Le maître d’armes

LeMaitreDArmes


Titre : Le maître d’armes
Scénariste : Xavier Dorison
Dessinateur : Joël Parnotte
Parution : Octobre 2015


« Le Maître d’armes » est un album édité chez Dargaud dont la sortie date du mois d’octobre dernier. La couverture avait attiré mon regard. On y découvre un homme à la chevelure blanche. Muni d’une épée, on le devine en train de se battre dans une forêt enneigée. La seule touche de couleur est écarlate. Il s’agit de celle du sang qui se trouve sur ses vêtements et son épée. Il se dégage du personnage un charisme certain. Le titre de l’ouvrage amplifie ce sentiment. Dans un second temps, j’ai remarqué que le scénariste de cette aventure était Xavier Dorison qui fait partie du Panthéon du neuvième art à mes yeux. Cela a fini de me décider de m’offrir ce bouquin et de m’y plonger au plus vite.

LeMaitreDArmes1Une préface introduit la narration. Elle décrit le contexte historique et les enjeux de la trame. Elle se déroule au début du seizième siècle durant l’opposition fratricide des chrétiens. D’un côté, se trouvent les partisans de la Réforme favorables à une traduction en français de la Bible afin qu’elle soit comprise par le plus grand nombre. De l’autre, les catholiques papistes refusent cette évolution et souhaitent maintenir les clés de la parole divine dans les mains d’une minorité. Je dois dire que cette courte présentation a éveillé ma curiosité.  J’étais intrigué par la place qu’allait occuper ce maître d’armes dans cette guerre qui embrase la chrétienté et l’Europe.

Un duel, une rivalité, une chasse à l’homme.

Les premières pages nous offrent en spectacle un duel entre deux fines lames du Royaume. L’une est Hans Stalhoffer. L’autre est le comte Maleztraza. L’enjeu pour le second et la place du premier : maître d’armes du roi François Premier. Cette scène est la genèse de la rivalité entre les deux hommes. Ce conflit servira de fil conducteur à l’intrigue. Ce combat à l’épée permet à Joël Parnotte de mettre en valeur ses talents de dessinateur et de coloriste. L’atmosphère grise et humide transpire des planches. Quant à la dynamique du combat, elle est remarquablement transcrite par le trait de l’auteur.

LeMaitreDArmes2Nous retrouvons ensuite Hans quelques années plus tard. Sa déchéance est évidente. Mais un événement va redonner un sens à sa vie. Un ami fidèle s’est enfuit de Paris avec un exemplaire de la Bible traduit en français. Sa mission est de l’amener en suite où il sera imprimé puis diffusé. Mais le périple n’est pas sans risque. Au rude climat hivernal des montagnes s’ajoute la poursuite effrénée de Maleztraza et ses sbires couplée à la chasse menée par une communauté de chrétiens peu favorables à la Réforme. Bref, l’issue de cette quête est bien incertaine. Hans arrivera-t-il à redonner un sens à sa vie en protégeant cet ouvrage si précieux et révolutionnaire ?

Le scénario utilise tous les codes de la chasse à l’homme. Ils  sont d’ailleurs exploités avec talent. Tout au long des soixante-dix pages, le suspense est constant. L’inquiétude nous habite au fur et à mesure que le périple des héros se complexifie. Dorison arrive à générer une tension rendant ainsi passionnante la lecture. Le fait que tout cela se déroule dans l’univers hostile qu’est la montagne en hiver ajoute un attrait certain à l’atmosphère de l’ensemble. Le fait que Hans et son acolyte soient poursuivis par deux groupes distincts densifie le propos. Le comte Maleztraza est incontestablement antipathique. Par contre, le groupe mené par Thimoléon de Vèdres fait naitre des sentiments plus ambigus.

Les enjeux historiques accompagnent les héros sont intéressants. Les auteurs arrivent à faire transpirer des pages l’importance de ce manuscrit. Le dénouement est en ce sens réussi. Cet ouvrage a éveillé pour moi de la curiosité à l’égard de cette période. Il m’a fait comprendre que François premier ne peut pas se résumer à Marignan, la Joconde et Chambord. Xavier Dorison a ce talent commun avec Fabien Nury pour ancrer leurs intrigues dans la grande Histoire.

LeMaitreDArmes4

Pour conclure, « Le Maître d’armes » est un album que j’ai énormément apprécié. Je le conseille vivement à tout le monde. Xavier Dorison confirme qu’il s’agit d’un maestro du scénario. Quant à Joël Parnotte, j’ai apprécié de découvrir son travail. Mon seul regret est que c’est un « one shot » et que la dernière page marque la fin du temps passé en compagnie de ce charismatique Hans…

coupdecoeur_new

gravatar_eric

note5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *