valeur d’un demi-million à la revente au détail. Et il a exactement 21 dollars et 81 cents en poche. Il note l’ironie de la chose et se met en marche. »

Un polar aride…

Cet ouvrage de quatre-vingt-dix pages est un polar aride. Son époque pourrait être celle des années cinquante. Il s’adresse incontestablement aux adeptes du genre. Le propos est dur. Certaines scènes sont rudes. Les lecteurs sensibles à l’immoralité risquent de vivre quelques moments difficiles. Néanmoins, certaines appréhensions ne doivent empêcher personne de se plonger dans cette histoire à l’atmosphère envoutante, à l’intrigue dense et aux personnages qui ne laissent pas indifférents.

Tyler Cross est avant tout une ambiance. Elle m’a envahi dès que j’ai tenu l’objet dans les mains. La couverture et la quatrième de couverture transpire le thriller noir haut de gamme. Je ressentais quasiment la sueur qui habite les zones désertiques du continent américain. Dès les premières pages, le voyage dans cet univers est immédiat et intense. J’ai eu le sentiment d’avoir été tiré par le col et plongé au côté de ce braqueur au sang froid. Je n’ai pu reprendre mon souffle qu’une fois l’album refermé et posé sur ma table de nuit. L’action se centre autour d’une ville perdue au milieu de nulle part régie par une famille tyrannisant la population locale. Le dessin de Brüno génère une atmosphère malsaine et oppressante qui m’a procuré un vrai plaisir de lecteur. Je ne vous en dévoilerai pas davantage sur ce plan mais sachez que la tension ne diminue jamais.

Cet univers habite une intrigue haut de gamme. Initialement Tyler est embauché pour faire foirer un deal de drogue. Il doit récupérer la came. L’opération échoue et amène donc Tyler à se retrouver dans un trou du Texas avec la dope et pas un sou en poche. Il n’a plus de voiture et les autochtones n’aiment pas trop les étrangers. Les jalons sont posés pour un enchainement d’événements tous liés plus ou moins directement au tueur. Je n’ai pas l’intention de vous révéler les nombreux rebondissements qui agrémentent l’histoire. A la manière de Tyler, le lecteur n’a jamais le temps de se reposer. A chaque que tout semble s’arranger, un grain de sable enraye la machine fragile qu’est le quotidien de Cross. Le sang, la mort, la drogue, le sexe… Tous les ingrédients sont de sortie pour offrir un polar prenant.

Une ambiance ensorcelante et une trame captivante étaient déjà deux arguments de poids pour vous inciter à découvrir Tyler Cross. Mais les éloges ne s’arrêtent pas ici. Le scénario met en scène une galerie de personnages aux personnalités variées et travaillées. Tout d’abord le personnage principal est splendide. C’est un braqueur qui tue de sang froid. Il apparaît amoral. Et malgré cela, il m’a fasciné. A tout moment, j’étais à ses côtés souhaitant de tout cœur qu’il s’en sorte. Le côté monolithique du héros participe à son aura. Le travail graphique de Brüno fait de chacune de ses apparitions un moment fort. Toutes les rencontres qu’il fait au cours de ses pérégrinations sont également hautes en couleur. Il me semble inutile de vous en faire le listing. Par contre, je peux vous dire que j’ai été tour à tour touché, apeuré, dégouté. Certains protagonistes m’ont fait pitié d’autres m’ont fait froid dans le dos. Le spectre des émotions est large et cela rend la lecture particulièrement intense.

Au final, Tyler Cross est le chef d’œuvre que j’espérai. Le travail d’écriture des dialogues de Nury ajoute la cerise sur un gâteau déjà bien appétissant. Je ne peux que le conseiller à tous les lecteurs adeptes du genre ou plus généralement sensibles à l’univers du neuvième art. Vous ne regretterez pas le voyage !

coupdecoeur_new

gravatar_eric

note5

Le révérend, T2 : Chasse à l’homme – Lylian & Augustin Lebon

LeReverend2


Titre : Le révérend, T2 : Chasse à l’homme
Scénariste : Lylian
Dessinateur : Augustin Lebon
Parution : Avril 2015


Le premier tome du « Révérend » avait marqué les esprits par une histoire ménageant ses surprises (scénarisé par Lylian) et son dessin très réussi (réalisé par le novice Augustin Lebon). On avait craint que la deuxième partie du diptyque ne montre jamais le bout de son nez, mais voilà que la fin de l’intrigue débarque enfin en librairie. Le tout pèse une cinquantaine de pages et est publié chez Emmanuel Proust Media.

« Le révérend » est une histoire de vengeance. Le cadre du western est choisi pour mettre en place l’intrigue. Angus cherche à se venger des personnes responsables de la mort de sa mère. On l’avait laissé abattu à la fin du premier tome. Deborah et Angus, on les retrouve alors qu’ils sont encore jeune, au moment où le garçon devient le révérend. Deborah lui intime alors de renoncer à sa vengeance. Pas si simple…

Vengeance au far west.

LeReverend2bCe tome se révèle rapidement décevant par rapport au premier. Ce second opus narre une histoire de vengeance classique et donc sans surprise. Le scénario se contente donc d’une chasse à l’homme, comme l’indique si bien le titre. Le livre se lit alors avec plaisir, mais sans retenir notre attention plus que ça. Les gimmicks du genre s’accumulent sans passionner. L’ouvrage est plein de référence. Mais si le premier tome proposait son lot de surprises, il n’y en a plus ici. Dommage.

Au-delà de ce défaut, « Le révérend » semble hésiter entre violence et tout public. Car le scénario oscille entre les deux. On dirait que les auteurs appuient sur le frein en permanence. Là où « Bouncer » assume pleinement l’horreur, « Le révérend » est bien plus sage. Derrière une dureté de façade, on voit bien que le tout reste finalement plus lisse qu’il n’y paraît.

Augustin Lebon confirme en revanche ses aptitudes de dessinateurs. Son dessin est un plaisir pour les yeux. Le trait est classique et classieux, tant dans les personnages que dans les lieux et décors visités. Les cases sont larges, laissant la place aux grands espaces de l’ouest sauvage. Les couleurs sont réussies et mettent bien en valeur le trait de l’auteur. Malgré tout, ces couleurs assez vives manquent un peu d’ambiance. Sur ce point-là également, le choix a été fait de ne pas assombrir l’ouvrage.

LeReverend2a

Ce deuxième tome du « Révérend » ne convainc pas réellement. Trop référencé et sans surprise, il se lit comme une bonne bande-dessinée et nul doute que vous y prendrez du bon temps. Mais il n’est pas dit qu’il vous laissera un souvenir impérissable. Un bilan mitigé, donc.

avatar_belz_jol

note3

Ulysse 1781, T1 : Le Cyclope (1/2) – Xavier Dorison & Éric Hérenguel

Ulysse1781


Titre : Ulysse 1781 : Le Cyclope (1/2)
Scénariste : Xavier Dorison
Dessinateur : Éric Hérenguel
Parution : Janvier 2015


Ulysse, le Cyclope… Ces quelques mots raisonnent chez tout le monde et indique un voyage dans la mythologie grecque. Un long voyage, un retour à la maison tant espéré… Les enjeux sont connus et universels. Xavier Dorison décide d’immerger cette trame dans les Etats-Unis de la fin du dix-huitième siècle. « Ulysse 1781 » : un héros, une date… Tout un programme. Je suis un grand fan de ce brillant scénariste du neuvième art. « Le troisième testament » a marqué mon Histoire de lecteur. « Long John Silver » a fait rêver l’aficionado de piraterie que je suis. J’étais donc conquis d’avance en tombant sur cette couverture intrigante. Dans un endroit à l’apparence hostile, le trait d’Éric Hérenguel nous présente un personnage charismatique appuyé sur une large épée. Une cascade au second plan semble être la seule manière de quitter l’obscurité qui l’entoure. Nous regarde-t-il ou ses yeux fixent-ils le Cyclope annoncé dans le sous-titre de l’album ?

« 1781, Yorktown. La guerre d’Indépendance américaine vient de finir. Victorieux, le capitaine Ulysse McHendricks s’apprête à rentrer chez lui avec son fils Mack et ses hommes. Mais le retour se précipite lorsqu’il apprend que sa ville, New Itakee, est envahie par les Anglais. Ulysse et ses hommes vont devoir traverser une Amérique fantastique où les boussoles ne trouvent plus le Nord, où les cartes ont perdu leurs repères, un monde entre réalité et mystère… »

Ulysse1781bLes mots ci-dessus accompagnent la quatrième de couverture. Ils présentent clairement les enjeux de l’intrigue. On devine qu’elle se construit autour d’un héros à la personnalité forte. La dimension historique est également intéressante. Quant à la dernière phrase, elle fait naître la perspective d’un aspect fantastique toujours attrayant. On retrouve bien là la capacité de Dorison à offrir un scénario à la densité séduisante. L’album se compose de soixante-deux planches. Cette longueur permet de construire bâtir un schéma narratif consistant. Cela laisse le temps d’installer des jalons solides tant sur les plans des lieux, de l’époque et des protagonistes.

La tension monte vite de plusieurs crans.

Pour caricaturer la structure du tome. Le premier tiers est une introduction de l’histoire et des personnages. Le deuxième tiers présente le quotidien du groupe dans sa traversée du pays. Le dernière tiers voit apparaître les premiers soucis et voit poindre le mystère une dose de surnaturel. Le talent des auteurs fait que chacune de ces trois parties sont prenantes. Aucune n’est négligée. L’introduction est efficace. Dorison s’interdit de la diluer comme le font bon nombre d’auteurs. Il arrive à installer parallèlement les différents aspects de la trame. Ulysse1781cAlors que nous n’avons pas encore quitté Annapolis, notre tension est déjà montée de plusieurs crans. Les premiers moments de la traversée font transpirer un sentiment de fuite en avant vers le danger. La curiosité s’en trouve alors alimentée de manière soutenue. Cela fait que nous sommes mûrs à point quand arrivent les premiers soucis dans un canyon détenu par des indiens sous une pluie battante.

Cet opus est la première partie d’un diptyque. Les dernières pages initient le mystère autour de la présence mystique qui semble protéger les contrées traversées. Elles font résonnance au court prologue qui introduit l’histoire. Je trouve que les ingrédients distillés sont variés et subtilement dosés. Il ne reste plus qu’à les laisser mijoter le temps d’attendre la parution de la suite que j’attends avec une certaine impatience.

Sur le plan graphique, je découvre ici le travail d’Éric Hérenguel. Dorison a l’habitude d’être bien accompagné dans ses projets. La tradition perdure avec ce nouveau collaborateur. Le dessinateur offre des planches denses dont chaque détail apparaît avec application. Les décors dégagent une atmosphère de plus en plus oppressante au fur et à mesure de l’avancée de la quête du groupe. Le voyage temporel dans cette Amérique sortant de la guerre d’Indépendance passe également par les illustrations développées par le trait de l’auteur. Les personnages sont également réussis. Ils possèdent une identité qui leur est propre. Cela permet de se les approprier sans difficulté.Ulysse1781a

Pour conclure, « Le Cyclope » est un beau début qui permet à « Ulysse 1781 » d’être considérée comme une série de qualité au potentiel intéressant. La deuxième lecture m’a permis de saisir chaque détail tant les dialogues, les dessins que l’intrigue. Je la conseille aux lecteurs adeptes de Dorison, ils ne seront pas déçus du voyage. Quant à ceux pour qui le scénariste est encore inconnu, pourquoi ne pas le découvrir en embarquant au côté d’Ulysse McHendricks ? 

gravatar_eric

note4