Alice au pays des singes, T1


Titre : Alice au pays des singes, T1
Scénariste : Tebo
Dessin : Nicolas Keramidas
Parution : Mai 2012


Cet album m’a été offert récemment par mon neveu et ma nièce à l’occasion de mon nouvel anniversaire. Il m’était jusqu’alors inconnu. Je n’avais jamais encore croisé le chemin de sa charmante couverture. En effet, découvrir Alice se baladant en forêt au bras d’un grand singe blanc aurait probablement attiré mon regard si l’occasion s’était présentée. L’univers de Alice au pays des merveilles m’a toujours intrigué. Sa dimension onirique est, à mes yeux, envoutante. La perspective de voir cette héroïne et son monde associée aux singes ne pouvait que me faire plaisir. J’ai une affection particulière depuis ma plus tendre enfance pour nos cousins simiesques. Ce livre est le fruit de la collaboration du scénariste Tebo et du dessinateur Nicolas Keramidas. J’ai rencontré le premier en lisant Raowl. Quant au second, c’est en me plongeant dans Le grimoire de l’inventeur, douzième opus de Donjon Monsters que j’ai découvert son trait. Leur association me paraissait naturelle et promettait d’offrir une lecture rythmée et divertissante s’adressant à un public large.

À chaque rencontre son rebondissement ou sa révélation

La première planche nous fait découvrir Alice sur la branche d’un arbre au beau milieu d’une forêt. Elle y est arrivée en provenance du pays des merveilles. Là voilà maintenant au pays des singes. Elle y est accueillie par un mandrill prénommé Eddy. Ce dernier prend la jeune fille pour Tarzan. Le souci est que Tarzan est la cible du caïd local, un tigre à la réputation inquiétante…

Très rapidement, il est évident que cet album s’adresse à un public familial. N’y voyait aucune critique négative, bien au contraire ! Cette lecture autant aux petits qu’aux grands. L’humour fera sourire tout le monde et l’aventure éveillera toutes les curiosités. Le trait de Keramidas confirme la cible de lecture par son trait accessible à la fois aux enfants qu’aux adultes.

Le fil conducteur de la trame est assez rapidement présenté. Alice ne sait pas comment elle est arrivée dans ce lien inconnu. Son seul but est de le quitter pour retourner au pays des Merveilles. Eddy va l’aider à mener à bien sa mission car cela apaisera l’ambiance locale fortement agitée depuis l’arrivée de la jeune fille.

Le scénario se déroule de manière assez linéaire. Alice et Eddy enchaine les rencontres impliquant chacune un rebondissement ou une révélation. Leur chemin croise celui d’un singe sage, d’un arbre qui se déplace ou encore d’une plante carnivore qui s’est mise au régime végétarien. Le rythme de la narration est habilement dosé et répartit de manière pertinente ces différents rencontres.

L’humour accompagne le périple des deux amis. On retrouve le ton cher à Tebo qui ravira autant les petits que les grands. Cela manquera probablement de subtilité aux yeux de certains mais personne ne pourra renier le fait que c’est souvent efficace. Tebo possède un vrai don pour les gags de situation et un vrai sens de la répartie. Ses talents permettent d’agrémenter aisément notre lecture de rires et de sourires.

Concernant l’intrigue en elle-même, je la trouve joliment construite. Sa mise en place est rapide et efficace. L’attachement aux personnages est immédiat. Le suspense quant au devenir d’Alice enrichit la lecture en éveillant une curiosité constante. Le scénario ne souffle d’aucun temps mort. Les surprises sont fréquentes et alimentent l’attrait de la découverte de cette aventure colorée. La dernière planche est d’ailleurs la cerise sur le gâteau en offrant une perspective intrigante pour l’album suivant.

C’est avec plaisir que j’ai retrouvé le style de Nicolas Keramidas. J’avais adoré son trait dans Le grimoire de l’inventeur. Je suis toujours sous le charme après avoir lu le premier tome Alice au pays des singes. Les illustrations sont pleines de détail. Les décors sont splendides. Le travail sur l’expression des personnages sublime les textes et participe activement au ton divertissant de la lecture. Keramidas arrive à offrir des planches travaillées et accessibles à tous les publics.

Pour conclure, ce premier tome de Alice au pays des singes est une très belle découverte. J’ai adoré suivre la petite fille et son acolyte Eddy dans cette forêt foisonnant d’aventure. Il s’agit d’une histoire prenante dont la suite m’intrigue déjà. Mais cela est une autre histoire…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.