Moon river


Titre : Moon river
Scénariste : Fabcaro
Dessinateur : Fabcaro
Parution : Septembre 2021


Chaque nouvelle sortie de Fabcaro est désormais attendue avec impatience. « Moon river », le dernier né paru chez 6 pieds sous terre se paie le luxe de paraître dans un format façon « beau livre » des plus élégants. Sa couverture noire fait référence au roman noir, dont l’ouvrage s’inspire. Enfin, « s’inspire »… Connaissant Fabcaro, on est plus dans la parodie que dans l’hommage.

Une actrice se réveille un jour avec une bite dessinée sur la joue. Voilà l’histoire. Une enquête se lance, l’inspecteur Baxter va tenter de savoir ce qui se passe. Bien évidemment, tout se passe sous forme d’humour absurde et de remarques surréalistes.

Si vous êtes un lecteur assidu de l’auteur, vous serez en terrain connu. Au-delà de l’histoire principale, racontée avec un style réaliste (enfin, réaliste très relâché !), Fabcaro ajoute des parties méta à son livre. Un classique pour l’auteur. On le voit parler de son projet en même temps, raconter des anecdotes de sa vie, faire des liens avec d’autres ouvrages… Aujourd’hui, il n’y a plus vraiment de surprise tant il a utilisé ce concept auparavant et, avouons-le, avec plus de pertinence (« Carnet du Pérou » étant une master class en la matière). Cependant, ces jeux de narration amplifient l’absurdité de l’ouvrage.

S’il y a un fil rouge, chaque page apporte sa petite chute. L’humour de l’ouvrage fonctionne bien, les sourires sont nombreux face aux dialogues surréalistes des personnages. Fabcaro exploite bien son sujet, même si l’ambiance polar noir n’y est pas du tout. On est loin d’un « La capote qui tue » de Ralf König qui, lui, reprenait vraiment les codes du genre. Ici, l’absurde est tellement partout qu’on n’est jamais dans une ambiance sombre (et heureusement !).

Graphiquement, Fabcaro utilise différents styles dans l’ouvrage. Outre son style réaliste, agrémenté de bleu, il propose également des scènes en couleur (les extraits de films), son style « cartoon), du roman photo et même du collage. Si visuellement, « Moon river » est un beau bordel, il n’en reste pas moins intéressant formellement. Il n’est pas étonnant que le livre soit publié chez Six pieds sous terre tant la partie expérimentale reste importante. On l’oublie parfois avec Fabcaro, mais au-delà de son humour absurde, il y a beaucoup d’innovations dans la narration.

« Moon river » est un bon livre de Fabcaro. Il est drôle et bourré de ses tics d’écriture. L’absurde appliqué à une enquête fonctionne évidemment très bien et les expérimentations, même si elles commencent à sonner déjà-vu, ont leur saveur. Ce bouquin s’inscrit bien entre les amateurs du Fabcaro mainstream et de celui plus expérimental.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.