Zeropedia, T2 : Volume 2


Titre : Zeropedia, T2 : Volume 2
Scénariste : Fabcaro
Dessinateur : Julien/CDM
Parution : Avril 2022


Prévu a priori en un seul tome sorti en 2018, « Zéropedia » nous revient en 2022 pour de nouvelles fiches scientifiques décalées. Il faut bien avouer que le format choisi se prêtait particulièrement à une suite, et c’est d’ailleurs ainsi que je concluais ma chronique du précédent. Le tout est publié chez Dargaud pour 108 pages au format carré.

La science décalée

« Zéropedia » est construit comme une encyclopédie. À chaque double page, on retrouve une question (à gauche) et sa réponse en BD à droite. N’espérez donc pas 108 planches de BD, il n’y en a que la moitié. Cependant, la mise en page est pertinente, cela donne vraiment l’impression d’un livre de vulgarisation.

Les questions posées sont toujours sérieuses. « Qu’est-ce que la réserve mondiale de semences du Svalbard ? », « Qu’est-ce que l’hyperloop ? », etc. Les possibilités ne manquent pas. La partie BD se plaît alors à proposer une explication scientifique complètement loufoque. On a droit à une voix off qui explique et un dessin qui est complètement en décalage. Il y a vraiment un ton particulier ici, absurde, mais très maîtrisé, entre vérité et délire. Le basculement se fait toujours dans le décalage ou par petites touches. C’est vraiment très réussi. L’accord voix off/dessin est de grande volée.

Même si cela est différent, on retrouve ici une atmosphère à la Marion Montaigne (même si cette dernière reste la plus rigoureuse possible scientifiquement). On ressent l’amour de la science et, en même temps, l’envie de s’en moquer. C’est drôle et les sourires seront de la partie. Il est aussi agréable de retrouver l’humour de Fabcaro, avec ses décalages, mais différent de ses ouvrages qui ont fait son succès. C’est une autre de ses palettes qu’il utilise moins souvent mais qui fonctionne tout autant.

Au niveau du dessin, j’aime le trait de Julien/cdm et je suis heureux de le retrouver aux manettes. Le concept graphique est rigide : un format de planche carré et un gaufrier de 6 cases verticales (ce qui permet de bien caler la voix off). Son trait est beau, expressif, dans ce semi-réalisme cartoonesque parfaitement adapté. Les couleurs vives vont très bien avec les sujets. Bref, il y a une belle synergie texte/image.

« Zéropedia » méritait un deuxième tome, voilà qui est fait. Il complète parfaitement le premier et nul doute qu’il vous plaira si vous aviez accroché au premier. Un bel ouvrage à mettre dans les mains des scientifiques ayant du second degré ou même d’adolescents qui devraient y trouver leur compte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.