Garçon manqué – Liz Prince

GarçonManqué


Titre : Garçon manqué
Scénariste : Liz Prince
Dessinatrice : Liz Prince
Parution : Octobre 2014


Après avoir été déçu par « Seule pour toujours » de Liz Prince, je voulais lui demander une nouvelle chance. En effet, les critiques que j’avais pu lire encensait plutôt « Garçon manqué », qui est un vrai one-shot et non pas un recueil de blog. Dans ce livre, Liz Prince raconte sa jeunesse et son adolescente où son côté pas assez féminin (selon elle) l’a beaucoup fait souffrir. C’est donc une autobiographie qui nous est proposée chez Ça et Là, pour un total de… 250 pages !

L’autobiographie de jeunesse centré sur un problème particulier (ici le côté « garçon manqué ») a le vent en poupe. Hélas, il faut bien avouer que certains ont des jeunesses bien plus intéressantes que d’autres. Et surtout, la difficulté est de savoir sublimer son existence par un traitement narratif ou graphique adéquat. Liz Prince hésite un peu sur le mode à suivre, tantôt humoristique, tantôt franchement plombante. Le livre se révèle bien trop premier degré. Alors qu’en est-il du propos ?

Un livre au premier degré trop exhaustif.

GarçonManqué2Liz n’aime pas les robes. Voilà le point de départ de l’intrigue. Elle n’aime donc pas les poupées, le rose et tout ce qui va avec. Elle aime les jeux de garçons et jouer avec eux. Hélas, il n’existe visiblement pas d’espace intermédiaire. Elle se retrouve ainsi mise à l’écart des deux communautés. Au-delà du côté garçon manqué, c’est avant tout l’histoire des marginaux qui est narrée. Hélas, le tout reste très terre-à-terre et ce n’est que dans les ultimes pages que la notion de marginalité (au sens large du terme) prend vraiment sa place.

Liz Prince aurait pu généraliser son propos mais ce n’est pas le cas. On retrouve finalement dans le livre tout ce que l’on pourrait dire à l’avance avant de le lire : on la prend pour un garçon, pour une lesbienne et elle accepte mal son corps. Du coup, si le livre se lit facilement, il ne propose aucune véritable surprise. Et les moments plus intimes, plus personnels, sont noyés devant la pagination trop importante du livre. En effet, de nombreux passages sont redondants et n’apportent rien. En voulant tout dire, l’auteure affaiblit son propos.

Au niveau du dessin, c’est vraiment le minimum syndical. Le tout est en noir et blanc, avec un traitement sans matière ni niveau de gris. Le dessin est très simple et, finalement, n’apporte rien à la narration. On peut avoir un dessin underground puissant ou minimaliste, mais cela n’empêche pas la créativité.

GarçonManqué1

Ce « Garçon manqué » a tout du projet trop personnel. Il n’y a pas de travail d’écriture sur l’ouvrage, l’auteure étant trop exhaustive et se contenant d’un traitement purement chronologique. L’expérience personnelle de Liz Prince n’est pas assez puissante ou originale (en tout cas, vue du livre) pour réellement créer un intérêt chez le lecteur. L’ouvrage aurait été plus court, il aurait été certainement beaucoup plus intéressant.

avatar_belz_jol

note2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *