Le parfum de l’invisible, INT

LeParfumDeLInvisible


Nom : Le parfum de l’invisible, L’intégrale
Scénariste : Milo Manara
Dessinateur : Milo Manara
Parution : Septembre 2010


Milo Manara est considéré comme le grand maître de la bande-dessinée érotique. Parmi ses plus grands succès, « Le parfum de l’invisible » tient le haut du pavé. Paru en 1986, le premier tom est resté dans les mémoires. Près de 10 ans plus tard, l’Italien avait accouché d’une suite. Sans surprise, une intégrale avait paru en 2004 aux éditions de l’écho des savanes. Et c’est chez Drugstore qu’est sorti cette nouvelle intégrale. Si le livre en lui-même est de très belle qualité, il est dommage que la couverture ne reflète pas du tout l’histoire comme pouvaient le faire les précédentes. Mais ne nous attardons pas là-dessus et voyons ce que Milo Manara nous propose. Cette intégrale propose en revanche le dessin original de l’auteur, c’est-à-dire en noir et blanc (une intégrale couleur est également parue dans le passé).  Continuer la lecture de « Le parfum de l’invisible, INT »

A la Faveur de la Nuit

alafaveurdelanuit


Titre : A la faveur de la nuit
Scénariste : Jimmy Beaulieu
Dessinateur : Jimmy Beaulieu
Parution : Octobre 2010


Alors qu’il travaille sur un projet de bande-dessinée, Jimmy Beaulieu décide de le scinder en deux. Le premier sera « Comédie sentimentale pornographique », sorti chez Delcourt, le seconde sera « à la faveur de la nuit » aux Impressions Nouvelles. Si le premier tient du roman graphique avec comme fil rouge la découverte de l’hôtel acheté par l’un de personnages, le second est bien plus disparate. On retrouve de nombreuses histoires avec des protagonistes différents. Prévu comme un recueil d’histoires (voire une réédition des travaux de l’auteur), Jimmy Beaulieu a ajouté un fil rouge (incarné par deux femmes) qui, au final, pèse une cinquantaine de pages ! Continuer la lecture de « A la Faveur de la Nuit »

Leo Loden, T19 : Spéculoos à la Plancha

leoloden19


Titre : Léo Loden, T19 : Spéculoos à la Plancha
Scénaristes : Christophe Arleston & Loïc Nicoloff
Dessinateur : Serge Carrère
Parution : Janvier 2010


Léo Loden, série de bandes dessinées fruit de l’imagination de Carrere, Arleston et Nicoloff, est composée maintenant de dix-neuf tomes. Le dernier de la saga est intitulé « Spéculoos à la plancha » et est vendu au prix d’environ dix euros. Il est édité aux éditions « Soleil ». L’histoire s’étale sur une cinquantaine de pages.

Leo Loden est un détective privé et un ancien membre de la police judiciaire. Chaque album met en œuvre une de ses enquêtes. Chaque tome met en place une histoire indépendante même si de nombreux personnages sont récurrents. Il est toujours accompagné par son oncle Loco, un ancien de la marine haut en couleur. Et bien souvent, ses aventures mettent sur son chemin la ravissante commissaire Marlène qui a la particularité de partager sa vie et d’être particulièrement jalouse. Initialement Leo habite sur Marseille et nombre de ses aventures nous font visiter la France.

Angoulême et son célèbre festival de bande-dessinées.

C’est encore ici le cas. En effet, l’histoire se déroule à Angoulême durant son célèbre festival de bandes dessinées. Il n’est d’ailleurs pas anodin que l’album soit sorti cette semaine en même temps que l’événement avait lieu en Charente. Alors que notre trio de choc se balade à la recherche de la dédicace et profite de rencontrer leurs auteurs préférés, un vol a lieu. En effet, les planches inédites du prochain opus de « Lanfeust » sont subtilisées. Heureusement, notre ami Leo est dans la place et se met en quête de les retrouver…

La construction de la trame est classique et ressemble à tous les opus précédents. Dès les premières pages, un vol ou un rapt a lieu et on confie l’affaire à nos héros. Ensuite, leur enquête se met en place et voit se succéder poursuites, bagarres, découvertes et retournements de situation. De ce côté-là, la trame est souvent une nouvelle fois assez rythmée. On ne prend pas de temps à contempler les paysages. L’accent est vraiment mis sur l’action. Cela rend la lecture agréable et sans temps mort. On prend plaisir à découvrir l’histoire et on est curieux de connaître ce que cache la page suivante.

Mais l’intérêt ne réside pas uniquement dans la quête du coupable et de son mobile. Les personnages sont hauts en couleur et participent activement à la chaleur de l’ensemble. Mon préféré reste l’oncle Loco avec ses anecdotes de vieux combattant de la marine. Son amour de la bonne bouffe fait que tout est une occasion de se remplir la panse ou le gosier. Parallèlement Leo doit souvent cacher certaines de ses activités à sa chère et tendre au risque de la facher soit parce qu’il la rend jaloux soit parce qu’il entrave le travail de la police. Généralement, cela donne lieu à des colères mythiques de la ravissante Marlène et Leo en sort rarement indemne ! Cet album est particulièrement réussi sur ce plan-là. Les dialogues sont bons, les vannes sont drôles. Alors que j’étais plutôt déçu par les derniers opus, les trouvant un petit peu fades, ce n’est ici pas le cas. En effet, le scénario est dense et l’humour est au rendez-vous. Un des attraits propres à cet album est de nous faire naviguer dans l’univers de la bande dessinée en multipliant les apparitions des guest-stars : Tarquin, Arleston, Mourier etc. Cela donne une dimension particulière et prenante à la trame.

Les dessins participent activement à l’ambiance chaleureuse de l’album. Le style de Carrere est très agréable. Les personnages sont très réussis, ils sont loin de manquer de personnalité dans leurs traits. De plus, les couleurs sont très présentes et très vives. Cela habille parfaitement les pages et accompagne parfaitement le scénario.

Pour conclure, j’ai trouvé cet album très agréable à lire. J’ai retrouvé avec plaisir des personnages pour lesquels j’éprouve beaucoup d’affection. Il s’agit d’une lecture légère et agréable qui s’adresse à tous les publics. « Leo Loden » est une série familiale et cet album n’échappe pas à la règle. De plus, je suis content que ce tome soit de meilleure qualité que les opus précédents qui m’avaient un petit peu déçus. Je ne peux donc que vous conseiller de découvrir ou de retrouver le détective privé le plus célèbre de Marseille. Bonne lecture ! 

gravatar_eric

note3

Canardo, T19 : Le Voyage des Cendres

canardo19


Titre : Canardo, T19 : Le Voyage des Cendres
Dessinateur : Sokal
Scénariste : Sokal
Parution : Mai 2010


Mon avis d’aujourd’hui porte sur le dernier opus paru de la série « Canardo ». Cet ouvrage est édité chez Casterman. D’un format classique et composé d’une petite cinquantaine de pages, il est vendu au prix de 10,40 €. Sa parution date de mai dernier. L’auteur de cette série est Benoit Sokal. Il s’est associe depuis quelques albums l’aide de Pascal Regnault. « Canardo » est actuellement composée d’une vingtaine de tomes numérotés de 0 à 19. « Le voyage des cendres » est celui dont je vais vous parler aujourd’hui.

« Canardo » est une série utilisant l’anthropomorphisme. Les différents personnages sont des animaux bien qu’il évolue dans un monde « humain ». Ai-je besoin de préciser que le héros possède les traits d’un canard. Ce dernier est un détective privé dépressif. Quand on le voit pour la première fois, il n’y a pas de doute, l’habit fait le moine. On a du mal à croire qu’il puisse trouver des clients et résoudre des affaires. C’est la magie de la bande dessinée…

Dans cette aventure, on commence par découvrir M. Van Bollewinkel. Il s’éloigne dans la forêt et se tire une balle dans la tête. Il en découle logiquement un rendez-vous chez le notaire pour la lecture du testament. L’attrait de cette séance réside dans le sort réservé aux deux petits-enfants. Ces derniers ont pour mission de « balancer les centres quelque part au-dessus de son pays natal ». Il s’avère que le pays natal est la Belgique, que le mort est un parrain mafieux exilé aux Etats-Unis et que les deux petits-enfants sont deux morveux sans foi ni loi. Ces derniers vont mener leur voyage à travers le plat pays sous la conduite de notre cher Canardo qui, en tant que lointain cousin, ne peut rien refuser à sa famille…

Un ouvrage peu amène envers la Belgique.

L’histoire ne perd pas de temps à se mettre en place. En effet, dès la sixième page, les deux enfants rencontrent Canardo et trois pages plus loin, ils subissent leur première fusillade. Le problème est qu’en tant que parrain de la mafia locale, leur grand-père n’a pas laissé que des amis à la maison. Cela fait que le voyage des cendres va être loin d’être de tout repos. Le fait qu’il faut passer entre les balles pour mener la mission à bien rend la trame dynamique.

Mais le plaisir de la lecture ne réside pas essentiellement dans le fait de savoir si oui ou non les cendres vont arriver à bon port. En effet, c’est davantage l’ambiance et l’atmosphère qui ne nous laisse pas indifférent. D’une part, les deux petits-enfants sont odieux et dégoutants. Sokal ne se fixe ici aucune limite. Ils n’ont que du mépris pour le monde qui les entoure. A priori, le fait d’être éduquer à un rythme mafieux n’inculque pas des valeurs « classiques ». Leurs regards, leurs actes, leurs propos, tout est fait pour qu’on ne les supporte pas. Très rapidement, on a de l’empathie envers notre cher Canardo qui doit se les supporter. Il est très rare de découvrir des enfants incurables à ce point-là. C’est assez réussi.

On ne peut d’ailleurs pas vraiment dire que « Le temps des cendres » soit un guide vert plein d’éloges pour la Belgique. Sur le plan météorologique, le soleil n’est jamais de sorti. Au mieux, le temps est nuageux. Cet aspect est mis en bleu par une forte utilisation de la couleur grise et de ses variantes. Mais alors que certains lieux communs nous expliquent que les gens du nord n’ont peut-être pas le soleil dans le ciel mais l’ont dans le cœur, ils n’ont pas lieu d’être ici. Les différentes rencontres faites par nos amis sont désastreuses pour l’image de la Belgique. Il n’y en a vraiment pas un pour rattraper l’autre.

Au final, je trouve cet opus remarquable. Son atmosphère est assez unique. Ce n’est pas une ode à la bonne humeur et à l’espoir mais en tout cas c’est un moment de lecture passionnant. Les dessins sont comme à l’accoutumée très agréables et participent à la réussite générale. Les personnages sont très réussis et l’usage des couleurs savamment dosé. Je ne peux donc que vous le conseiller. Il s’agit d’un ouvrage qui ne laisse pas indifférent et qui sort des sentiers battus. Je tiens d’ailleurs à préciser qu’il n’est pas nécessaire d’avoir lu les précédents albums pour découvrir celui-ci. Il est indépendant. Il ne me reste donc plus qu’à vous souhaiter une agréable lecture.  

gravatar_eric

note4

Litteul Kevin, T9 – Coyote

litteulkevin9


Titre : Litteul Kevin, T9
Scénariste : Coyote
Dessinateur : Coyote
Parution : Décembre 2010


Récemment est sorti le 9ème tome de « Litteul Kevin » par Coyote. Après un tome se terminant par l’apparition du père de Chacal, on était en droit d’espérer de nouveaux rebondissements dans la vie de notre petite famille.

« Litteul Kevin », c’est l’histoire de Kevin, jeun garçon, de son père biker Chacal et de sa plantureuse mère Sophie. Ce qui m’a marqué d’emblée, c’est le retour au noir et blanc. Coyote maîtrisant parfaitement cette technique, c’est une heureuse nouvelle. Les effets de matière, les ombres, tout est remarquablement reproduit à l’encre de chine, dans un style très caricatural. L’auteur fait fi des proportions et des poses naturelles. Tout est exagéré, du nez de Chacal, à la poitrine de Sophie. Le dessin colle parfaitement à l’esprit de la série car tout y est excessif. L’esprit de farce de la série est parfaitement conservé. Cet esprit, c’est la famille et les amis, le tout saupoudré d’une bonne pincée d’immaturité.

Un retour bienvenu au noir et blanc.

L’album se présente sous forme d’histoires de 3 à 9 pages, chaque histoire présentant une chute à la fin. Un des reproches faits à la série est son essoufflement. Il est vrai que depuis quelques tomes, on rigole de façon moins franche aux blagues de l’ami Coyote. Les chutes sont moins évidentes, les jeux de mots moins fréquents. Le tout reste très sympathique et il n’est pas rare de rigoler un bon coup devant l’attitude de nos bikers préférés. On lit cette BD avec le même plaisir que l’on aurait à retrouver de vieux amis. Il y a une vraie tendresse de la part de Coyote dans le traitement de ses personnages.

On retrouvera donc avec plaisir toute la panoplie des personnages secondaires : Cacahouète, Hulk, Vanessa, le voisin, Frida… L’apparition du grand-père permet d’ajouter quelques histoires, mais sans excès. Sa trop grande similitude avec son fils Chacal le cantonnera forcément à un rôle orienté « tel père, tel fils ». Son intégration est en tout cas réussie et donne lieu à des scènes sympas, sans pathos excessif. Chez Coyote, quand on pleure dans une case, c’est que l’on va donner une baffe dans la suivante…

Si vous ne connaissez pas « Litteul Kevin », je vous conseille de vous orienter vers les tomes les plus anciens. Bien que ce dernier opus puisse être lu indépendamment des autres, il est nécessaire de connaître les protagonistes afin d’en profiter un maximum. Ce tome, sans être indispensable, continue la série avec qualité. On a tendance à sourire plus qu’à rire qu’à l’accoutumée, mais peut-être est-ce seulement le destin des séries qui durent. Il est à signaler que ma conjointe m’a m’interdit de lire ce tome le soir au lit, mes rires l’empêchant de dormir… Un gage de qualité ?

avatar_belz_jol

note3

Le Troisième Testament, Julius, T1 : Livre I – Alex Alice, Xavier Dorison & Robin Recht

TroisiemeTestament1


Titre : Le Troisième Testament, Julius, T1 : Livre I
Scénaristes : Xavier Dorison & Alex Alice
Dessinateur : Robin Recht
Parution : Septembre 2010


Une série à succès est-t-elle condamnée à accoucher d’un spin-off ? Après un succès amplement mérité, « Le Troisième Testament » revient pour un nouveau cycle. Cette série racontait la quête de ce fameux troisième testament qui aurait été caché par un certain Julius de Samarie. Ce nouveau cycle doit donc nous raconter comment Julius s’est retrouvé avec ce présent divin et quelle a été son histoire. Quelques changements sont à prévoir cependant dans l’équipe : Xavier Dorison prend de la distance sur la série et Robin Recht prend les rênes au dessin à la place d’Alex Alice qui reste au scénario, au storyboard et… à la couverture.

Une quête de rédemption.

Grosse appréhension pour le lecteur fan de la série originelle que je suis. Mais « Julius » doit être pris avant tout comme une histoire à part. En effet, la période historique n’est pas du tout la même (l’Antiquité contre le Moyen-Âge), ainsi que le lieu (le Proche-Orient contre l’Europe). Julius est général romain, porté en triomphe au début de l’ouvrage dont on va assister à la chute brutale et immédiate (tel Conrad). Comme dans la première série, c’est donc une quête de rédemption à laquelle on va avoir affaire. Ainsi, Julius est cruel, ambitieux, cupide et athée. Son contact avec un rabbin juif/chrétien va bouleverser sa vision des choses et l’amener à s’humaniser. Ceux qui connaissent le contenu des fameux rouleaux du voyage de Julius de Samarie savent déjà comment l’histoire se terminera…

Il faut bien avouer que les 80 pages de l’ouvrage se lisent d’une traite. 60 ans après la venue du Christ, les Chrétiens font peur à Julius. Leur secte prône la non-violence et ils sont prêts à mourir pour leur foi. Là où « Le Troisième Testament » montrait un monde obscurantiste, « Julius » montre un monde avant tout spirituel. La mort et la souffrance sont partout. Les Romains font office de bourreaux dont la cruauté est sans limite. L’empire qui traite les autres de barbare semble avoir inversé les rôles.

« Julius » est donc très mystique. Les citations de textes sacrés et de prophètes sont légions. Cela donne un souffle épique à l’histoire. Le tout est renforcé par le dessin de Robin Recht, qui prend la suite d’Alex Alice. Le dessin est fort, détaillé, expressif. Son trait parvient à transcender l’histoire et en cela, c’est une vraie réussite. Les couleurs sont également très réussies. Sur le plan graphique, il n’y a rien à redire, c’est du très beau travail.

Une précision cependant : le service marketing assure que cette série peut être lue indépendamment de la série originelle. Pour moi, ce serait une grave erreur que de le faire.

Le vrai problème de « Julius » est sa comparaison avec le cycle original. Pris indépendamment, c’est une excellente bande-dessinée au scénario fouillé, au souffle épique indéniable et au dessin formidable. Une belle osmose entre tous ces auteurs. A lire à tous les fans d’ésotérisme et de religions naissantes.

avatar_belz_jol

note4

Billy Brouillard, T2 : Le petit garçon qui ne croyait plus au Père Noël – Guillaume Bianco

BillyBrouillard2


Titre : Billy Brouillard, T2 : Le petit garçon qui ne croyait plus au Père Noël
Scénariste : Guillaume Bianco
Dessinateur : Guillaume Bianco
Parution : Novembre 2010


Avec « Le don de trouble vue », Guillaume Bianco avait frappé fort. Son personnage Billy Brouillard, qui avait la capacité de voir au-delà des choses, vivant dans un univers à la fois sombre et enfantin parfaitement maîtrisé. Le mélange des genres (livre illustré, encyclopédie, bande-dessinée) pouvait certes déroute, mais cela faisait la force de l’ouvrage. Ce tome 2 reprendre la même formule dans la même collection Métamorphoses des éditions Soleil. Le tout pèse une centaine pages.

Si la lecture de « Billy Brouillard » ne nécessite pas forcément la lecture des tomes précédents pour apprécier le tout, une lecture préalable du tome 1 est recommandée. En effet, on retrouve Billy qui demande au Père Noël de ressusciter son chat, mort dans le précédent opus. Hélas, son chat ne revenant pas parmi les vivants, Billy va cherche d’autres moyens de parvenir à ses fins.

Mort et forces obscures

Malgré la couverture et le titre, Noël n’est pas réellement le thème central de l’ouvrage. Ici, on parle avant tout de la mort et des forces obscures. Le croque-mitaine, notamment, y tient une place non-négligeable ! Ainsi, malgré son classement parfois en bande-dessinée jeunesse, « Billy Brouillard » me semble une série fondamentalement orientée vers les adultes. Ces derniers apprécieront plus facilement l’univers noir et blanc, ainsi que les thèmes sombres traités. De même, tel Bill Watterson avec certaines scènes de « Calvin & Hobbes », Guillaume Bianco sait parfaitement capter l’essence de l’imaginaire des enfants. Et naviguant toujours entre réalité et monde fantasmé, il sème le doute dans l’esprit du lecteur.

Ainsi, à côté des pages de bande-dessinée plus ou moins classiques (on a autant des planches avec des dessins et les textes au-dessous que des planches plus communes avec phylactères), l’auteur intercale des extraits encyclopédiques qui enrichissent l’univers. Toujours en rapport direct avec ce que l’on vient de lire, cela donne une originalité certaine à ce qui est, au final, un très beau livre (en tant qu’objet également). Et malgré l’exigence de lecture, le tout se dévore sans peine.

Le graphisme de l’auteur m’a conquis depuis longtemps. Son noir et blanc est maîtrisé, avec un petit côté gravure parfaitement adapté à ce qui ressemble parfois à un livre illustré, très en vogues au XIXèmesiècle. Le dessin est plein d’invention et d’imagination.

Après un premier tome très réussi, Guillaume Bianco transforme l’essai ici avec un livre plein de personnalité. La suite (sur les sirènes) est même annoncée en fin de tome ! L’auteur a crée une belle œuvre cohérente à découvrir d’urgence !

coupdecoeur_newavatar_belz_jolnote5

 

Secrets, L’Angélus, T1 : Frank Giroud & José Homs

LAngelus1


Titre : Secrets, L’Angélus, T1
Scénariste : Frank Giroud
Dessinateur : José Homs
Parution : Novembre 2011


La collection (série ?) « Secrets » publiée chez Dupuis propose neuf histoire comportant « des secrets honteux ou redoutables, enfouis de génération en génération au sein de chaque famille. ». C’est au diptyque réalisé par Homs (au dessin) et Giroud (au scénario) que l’on s’intéresse aujourd’hui. Intitulé « L’Angélus », il prend comme point de départ le célèbre tableau de Millet. Clovis, le découvrant au Musée d’Orsay, est bouleversé. Mais pourquoi ? Commence alors une obsession qui va le sortir de son quotidien morne et triste. Chaque tome comporte 56 pages, ce qui fait un diptyque bien fourni.

LAngelus1cCe premier tome sert avant tout à poser les jalons de l’histoire. Nous avons d’abord la vie de Clovis. Vivant dans le village qui l’a vu naître, il exerce un métier qui ne le passionne guère et supporte la vie de famille en se faisant marcher dessus par son aîné en pleine crise d’adolescence. Perturbé par le tableau de Millet, il commence des recherches sur l’histoire de ce tableau. Le fait qu’il ne sache pas utiliser internet (une honte pour son fils), fait qu’il y perd beaucoup de temps. Au fur et à mesure que l’obsession grandit, sa vie se délite et Clovis tout autant.

Une obsession qui grandit, un homme qui change.

À côté de l’humain, l’histoire du tableau se dévoile. Ce premier tome lui donne beaucoup d’importance, puisque c’est ce secret que l’on cherche avant tout à déterrer. Le tout est distillé avec parcimonie et si vous ne connaissiez pas l’histoire, le tout est plein de surprise. Le diptyque prend alors tout son sens : le premier tome s’attarde sur le tableau, le deuxième tome permettra d’expliquer la résonance entre cette histoire et celle, plus personnelle, de Clovis. Même si le mystère en soit n’est pas une grande révélation, elle fait son effet. Clovis n’y connait rien à l’art et on sourit parfois à sa naïveté.

LAngelus1bLes auteurs utilisent parfaitement les 56 pages pour poser l’intrigue. Même si les personnages sont un peu caricaturaux (la prof d’arts plastiques et le côté « village de province » en général), le tout fonctionne très bien. Tout semble cohérent et naturel et les relations entre eux sont crédibles. Ainsi la professeur et Clovis semblent assez proches d’entamer une relation et l’ambiguïté persiste sans que rien ne vienne vraiment.

Le suspense du livre est réel : on ne sait pas vraiment où nous mènent les auteurs. En cela, le scénario est remarquablement construit, tout en finesse et avec un rythme parfaitement maîtrisé. Le découpage n’est pas en reste avec une vraie densité. Ce premier tome ne se contente pas de poser l’intrigue, il la fait avancer.

Concernant le dessin, Homs développe un trait entre réalisme et semi-réalisme de toute beauté. Ses personnages sont remarquablement croqués (d’ailleurs, on croquerait bien la jolie prof d’arts plastiques), bien identifiés. On n’est pas loin de la caricature, mais les expressions sont pleine de justesse. La mise en couleur sublime d’autant plus l’ouvrage en posant des atmosphères aux palettes réduites. Difficile de rester indifférent ! Cela m’a donné plus qu’envie de découvrir les autres ouvrages d’Homs tant son trait m’a séduit.

LAngelus1a

Cet « Angélus » est une véritable surprise pour moi. Même si les amateurs d’art tiqueront devant le « mystère Millet » (déjà bien éventé quand même), on ne peut qu’être admiratif devant une telle maîtrise de la bande-dessinée. Entre la gestion du rythme, des personnages, du découpage, du dessin et de la couleur, c’est un sans faute. À lire sans plus tarder !

coupdecoeur_new

avatar_belz_jol

Note : 17/20

Barracuda, T1 : Esclaves – Jean Dufaux & Jérémy

barracuda1


Titre : Barracuda, T1 : Esclaves
Scénariste : Jean Dufaux
Dessinateur : Jérémy
Parution : Octobre 2010


« Esclaves » est le titre du premier tome d’une des dernières séries scénarisées par Jean Dufaux. Cette dernière s’intitule « Barracuda ». Avant même de lire le nom de son auteur, cet album avait attiré mon regard par sa couverture. On y découvrait un pirate particulièrement réaliste qui ne peut pas laisser indifférent celui qui le regarde dans les yeux. Cet album est édité chez Dargaud, il coûte environ quatorze euros. Jean Dufaux est un auteur célèbre du neuvième grâce à des séries comme « Murena », « Djinn », « Croisade », « Jessica Blandy » ou encore « Complaintes des Landes perdues ».Cela offrait le gage d’une certaine qualité pour cette nouvelle saga née l’année dernière. Par contre, les dessins sont l’œuvre d’un inconnu à mes yeux nommé Jérémy.

L’histoire débute par l’attaque d’un navire par des pirates. Leur chef est Blackdog et sa devise est la suivante : « Pas de pitié, pour personne, jamais ». Il est secondé par son fils Raffy. Les seuls à être épargnés sont une noble espagnole et deux adolescents et un prêtre. Elle prétend posséder la carte pour mener au diamant du Kashar. La jeune fille est amenée à être vendue comme esclave. Le jeune garçon déguisé en fille suivra le même trajet. C’est ainsi qu’ils accostent à Puerto Blanco où leurs destins vont se séparer et se décider au cours d’enchères sur un marché…

Une aventure de pirates

Le principal attrait de cette série est d’être une aventure de pirate. La couverture laisse présager que le personnage principal à du charisme. On n’est pas déçu sur ce plan-là. On prend plaisir à naviguer sur son navire et on est curieux d’accoster sur ses îles régulées par les lois de la piraterie. L’immersion dans cet univers est incontestablement une grande réussite. La grande galerie de personnages est crédible. De plus, les décors apparaissent réalistes. On n’a aucun mal à se croire au milieu de ses flibustiers sur une terre aux lois peu orthodoxes et aux codes sociaux plutôt inquiétants. 

Au-delà de ce dépaysement, « Esclaves » nous offre une intrigue intéressante. La trame se construit autour du trio d’adolescents que sont Raffy, Emilia et Maria. Le premier est le fils de Blackdog. Il semble dépourvu de sentiments sorti de la haine et de la colère. Le second, Emilia, est en fait Emilio. Déguisé en femme pour sa survie, il mène donc une double vie qui ne le laisse pas indifférent. Enfin, Maria, fille de noble est la plus charismatique à mes yeux. Elle a le regard dur et malgré son jeune âge et sa condition génère le malaise auprès de ceux qui s’approchent d’elle. La richesse de ses trois personnages apparait remarquable. Voir leurs destins s’entremêler rend la lecture passionnante. On suit trois personnages aux personnalités complexes évoluer dans un milieu dur et compliqué. Tous les ingrédients sont présents pour nous ravir.

Le décor est bon, les protagonistes sont envoûtants, il ne restait plus qu’à se voir offrir une trame réussie. C’est le cas. Le fait que l’histoire commence par un abordage nous met tout de suite dans le bain. Le rythme ne diminue jamais. On se trouve au beau milieu d’un marché aux esclaves. Puis la première nuit passée sur l’île est d’une grande intensité dramatique. La lecture est assez intense. Au cours des pages qui défilent, on voit apparaître des informations mais également les jalons de la trame qui construira le tome suivant. Cela fait qu’une fois l’ouvrage terminé, on a une vraie envie de se plonger dans le second opus.

Comme je l’ai précisé précédemment, la couverture m’a ébloui. J’avais donc une impatience certaine de partir à la rencontre de cet univers né de la plume de Jérémy. Les premières pages m’ont apparu froides par rapport à l’impression que m’avait laissée le visage de Blackdog lors de notre première « rencontre ». Mais ce sentiment s’est atténué au fur et à mesure des pages et au fur et à mesure de mes relectures de l’album. Le dessinateur possède un vrai talent pour traduire la dureté. Que ce soit par les visages, les couleurs ou les attitudes, on comprend à tout moment qu’on ne se trouve pas au pays des Bisounours. Je trouve que Jérémy fait en sorte qu’on n’oublie jamais l’endroit où on se trouve et la communauté qui y habite.

Au final, « Esclaves » est un ouvrage passionnant qui nous offre une histoire assez envoûtante. La lecture est très prenante et on prend énormément de plaisir à découvrir les événements se déroulant à Puerto Blanco. Cette série a un vrai potentiel comparable à celui de « Murena » dans un univers différent. Je suis donc curieux de me plonger dans le deuxième album paru récemment intitulé « Cicatrices ». Mais cela est une autre histoire…

gravatar_eric

Note : 17/20

Kick Ass, T1 : Le Premier Vrai Super-Héros – Mark Millar & John Romita Jr

kickass1


Titre : Kick Ass, T1 : Le Premier Vrai Super Héros
Scénariste : Mark Millar
Dessinateur : John Romita Jr.
Parution : Mars 2010


En 2010 sortait le film « Kick Ass ». A force d’entendre des critiques élogieuses sur le film, puis sur le comics, j’ai décidé de lire l’œuvre de Mark Millar et John Romita Jr. Kick-Ass est le « premier vrai super héros » au sens où il pourrait vraiment exister. Pas de super pouvoir, de batmobile ou autre gadgets. Alors évidemment, quand on est un « vrai » super-héros, ça fait mal…

Dave est un ado très ordinaire. Si ce n’est la mort de sa mère quand il avait 14 ans. Mais cette mort n’est même pas due à un baron du crime, mais à des raisons médicales. Pendant les premières pages, on apprend finalement que Dave est tellement normal qu’il n’a aucune raison d’être un super héros. Mais il va quand bien même décider de s’habiller d’une combinaison de plongée et d’arpenter les rues la nuit pour combattre le crime…

« Kick-Ass » se base sur le fait que Dave n’étant pas extraordinaire, il souffre énormément de ses blessures. Même psychologiquement, il a peur de se retrouver enfermé en prison pour meurtres. A chacune de ses sorties, il se convainc donc de ne plus recommencer, mais l’appel de la rue est plus fort. Si bien que pour bien appuyer son propos, « Kick-Ass » est particulièrement violent et gore. La première scène où apparaît Dave, il est soumis à la gégène. Des gerbes de sang éclaboussent toutes les scènes d’action. Cette surabondance de gore est assez impressionnante, même pour un comics. Il y en a tant que ça en devient presque complaisant.

Un super-héros sans pouvoir.

Le thème de départ est plutôt intéressant : que serait un super-héros sans pouvoir ? Cependant, rapidement, une fois le constat de départ posé, on tourne un peu en rond. Sans surprise, il faut l’arrivée d’autres personnages (Hit Girl et Big Daddy, beaucoup plus efficaces que Kick-Ass) pour relancer l’intérêt de l’histoire et donner envie de lire le deuxième tome.

Au niveau du dessin, il n’y a pas grand chose à redire. Le trait est dynamique, fluide et très lisible. Les cases sont souvent très grandes, si bien que le tout se lit assez vite. Le sang est rapidement omniprésent dans les scènes d’action et la violence très visible (un homme se voit couper le crâne dans le sens de la longueur, un autre est broyé dans sa voiture…). Le dessin est vraiment dans son époque : on ne suggère pas, on montre.

J’ai été très gêné sur un point de « Kick Ass » : la façon dont les auteurs appuient sur la banalité de Dave au début m’ont vraiment fait tiquer. Ils s’arrangent pour le rendre le plus « normal » possible. Il déclare même qu’il n’a « rien de particulier ». L’ajout ensuite de références qui parleront aux ados (il regarde Scrubs, Heroes, écoute Stereophonics…) me font penser que les auteurs ont voulu vraiment pousser le processus d’identification à fond pour cette tranche d’âge. Le fait que Dave « pirate les séries sur internet et regarde des sites porno » vont également dans ce sens. N’étant pas dans la cible, j’ai eu l’impression de ne pas être prévu pour ce comics.

J’ai été assez déçu par cette BD. Elle a tout selon moi du pétard mouillé : une bonne idée de base qui tombe bien dans de la violence gratuite et démonstrative. Je pense qu’il y avait matière à faire mieux. Kick-Ass se lit donc plutôt bien mais il lui manque peut-être un peu plus d’humour (ou de noirceur) pour passer au niveau supérieur.

avatar_belz_jol

Note : 10/20