Je suis un autre


Titre : Je suis un autre
Scénariste : Rodolphe
Dessinateur : Gnoni
Parution : Janvier 2018


Pippo et Sylvio sont frères. Vivant sur une île baignée de soleil, les adolescents s’éveillent à leur sexualité. Enfin… Plus l’un que l’autre… Cette différence va les éloigner et créer une rivalité nouvelle lorsqu’une femme peintre vient s’installer sur l’île. Le tout est scénarisé par Rodolphe et dessiné par Gnoni, pour 140 pages chez Soleil.

Un ouvrage qui digresse trop.

L’ouvrage est articulé en trois chapitres. D’abord la rencontre avec la peintre, le départ de l’île, puis le retour. Ce découpage ne m’a pas paru pertinent. Finalement, on se dit que le premier chapitre se suffisait à lui-même. En ajoutant la révélation finale, l’ouvrage aurait été puissant en une soixantaine de pages.

Ainsi, le chapitre 2 est avant tout une digression qui donne l’impression de lire une autre histoire. Passé le premier tiers, j’ai cessé de m’impliquer réellement en tant que lecteur. La première révélation éclaire le reste, enlevant beaucoup de suspense et d’interrogation sur ce qu’il peut se passer.

« Je suis un autre » vaut finalement beaucoup pour son dessin. Les planches sont tantôt classiques, tantôt complètement déconstruites. Le cadre s’adapte aux ambiances et aux actes, de même que les couleurs (avec un chapitre 2 tout en bleus). Même si je suis marqué par la créativité graphique, le trait de Gnoni ne m’a pas parlé plus que ça. Je l’ai trouvé assez froid et inégal

« Je suis un autre » est une bande dessinée qui souffre de sa longueur. Doté d’un chapitre médian qui n’apporte pas grand-chose, on sent qu’en 60 ou 80 pages, l’ouvrage aurait été bien plus percutant. C’est dommage car il y a un propos fort qui est développé, bien porté par le dessin de Gnoni.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *