Tamara Drewe


Titre : Tamara Drewe
Scénariste : Posy Simmonds
Dessinateur : Posy Simmonds
Parution : Octobre 2008


Stonefield. Un village anglais reculĂ© oĂą calme et ennui se disputent la suprĂ©matie du lieu. C’est en ce lieu que Nicolas Hartigan et sa femme Beth ont Ă©tabli une retraite pour Ă©crivains en mal d’inspiration. Ici, on s’occupe d’eux et ils n’ont plus qu’à se prĂ©occuper de leur ouvrage en devenir. Tout en profitant au passage des conseils de Nicolas, dont la sĂ©rie « Docteur Inchcombe Â» jouit d’un succès en librairie depuis de nombreuses annĂ©es. Mais voilĂ  que la fille de la voisine, Tamara Drewe, dĂ©cide de revenir dans la maison de son enfance. Maintenant qu’elle s’est fait refaire le nez, elle affole tous les mâles du voisinage… 

Continuer la lecture de « Tamara Drewe »

La saga de Grimr


Titre : La saga de Grimr
Scénariste : Jérémie Moreau
Dessinateur : Jérémie Moreau
Parution : Septembre 2017


J’avais dĂ©couvert JĂ©rĂ©mie Moreau avec « Le Singe d’Hartlepool Â» sur un scĂ©nario de Wilfrid Lupano. L’auteur s’était alors ensuite lancĂ© en solo et je n’avais pas eu l’occasion de retomber sur un de ses bouquins. Avec « La Saga de Grimr Â», pavĂ© de plus de 200 pages, je renoue avec cet auteur. La couverture nous montre un jeune homme face aux paysages islandais. Le tout est publiĂ© chez Delcourt.

Continuer la lecture de « La saga de Grimr »

Betty Boob


Titre : Betty Boob
Scénariste : Véronique Cazot
Dessinatrice : Julie Rocheleau
Parution : Juillet 2017


L’essor de la bande-dessinĂ©e de tĂ©moignage a permis de parler de nombreuses maladies dont Ă©taient atteints certains auteurs. Si certains utilisent l’autobiographie pour traiter de sujets durs, d’autres choisissent d’autres voies. C’est le cas de VĂ©ronique Cazot et Julie Rocheleau qui prennent Ă  bras le corps le sujet du cancer du sein et le transforme en un conte burlesque. « Betty Boob Â», c’est l’histoire d’une jeune femme qui va devoir se rĂ©inventer après son opĂ©ration. Le tout est publiĂ© chez Casterman pour 162 pages de bande-dessinĂ©e.

Continuer la lecture de « Betty Boob »

Cyclone


Titre : Cyclone
Scénariste : Clément Baloup
Dessinateur : Marion Mousse
Parution : FĂ©vrier 2019


La couverture de « Cyclone Â» m’a attirĂ© l’œil en librairie. Reprenant une scène de l’album, le traitement graphique m’a titillĂ© la rĂ©tine. Il m’a suffi de feuilleter l’ouvrage pour passer Ă  l’achat, surtout que j’en avais lu une critique Ă©logieuse quelques jours auparavant. Ce roman graphique de 120 pages est l’œuvre de ClĂ©ment Baloup et Marion Mousse. Ne connaissant ni l’un, ni l’autre, c’était l’occasion de les dĂ©couvrir. Le tout est publiĂ© chez Sarbacane.

Continuer la lecture de « Cyclone »

Les deux vies de Bauduin


Titre : Les deux vies de Bauduin
Scénariste : Fabien Toulmé
Dessinateur : Fabien Toulmé
Parution : FĂ©vrier 2017


Après une première bande dessinĂ©e autobiographique, « Ce n’est pas toi que j’attendais », Fabien ToulmĂ© avait la lourde tâche de confirmer ses qualitĂ©s d’auteur. Car raconter une pĂ©riode difficile de sa propre vie peut toucher le lecteur. Écrire une fiction nĂ©cessite de la rendre crĂ©dible. Avec « Les deux vies de Bauduin » et ses 260 pages, le dessinateur prend le temps de poser son sujet. Le tout est paru chez Delcourt. Continuer la lecture de « Les deux vies de Bauduin »

La peur du rouge


Titre : La Peur du Rouge
Scénariste : Fred Neidhardt
Dessinateur : Fred Neidhardt
Parution : Septembre 2010


« La Peur du Rouge » commence sur cette citation dĂ©licieuse de Boris Vian : « L’histoire est entièrement vraie, puisque je l’ai imaginĂ©e d’un bout Ă  l’autre ». On Ă©vitera ainsi de se poser trop longtemps la question entre auto-fiction et autobiographique pour cet ouvrage de Fred Neidhardt publiĂ© dans la collection Shampooing (dirigĂ©e par Lewis Trondheim). Mais force est de constater que le personnage porte son nom !  Continuer la lecture de « La peur du rouge »

Love is in the air guitare

loveisintheairguitare


Titre : Love is in the air guitare
Scénariste : Yann Le Quellec
Dessinateur : Romain Ronzeau
Parution : Août 2011


L’air guitare est une discipline constituant Ă  mimer les mouvements d’un guitariste. Beaucoup de gens, poussĂ©s par la musique, se jettent par terre, imitant leurs idoles. Avec de plus en plus d’adeptes, l’air guitare possède dĂ©sormais son propre championnat du monde… « Love is in the air guitare » (on apprĂ©ciera le jeu de mots…) relate l’épopĂ©e d’un jeune homme qui va se lancer dans la quĂŞte du trophĂ©e ultime. Ce pavĂ© (on approche des 300 pages) a Ă©tĂ© publiĂ© chez Delcourt dans la collection Mirages. Continuer la lecture de « Love is in the air guitare »

Lucie s’en soucie

luciesensoucie


Titre : Lucie s’en soucie
Scénariste : Véronique Grisseaux
Dessinateur : Catel
Parution : Janvier 2000


« Lucie s’en soucie » est un hors sĂ©rie de la sĂ©rie nommĂ© « Lucie ». Ce roman graphique de 120 pages narre l’histoire d’une jeune trentenaire qui fait le bilan de sa vie au dĂ©but des annĂ©es 2000. Le tout est scĂ©narisĂ© par VĂ©ronique Grisseaux et dessinĂ© par Cartel, et publiĂ© aux HumanoĂŻdes AssociĂ©s dans la collection Tohu Bohu. Continuer la lecture de « Lucie s’en soucie »

Deux frères

DeuxFreres


Titre : Deux frères
Scénaristes : Fabio Moon & Gabriel Ba
Dessinateurs : Fabio Moon & Gabriel Ba
Parution : Mars 2015


Fabio Moon et Gabriel Ba s’étaient fait connaĂ®tre dans nos contrĂ©es grâce Ă  « Daytripper », un livre construit autour d’histoires courtes. Les deux jumeaux, qui scĂ©narisent et dessinent Ă  quatre mains, reviennent en force avec « Deux frères », l’adaptation de l’œuvre de Milton Hatoum. C’est donc un roman graphique de plus de 200 pages en noir et blanc qui nous est proposĂ© chez Urban Comics dans la collection Urban Graphic. Continuer la lecture de « Deux frères »

Kililana song, T2

KililanaSong2


Titre : Kililana song, T2
Scénariste : Benjamin Flao
Dessinateur : Benjamin Flao
Parution : Octobre 2013


Le premier tome de  Kililana song » m’avait laissé un sentiment mitigé. J’avais été capté par l’ambiance, le dessin et cette chronique de la vie sur un archipel du Kenya. Mais le fil rouge, le liant de l’ensemble me semblait encore bien ténu. Ça tombait bien, la fin de la première partie commençait à relier les histoires entre elles. L’occasion d’un final réussi ? La seconde partie clôt le dyptique en 130 nouvelles pages. Le tout est publié chez Futuropolis et réalisé par Benjamin Flao.

Le personnage principal est Naïm. Embarqué sur une embarcation de fortune à son insu par un vieil homme, il va être mis devant les croyances ancestrales de la région. D’autres intrigues se développent : un navigateur, un expatrié drogué, un investisseur, une prostitué, un vieil homme drogué lui aussi, un frère bigot… Benjamin Flao n’est pas avare d’intrigues et de personnages, au point de diluer un peu l’intérêt. À multiplier les histoires, il nous perd dans les méandres de son scénario.

Un final un peu confus.

KililanaSong2aL’histoire de Naïm, plutôt drôle, prend ici un tour fantastique. Beaucoup de discours et beaucoup moins d’action. Sur terre, les intrigues avancent plus ou moins sans que l’on sache trop vers où l’on va. Et à la fermeture de l’ouvrage, on constate que certaines histoires ne sont pas vraiment refermées et disposaient d’un intérêt finalement limité. L’auteur s’est clairement éparpillé. Il faut dire qu’avec 250 pages au compteur, il y avait de quoi faire. Mais en se concentrant sur son sujet, l’ouvrage aurait certainement été plus lisible. Là, on a presque l’impression de suivre des histoires parallèles sans véritable lien entre elles.

Reste une chronique sociale particulièrement dépaysante. On retrouve une ville de pêcheur avec tous les aléas de ce genre d’endroits. Alors que le lieu ne paraissait déjà pas folichon, voilà que l’on parle de l’industrialiser. Benjamin Flao ajoute sur le tard une veine écologique à son ouvrage.

Si le dessin était indéniablement le point fort de la première partie, c’est toujours le cas. Plus encore, Benjamin Flao varie les techniques pour donner un résultat plus diversifié selon les situations. Reste la lumière, la chaleur, que l’on ressent sur les peaux des personnages. Sa représentation des épisodes fantastiques est remarquable, de même que celle de la tempête qui sévit dans l’ouvrage. Du grand travail.

KililanaSong2b

« Kililana song » me laisse un goût d’inachevé. La chronique du lieu et l’atmosphère qui s’en dégage est vraiment remarquable, mais le fil rouge manque d’intensité et de clarté. Certaines intrigues finissent trop rapidement (voir restent des impasses) et l’épilogue est un peu tiré par les cheveux. Une œuvre symptomatique de l’époque : beaucoup de pagination et une difficulté à la concision. Dommage.

avatar_belz_jol

note3