Le voyage d’Abel


Titre : Le voyage d’Abel
Scénariste : Lisa Belvent
Dessinateur : Bruno Duhamel
Parution : Novembre 2014


J’ai récupéré « Le voyage d’Abel » à l’occasion de sa réédition chez Bamboo dans la collection Grand Angle. J’avais été à l’époque attiré par le dessin de Bruno Duhamel sans passer le cap, c’était l’occasion de m’y mettre. La couverture montre Abel et son chien en pleine campagne enneigé. Le tout est scénarisé par Lisa Belvent pour 7à pages de lecture.

Un récit tendre et contemplatif

Abel est éleveur. Sa vie tourne autour de ses vaches et de ses brebis. Une vie difficile et solitaire, surtout qu’il est secondé par un chien pas toujours sympa. Seul et âgé, l’agriculteur est devenu irascible (ou bougon dirons-nous) et ses seuls vrais contacts humains se font au bistrot.

Cette vie, Abel ne s’y plaît guère. Il ressasse les occasions manquées, les faits qui l’ont amené jusque là et se prend à rêver : il veut partir en Éthiopie. Sauf que des idées de voyage, il en a eu beaucoup déjà. Les guides s’amoncellent sur la bibliothèque et les villageois n’hésitent pas à s’en moquer. Abel s’en fout : il partira.

Construit sur les saisons, l’ouvrage ne présente pas beaucoup de péripéties. On y découvre la vie d’une petite ferme et d’un petit village. C’est tendre, doux, mais ça manque parfois un peu de corps. Cependant, l’ensemble se lit avec plaisir. On sourit parfois aux remarques, mais j’aurais aimé être davantage touché par l’histoire.

Le dessin de Duhamel est parfaitement adapté au propos. Ses paysages sont riches et vivants et font vivre la campagne. Les pages muettes (ou presque) sont nombreuses et il y mène la narration sans peine. Mais ce sont ses trognes qui font le sel de l’ouvrage. Les personnages sont expressifs, presque caricaturaux, ce qui convient bien aux dialogues truculents. J’avais été attiré par le dessin de cet auteur, j’en suis ressorti conquis.

« Le voyage d’Abel » est une bande dessinée sympathique. Même si le fil rouge du voyage reste ténu, la lecture est agréable et on se prend à la contemplation de cette campagne qui change à chaque saison. Malgré tout, la promesse du voyage n’étant pas vraiment là, on aurait voulu un petit quelque chose de plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.