La vérité nue


Titre : La vérité nue
Scénariste : James
Dessinateur : James
Parution : Septembre 2020


J’ai toujours eu de la sympathie pour les bande-dessinées de James. C’est un auteur avec beaucoup d’humour qui sait traiter les travers de la société, notamment ceux de l’entreprise. C’est sans surprise qu’on le retrouve chez Pataquès avec une série de strips sur… le monde d’aujourd’hui ? C’est une centaine de traits d’humour qui nous sont proposés en format carré. Au programme : un démontage de nos travers actuels par l’absurde.

Continuer la lecture de « La vérité nue »

Amour, Passion & CX Diesel – Fabcaro & James

amourpassion-CXdiesel


Titre : Amour, Passion & CX Diesel
Scénariste : Fabcaro
Dessinateur : James
Parution : Avril 2011


J’ai découvert il y a peu dans « Fluide Glacial » la bande-dessinée« Amour, Passion & CX Diesel ». Charmé par l’humour absurde des planches, je me suis empressé d’en faire l’acquisition. Cette BD est scénarisée par Fabcaro, que j’avais découvert avec « Jean-Louis et son encyclopédie » et dessiné par James, dont j’apprécie le dessin depuis que j’ai lu « Dans mon open-space ».

L’histoire de « Amour, Passion et CX Diesel » parodie les soaps operas américains type « Dallas » ou « Les feux de l’amour ». La famille Gonzales est en effet en émoi : le patriarche, Harold, est atteint de la maladie d’Alzheimer. Sa mort semble alors imminente. Immédiatement, l’héritage va devenir un enjeu crucial des différents enfants et leurs conjoints. Notamment la fameuse CX Diesel qui attise toutes les convoitises…

On comprend en lisant le pitch que cette bande-dessinée est complètement décalée. Loin du luxe habituel des séries américaines, on se retrouve dans une famille franchouillarde un peu (beaucoup ?) minable sur les bords. Leur grande bêtise et leurs coups bas rappelleront inévitablement les grandes comédies italiennes telles que « Affreux, bêtes et méchants ». Les hommes sont particulièrement stupides, les femmes s’en sortant à peine mieux.

La bêtise des personnages portée à l’absurde

L’aspect parodique est parfaitement assumé. Ainsi, un enfant naît dans la famille et trois hommes croient en être le père (avec le postier en prime). Les infidélités sont fréquentes et tout le monde semble se détester. La bêtise des personnages est portée à l’absurde. Ainsi, Jean-Mortens, bien que noir, n’est pas considéré comme tel (même lorsqu’il essaie de faire son coming-out…). L’ouvrage tient avant tout de sa galerie de personnage. Du père qui oublie tout, au beau-frère chômeur qui s’invente un métier, en passant par la belle-sœur infidèle au dernier degré, sans oublier le frère patron d’une boîte de nuit minable.

amourpassion-CXdiesel3L’héritage est le fil rouge de la BD mais d’autres intrigues sont menées petit à petit, rendant la lecture très agréable. Le tout est présenté par séquences de six cases carrées, amenant immanquablement une chute. Le tout est parfaitement maîtrisé de bout en bout amenant jusqu’à la conclusion finale que je ne révèlerai pas ici. L’humour est omniprésent et dense. On n’a pas d’impression de remplissage comme c’est parfois le cas dans ce genre d’ouvrages.

Le dessin de James est très élégant et adapté aux gags. Son trait simple et animalier renforce d’autant plus le côté parodique de l’ouvrage. Cependant, comme tout passe par le dialogue, on a une impression parfois statique de l’ensemble. Le dessin peine à se renouveler parfois. Ce dernier est cependant mis en valeur par la colorisation de  BenGrrr. Alors qu’on s’attendrait à des couleurs vives, les auteurs ont opté pour des couleurs pastel beaucoup plus douces. Un choix judicieux étant donné le résultat.

amourpassion-CXdiesel4

« Amour, passion & CX Diesel » est donc une bonne parodie, complètement absurde. En ne se donnant pas de limite, les auteurs font mouche. Les mesquineries des uns et des autres sont vraiment ridicules et nous feront rire plus d’une fois. Comme dirait un des personnages : « Toujours la CX Diesel ! Ne peux-tu pas avoir un peu plus d’ambition ? »

avatar_belz_jol

Note : 14/20

Comme un lundi – James

CommeUnLundi


Titre : Comme un lundi
Scénariste : James
Dessinateur : James
Parution : Novembre 2006


James est un auteur pour lequel j’ai beaucoup de sympathie. J’aime ses traits d’humour et son trait sur les planches. En tombant sur « Comme un lundi », recueil de strips muets, je n’ai pas hésité un instant à me le procurer afin d’en démarrer la lecture au plus vite. Paru chez 6 pieds sous terre dans la collection Hors Collection, l’ensemble fait près de 100 pages pour un format très vertical.

« Comme un lundi » reprend une partie des strips parus sur le blog de l’auteur. Tournant autour de quatre pages, ils sont présentés de façon verticale, avec deux dessins par pages. Et régulièrement, entre chaque strip, une petite illustration représentant une photo de l’auteur à différents stades de sa vie. Si bien qu’une impression de remplissage désagréable se fait vite sentir. Le livre est épais, mais sa lecture se fait à grande vitesse. C’est une tendance des recueils de blogs, puisque les ouvrages de Bastien Vivès donnent la même impression. On aurait préféré un livre plus fin (et moins cher).

La qualité des strips est largement à la hauteur, mais pas leur quantité.

Malgré tout, l’humour de James fonctionne parfaitement. Faire des strips muets n’est vraiment pas évident et l’auteur s’en sort parfaitement. Il aime beaucoup comparer les âges de la vie et le fait avec beaucoup de talent. Il n’est pas rare de sourire face au cynisme dégagé par l’ensemble, James n’étant que rarement positif sur le sens de la vie. Mais après, ne finissons tous pas âgés, puis morts ?

Le dessin développé par James est particulièrement plaisant. Ses personnages anthropomorphes possèdent leur propre style. Contrairement à des séries comme « Amour, Passion & CX Diesel », James varie les angles de vue et les décors pour notre plus grand plaisir. Son trait au feutre est dynamique et fouillé. Le noir et blanc est maitrisé et fait la part belle aux textures. Avec un dessin qui paraît simple de premier abord, James montre vraiment sa maîtrise du dessin ici.

Un avis mitigé sur ce livre. Malgré l’impression de densité (les pages sont épaisses qui plus est !), l’ensemble est particulièrement léger. Et si la qualité des strips est vraiment au rendez-vous, la quantité est trop légère pour ce prix-là. J’ai été très content de l’emprunter en bibliothèque. A l’achat, un goût amer me serait resté dans la bouche.

avatar_belz_jol

Note : 14/20