Nouveau contact


Titre : Nouveau contact
Scénariste : Bruno Duhamel
Dessinateur : Bruno Duhamel
Parution : Août 2019


J’ai découvert Nouveau contact en lisant un article dans la revue dBd. Le synopsis et la critique positive m’ont intrigué. J’ai rapidement eu l’occasion de lire également des articles élogieux sur des blogs à propos de cet album. En le feuilletant dans une librairie, j’ai rapidement été séduit par l’identité graphique de l’ouvrage. J’ai donc vu dans cette lecture l’occasion de découvrir d’un nouvel auteur, Bruno Duhamel, et de passer un agréable moment. Pourquoi se priver de cette occasion ?

Une spirale infernale

La quatrième de couverture nous présente le synopsis suivant : « Doug vit seul dans les Highlands. Il chasse la solitude grâce à son appareil photo et partage ses images sur Twister. Enfin, « partageait » … Car la vie à Castle Loch n’a pas grand-chose de spectaculaire et le public s’est vite lassé du quotidien de Doug. Et Doug a fini par douter. De lui et de ses photos. Et par ne plus rien partager. Mais lorsqu’il photographie une horrible créature translucide, Doug n’a qu’un seul réflexe : retourner sur Twister et en mettre plein la vue. Il ignore qu’il est sur le point de déclencher une expérience inédite. Une histoire participative. »

La mise en place de l’intrigue s’avère efficace et rapide. La présentation du héros se fait dès les premières pages. Nous n’avons aucun à nous faire une idée du quotidien de Doug et de son état d’esprit du moment. Parallèlement, nous n’avons aucun mal à nous immerger dans cette région tranquille et reculée. L’atmosphère reposante et dépaysante qui s’en dégage accompagne le début de notre lecture. Elle met d’autant plus en valeur le changement de braquet radical dans la narration qui va suivre la révélation des photos de Doug.

Cet album nous met au centre d’une spirale infernale. L’ouragan médiatique né de la publication des photos de Doug est impressionnant. Nous sommes emportés par ce buzz qui semble inarrêtable. L’auteur arrive à faire vivre les différents aspects de ce phénomène et les différents points de vue à son égard. Les excès de ce type de mouvement sont habilement montrés. La lecture en devient crédible et angoissante tant tous les pans de la société « pètent un plomb ».

Cette histoire fonctionne bien grâce à une victime bien construite. Doug est un personnage classique s’appuyant sur quelques clichés : isolé, dépressif, bourru. Néanmoins, il est immédiatement attachant. Cette empathie fait qu’on subit comme lui le tourbillon qu’il va subir. On va s’inquiéter et se passionner pour son évolution, ses angoisses et sa colère. On est vraiment curieux de son devenir. Cela rend évidemment la lecture active et prenante.

A travers cette lecture, je découvrais un nouveau dessinateur. Je dois bien dire que j’aime beaucoup le style graphique qui habite cet album. Je trouve les personnages très expressifs. J’ai apprécié le souci du détail. Ce trait me plait beaucoup et je lui trouve une petite parenté avec celui de Backderf, auteur de Mon ami Dahmer ou encore Trashed.

Au final, Nouveau contact est un one shot réussi. Sa mise en place est efficace. Le déroulement plein de rebondissements est crédible et prenant. L’histoire offre une vision intéressante de la société des réseaux sociaux. Je ne peux que vous en conseiller la lecture. Vous ne regretterez pas votre voyage dans les Highlands…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *