Goliath

Goliath


Titre : Goliath
Scénariste : Tom Gauld
Dessinateur : Tom Gauld
Parution : Mai 2013


Ayant beaucoup entendu parler de Tom Gauld ces derniers temps ainsi que de son dernier ouvrage intitulé « Goliath », je me suis décidé à découvrir l’univers de cet auteur britannique. Son livre est paru à L’Association, dans la collection Espôlette. C’est un format A5 qui nous est proposé, avec près de 90 pages de lecture. 

C’est d’un épisode biblique qu’il est question dans « Goliath ». L’armée des Philistins réunissent leur armée sur une montagne. En face, leurs ennemis : l’armée d’Israël. Au milieu, une vallée les sépare. Mais comment mettre fin à cette guerre qui paraît interminable ? C’est alors qu’une idée émerge chez les Philistins : faire peur à ceux d’en face grâce à Goliath, un géant. Mais Goliath n’a pour lui que sa taille, il est même plutôt pacifique, spécialisé dans la paperasse. Mais rien n’y fait : on vêt le géant d’une armure somptueuse et ce dernier va défier l’armée d’Israël en la mettant au défi de proposer un champion qui pourrait le défaire. Commence alors une longue attente…

Goliath comme point de vue

Goliath1L’idée originale de ce livre est sans conteste de prendre Goliath comme point de vue et non pas le futur roi David. Deuxième originalité : le mythe du géant est complètement déconstruit. Certes, Goliath EST géant, mais c’est après près tout. Il n’est pas terrible comme l’on pourrait l’imaginer, ni même combattant pour un sou. Ainsi, le mythe de David et Goliath en prend un coup.

Tom Gauld choisit de traiter l’attente. Ainsi, Goliath attend pendant de longues pages. Hélas, le lecteur aussi. Il ne se passe vraiment pas grand-chose dans cet ouvrage. Passée la première moitié, on attend l’issue fatidique – et connue – de l’ouvrage. Alors certes, il y a un côté absurde à cette histoire qui la rend intéressante et la relation entre Goliath et son porte-bouclier est sympathique, mais il manque un souffle à tout cela. L’ensemble est un peu froid et surtout léger. A la fermeture du livre, on reste un peu sur notre faim. 

Côté dessin, Tom Gauld possède un trait simple, presque naïf, mais élégant. Les hachures doivent du poids au dessin et la colorisation, en monochrome, est bien pensée. Cela reste un peu froid, à l’image du scénario, mais cela semble voulu. Cependant, il y a de vraies belles idées dans le découpage et certaines cases sont vraiment belles. En soit, le dessin est parfaitement adapté au propos.

Goliath2

J’ai été déçu par ce « Goliath ». J’ai trouvé l’ensemble un peu léger, comme s’il manquait un petit quelque chose. Restant sur ma faim à la fermeture de l’ouvrage, je n’en ai pas moins découvert un auteur qui, à plus d’un titre, se révèle intéressant.

avatar_belz_jol

note3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *