Le divin scénario


Titre : Le divin scénario
Scénariste : Jacky Beneteaud
Dessinateur : Fabrizio Dori
Parution : Juin 2021


J’avais lu d’excellentes critiques pour « Le divin scénario ». En lisant quelques pages en librairie, c’était décidé : il serait mien ! Scénarisé par Jacky Beneteaud et dessiné par Fabrizio Dori, le livre présente une couverture montrant une Association originale. L’archange Gabriel fait son annonce à un tableau de la Vierge dont on ne voit pas le visage… Le tout est un roman graphique de près de 180 pages publié chez Acte Sud l’An 2.

Un ouvrage tout en connivence avec le lecteur

Gabriel est tranquillement en train de draguer à l’Olympe, une boîte de nuit, quand Dieu l’appelle sur son téléphone. Il a une mission pour lui. Comme les hommes font n’importe quoi sur Terre, il a eu une idée : y envoyer son fils. Petit hic : il n’a pas de fils. Charge à Gabriel de trouver une gironde pour accueillir la divine semence. Voilà Gabriel en route (en vol ?) pour la Terre à la recherche de la perle rare. Mais le voyage ne sera pas de tout repos : son GPS est défectueux.

On l’aura vite compris, « Le divin scénario » se veut à la fois anachronique et irrévérencieux. On reste cependant très loin du « In God we trust » de Winshluss qui réinterprétait la bible. Le titre de l’ouvrage prendre chez Beneteaud et Dori très vite son sens. Sous couvert de chercher la Vierge Marie, Gabriel va traverser les époques et rencontrer de grandes figures féminines de la littérature. Outre les références religieuses, les grands livres de l’Histoire sont au centre du livre. D’ailleurs, ces références sont consignées en fin d’ouvrage pour ceux qui voudraient creuser le sujet. On trouve, par exemple, « Madame Bovary », « Les Milles et une Nuits », « L’Odyssée »… Le terme de « scénario » prend encore plus de sens lorsque Gabriel rencontre Marylin Monroe.

Si le livre démarre tambour battant, il s’essouffle peu à peu. Le côté systématique des situations (Gabriel tombe sur une femme, on « partage » la vie de cette femme, Lucifer apparaît, il couche avec la femme, puis s’en va), empêche toute surprise. « Le divin scénario » se lit comme un ouvrage blindé de références qui joue de la connivence avec le lecteur. Ces références étant assez universelles, elles ont un côté savoureux. Cela m’a rappelé le « Guiseppe Bergman » de Milo Manara où l’intérêt du scénario était avant tout de faire des références à des tableaux célèbres.

Au niveau du dessin, Fabrizio Dori possède un style assez unique avec une belle personnalité. C’est très réussi. Il joue des codes graphiques pour représenter les scènes et les époques. C’est clairement une belle osmose entre le dessin et le texte, les auteurs se sont bien trouvés.

Un bel ouvrage que ce « Divin scénario ». C’est original, on sent le côté ludique du livre. On a l’impression de voir les auteurs sourirent en nous proposant leurs planches. Si une forme de routine s’installe, il n’empêche qu’avec ses références planquées partout, le bouquin possède un beau potentiel de redécouverte à chaque nouvelle lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.