La saga de Grimr


Titre : La saga de Grimr
Scénariste : Jérémie Moreau
Dessinateur : Jérémie Moreau
Parution : Septembre 2017


J’avais découvert Jérémie Moreau avec « Le Singe d’Hartlepool » sur un scénario de Wilfrid Lupano. L’auteur s’était alors ensuite lancé en solo et je n’avais pas eu l’occasion de retomber sur un de ses bouquins. Avec « La Saga de Grimr », pavé de plus de 200 pages, je renoue avec cet auteur. La couverture nous montre un jeune homme face aux paysages islandais. Le tout est publié chez Delcourt.

Continuer la lecture de « La saga de Grimr »

Betty Boob


Titre : Betty Boob
Scénariste : Véronique Cazot
Dessinatrice : Julie Rocheleau
Parution : Juillet 2017


L’essor de la bande-dessinée de témoignage a permis de parler de nombreuses maladies dont étaient atteints certains auteurs. Si certains utilisent l’autobiographie pour traiter de sujets durs, d’autres choisissent d’autres voies. C’est le cas de Véronique Cazot et Julie Rocheleau qui prennent à bras le corps le sujet du cancer du sein et le transforme en un conte burlesque. « Betty Boob », c’est l’histoire d’une jeune femme qui va devoir se réinventer après son opération. Le tout est publié chez Casterman pour 162 pages de bande-dessinée.

Continuer la lecture de « Betty Boob »

Cyclone


Titre : Cyclone
Scénariste : Clément Baloup
Dessinateur : Marion Mousse
Parution : Février 2019


La couverture de « Cyclone » m’a attiré l’œil en librairie. Reprenant une scène de l’album, le traitement graphique m’a titillé la rétine. Il m’a suffi de feuilleter l’ouvrage pour passer à l’achat, surtout que j’en avais lu une critique élogieuse quelques jours auparavant. Ce roman graphique de 120 pages est l’œuvre de Clément Baloup et Marion Mousse. Ne connaissant ni l’un, ni l’autre, c’était l’occasion de les découvrir. Le tout est publié chez Sarbacane.

Continuer la lecture de « Cyclone »

Les deux vies de Bauduin


Titre : Les deux vies de Bauduin
Scénariste : Fabien Toulmé
Dessinateur : Fabien Toulmé
Parution : Février 2017


Après une première bande dessinée autobiographique, « Ce n’est pas toi que j’attendais », Fabien Toulmé avait la lourde tâche de confirmer ses qualités d’auteur. Car raconter une période difficile de sa propre vie peut toucher le lecteur. Écrire une fiction nécessite de la rendre crédible. Avec « Les deux vies de Bauduin » et ses 260 pages, le dessinateur prend le temps de poser son sujet. Le tout est paru chez Delcourt. Continuer la lecture de « Les deux vies de Bauduin »

La peur du rouge


Titre : La Peur du Rouge
Scénariste : Fred Neidhardt
Dessinateur : Fred Neidhardt
Parution : Septembre 2010


« La Peur du Rouge » commence sur cette citation délicieuse de Boris Vian : « L’histoire est entièrement vraie, puisque je l’ai imaginée d’un bout à l’autre ». On évitera ainsi de se poser trop longtemps la question entre auto-fiction et autobiographique pour cet ouvrage de Fred Neidhardt publié dans la collection Shampooing (dirigée par Lewis Trondheim). Mais force est de constater que le personnage porte son nom !  Continuer la lecture de « La peur du rouge »

Love is in the air guitare

loveisintheairguitare


Titre : Love is in the air guitare
Scénariste : Yann Le Quellec
Dessinateur : Romain Ronzeau
Parution : Août 2011


L’air guitare est une discipline constituant à mimer les mouvements d’un guitariste. Beaucoup de gens, poussés par la musique, se jettent par terre, imitant leurs idoles. Avec de plus en plus d’adeptes, l’air guitare possède désormais son propre championnat du monde… « Love is in the air guitare » (on appréciera le jeu de mots…) relate l’épopée d’un jeune homme qui va se lancer dans la quête du trophée ultime. Ce pavé (on approche des 300 pages) a été publié chez Delcourt dans la collection Mirages. Continuer la lecture de « Love is in the air guitare »

Lucie s’en soucie

luciesensoucie


Titre : Lucie s’en soucie
Scénariste : Véronique Grisseaux
Dessinateur : Catel
Parution : Janvier 2000


« Lucie s’en soucie » est un hors série de la série nommé « Lucie ». Ce roman graphique de 120 pages narre l’histoire d’une jeune trentenaire qui fait le bilan de sa vie au début des années 2000. Le tout est scénarisé par Véronique Grisseaux et dessiné par Cartel, et publié aux Humanoïdes Associés dans la collection Tohu Bohu. Continuer la lecture de « Lucie s’en soucie »

Deux frères

DeuxFreres


Titre : Deux frères
Scénaristes : Fabio Moon & Gabriel Ba
Dessinateurs : Fabio Moon & Gabriel Ba
Parution : Mars 2015


Fabio Moon et Gabriel Ba s’étaient fait connaître dans nos contrées grâce à « Daytripper », un livre construit autour d’histoires courtes. Les deux jumeaux, qui scénarisent et dessinent à quatre mains, reviennent en force avec « Deux frères », l’adaptation de l’œuvre de Milton Hatoum. C’est donc un roman graphique de plus de 200 pages en noir et blanc qui nous est proposé chez Urban Comics dans la collection Urban Graphic. Continuer la lecture de « Deux frères »

Kililana song, T2

KililanaSong2


Titre : Kililana song, T2
Scénariste : Benjamin Flao
Dessinateur : Benjamin Flao
Parution : Octobre 2013


Le premier tome de  Kililana song » m’avait laissé un sentiment mitigé. J’avais été capté par l’ambiance, le dessin et cette chronique de la vie sur un archipel du Kenya. Mais le fil rouge, le liant de l’ensemble me semblait encore bien ténu. Ça tombait bien, la fin de la première partie commençait à relier les histoires entre elles. L’occasion d’un final réussi ? La seconde partie clôt le dyptique en 130 nouvelles pages. Le tout est publié chez Futuropolis et réalisé par Benjamin Flao.

Le personnage principal est Naïm. Embarqué sur une embarcation de fortune à son insu par un vieil homme, il va être mis devant les croyances ancestrales de la région. D’autres intrigues se développent : un navigateur, un expatrié drogué, un investisseur, une prostitué, un vieil homme drogué lui aussi, un frère bigot… Benjamin Flao n’est pas avare d’intrigues et de personnages, au point de diluer un peu l’intérêt. À multiplier les histoires, il nous perd dans les méandres de son scénario.

Un final un peu confus.

KililanaSong2aL’histoire de Naïm, plutôt drôle, prend ici un tour fantastique. Beaucoup de discours et beaucoup moins d’action. Sur terre, les intrigues avancent plus ou moins sans que l’on sache trop vers où l’on va. Et à la fermeture de l’ouvrage, on constate que certaines histoires ne sont pas vraiment refermées et disposaient d’un intérêt finalement limité. L’auteur s’est clairement éparpillé. Il faut dire qu’avec 250 pages au compteur, il y avait de quoi faire. Mais en se concentrant sur son sujet, l’ouvrage aurait certainement été plus lisible. Là, on a presque l’impression de suivre des histoires parallèles sans véritable lien entre elles.

Reste une chronique sociale particulièrement dépaysante. On retrouve une ville de pêcheur avec tous les aléas de ce genre d’endroits. Alors que le lieu ne paraissait déjà pas folichon, voilà que l’on parle de l’industrialiser. Benjamin Flao ajoute sur le tard une veine écologique à son ouvrage.

Si le dessin était indéniablement le point fort de la première partie, c’est toujours le cas. Plus encore, Benjamin Flao varie les techniques pour donner un résultat plus diversifié selon les situations. Reste la lumière, la chaleur, que l’on ressent sur les peaux des personnages. Sa représentation des épisodes fantastiques est remarquable, de même que celle de la tempête qui sévit dans l’ouvrage. Du grand travail.

KililanaSong2b

« Kililana song » me laisse un goût d’inachevé. La chronique du lieu et l’atmosphère qui s’en dégage est vraiment remarquable, mais le fil rouge manque d’intensité et de clarté. Certaines intrigues finissent trop rapidement (voir restent des impasses) et l’épilogue est un peu tiré par les cheveux. Une œuvre symptomatique de l’époque : beaucoup de pagination et une difficulté à la concision. Dommage.

avatar_belz_jol

note3

Kililana song, T1

KililanaSong1


Titre : Kililana song, T1
Scénariste : Benjamin Flao
Dessinateur : Benjamin Flao
Parution : Mars 2012


« Kililana song », première partie, a été auréolé du prix Ouest-France au festival Quai des Bulles de Saint Malo. Une distinction qui donne suffisamment envie de s’y intéresser ! De plus, le dessin, tout en aquarelles et en encres de l’auteur Benjamin Flao, flatte la rétine du lecteur. Alors qu’en est-il de ce premier opus ? Le tout est publié chez Futuropolis pour plus de 120 pages de lecture.

Nous sommes sur une ville côtière du Kenya. Ici se mêlent pêcheurs, navigateurs, expatriés et touristes. Au milieu de cet univers, Naïm, 11 ans, déambule parmi ceux là, élevé par sa tante et pourchassé par son grand frère. Ce dernier veut qu’il aille à l’école et devienne un bon musulman, ce dont le petit Kenyan n’a que faire. Au fil de ses pérégrinations, Naïm nous décrit ainsi cet univers particulier et forcément dépaysant pour un lecteur occidental.

Un carnet de voyage devenu fiction.

KililanaSong1bAu-delà de l’histoire de Naïm, d’autres histoires viennent se greffer. Ainsi, un arbre géant (et magique), semble être le point crucial de l’histoire (et pourtant à peine abordé). De même, un navigateur perdu n’a pas encore trouvé son rôle. C’est un peu le point faible du bouquin. L’auteur enchevêtre quelques histoires mais après 120 pages, tous les liens ne sont pas encore clairs. Ainsi, le début de lecture est poussif et un peu perturbant, la narration restant évasive. Ainsi, c’est avant tout Naïm et ses rencontres qui nous transportent pour le moment.

Benjamin Flao se repose donc sur une recette bien connue : des personnages hauts en couleur, des rencontres… En cela, on sent que le livre est issu de ses propres voyages (ce qu’il annonce en début de livre). Dommage que les situations se répètent un peu (notamment les poursuites du grand frère), si bien que le livre dilue l’intérêt et l’attention du lecteur. Un peu de concision n’aurait pas fait perdre grand-chose. La fin de l’ouvrage laisse présager de bonnes surprises, il faudra donc attendre la suite pour vraiment savoir si le fil rouge de l’ensemble est pertinent.

Au niveau du dessin, difficile de ne pas être séduit par le trait de Benjamin Flao. Si certaines planches sont parfois un peu confuse, ses choix de cadrage sont toujours originaux et travaillés. Ses couleurs subliment l’ensemble et nous font vraiment ressentir cette Afrique côtière, avec la mer, les bâteaux et la lumière omniprésente. C’est du beau travail, dynamique comme du croquis de voyage et néanmoins d’une précision exemplaire.

KililanaSong1a

Difficile de ne pas être conquis par ce « Kililana song ». Dépaysant et pourvu d’un dessin virtuose, on a envie d’y adhérer pleinement. Mais le fil rouge peine un peu à se mettre en place et les longueurs de l’ouvrage nous font tiquer. Des espoirs à confirmer avec la deuxième partie !

avatar_belz_jol

note3