Love blog


Titre : Love Blog
Scénaristes : Gally & Obion
Dessinateurs : Gally & Obion
Parution : Juin 2010


Gally et Obion, deux auteurs de BD, s’aiment et l’ont fait savoir sur un blog, le « Love Blog ». Quelques temps après est publié le contenu du blog au format papier, avec quelques inédits en prime. Certes, cette démarche est de plus en plus utilisée (l’éditeur publie un contenu qui a déjà ses fans) mais ici la particularité est d’avoir deux dessinateurs différents parlant de leur sexualité commune. D’un côté Gally, que je connaissais par son blog et son livre « Mon gras et moi ». De l’autre Obion, qui a dessiné l’un des « Donjons » avec talent. 

Drôle & coquin.

L’avantage et le défaut de ce genre de recueil est qu’il n’est pas fait à l’origine pour être publié ainsi. Si bien qu’il manque cruellement de cohérence graphique (surtout que deux dessinateurs se succèdent) et parfois narrative. Cependant, la qualité est toujours au rendez-vous, on ne ressent jamais d’impression que les auteurs ont fait une note pour remplir leur blog dans une période de disette. 

Depuis « le blog Frantico » et sa misère sexuelle (et les polémiques qui ont suivi sur l’existence ou non du blogueur), difficile d’oser parler aussi crûment de sexualité. Gally et Obion mettent les pieds dans le plat en évitant les tabous. Le plaisir de ce genre de lecture réside dans le questionnement suivant : est-ce autobiographique ou plus proche de l’autofiction ? Les auteurs n’hésitent d’ailleurs pas à dire que leurs dédicaces sont de véritables tortures, pleines de sous-entendus ou carrément de pervers excités. Le tout démarre par leurs débuts (ils sont alors éloignés) et les retrouvailles du week-end jusqu’aux remarques des fans sur leur blog. L’évolution de leur couple donne une forme de fil rouge au bouquin. 

Les notes les plus réussies sont clairement celles où Obion et Gally parlent de sexualité ensemble. On y découvre les fantasmes féminins contre les fantasmes masculins. Ces passages sont particulièrement réussis et permettent à l’ouvrage de passer une dimension supérieure, ce que les notes du type « je ne me suis pas épilée on voit mes poils à la plage » ne permettaient pas. Cependant, l’humour est omniprésent et toutes les notes sont réussies. Les deux auteurs ont un vrai talent de narration et de maniement de la chute. Si bien qu’on ne se pose même pas la question de savoir qui a fait quoi. L’ensemble a une véritable cohérence assez surprenante au final.

Au niveau du dessin, j’apprécie beaucoup le trait. Les dessins des deux auteurs ne sont pas très différents et se marient bien. On retrouve un trait très typé « blog » (très coloré, sans case…), ce qui est assez logique étant donné l’ascendance de l’ouvrage. Les deux auteurs se dessinent avec un style très proche de Trondheim. L’influence est vraiment palpable. Obion ayant travaillé sur « Donjon », la coïncidence n’est pas fortuite. Étant fan de Trondheim, ça ne me gêne pas mais il y a peut-être un certain manque de personnalité dans le dessin. Dernière chose : les dessins sont très explicites. Cet ouvrage n’est pas à mettre dans toutes les mains.

En abordant leur propre sexualité de façon décomplexée, Obion et Gally tapent juste. Très drôle, touchant parfois, « Love Blog » se lit avec délectation. Le dessin est coloré et agréable, la narration variée… A réserver aux plus coquins d’entre vous…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *