TMLP


Titre : TMLP
Scénariste : Gilles Rochier
Dessinateur : Gilles Rochier
Parution : Février 2011


« TMLP » (ce qui signifie : « ta mère la pute »), dessiné et scénarisé par Gilles Rochier, a obtenu le prix révélation au Festival d’Angoulême 2012. Publié aux éditions 6 pieds sous terre, « TMLP » est un ouvrage traitant du début des cités urbaines, fortement marqué par les souvenirs de l’auteur. Tout démarre sur une description du jeune de banlieue de l’époque : « Nous à la base, on n’est pas des méchants ni des dangereux… Tout juste des branleurs, des fumistes disaient nos profs, mais pas des mômes méchants ». Cette phrase qui ouvre le livre, résume à elle seul l’ouvrage de part tous les sous-entendus qu’elle véhicule… Continuer la lecture de « TMLP »

Love is in the air guitare

loveisintheairguitare


Titre : Love is in the air guitare
Scénariste : Yann Le Quellec
Dessinateur : Romain Ronzeau
Parution : Août 2011


L’air guitare est une discipline constituant à mimer les mouvements d’un guitariste. Beaucoup de gens, poussés par la musique, se jettent par terre, imitant leurs idoles. Avec de plus en plus d’adeptes, l’air guitare possède désormais son propre championnat du monde… « Love is in the air guitare » (on appréciera le jeu de mots…) relate l’épopée d’un jeune homme qui va se lancer dans la quête du trophée ultime. Ce pavé (on approche des 300 pages) a été publié chez Delcourt dans la collection Mirages. Continuer la lecture de « Love is in the air guitare »

The Grocery, T1

thegrocery1


Titre : The Grocery, T1
Scénariste : Aurélien Ducoudray
Dessinateur : Guillaume Singelin
Parution : Octobre 2011


Elliot débarque dans le quartier de Baltimore avec son père. Ce dernier vient de reprendre une épicerie. Le petit Elliot va alors se lier d’amitié avec les gamins du quartier. Petit problème : ces ados dealent de la drogue… Misère sociale et violence urbaine vont alors être au rendez-vous. « The Grocery » narre le quotidien des gamins du coin de la rue, mais aussi la guerre des gangs et le retour des soldats américains d’Irak. Plusieurs histoires qui s’entrecroisent dans ce premier tome de plus de 120 pages. Le tout est dessiné par Guillaume Singelin, scénarisé par Aurélien Ducoudray et publié chez Ankama Editions.  Continuer la lecture de « The Grocery, T1 »

Le vent dans les sables, T4 : Le chant des dunes

LeVentDansLesSables4


Titre : Le vent dans les sables, T4 : Le chant des dunes
Scénariste : Michel Plessix
Dessinateur : Michel Plessix
Parution : Janvier 2011


Avec « Le vent dans les saules », puis « Le vent dans les sables », Michel Plessix a créé une série inoubliable adaptée aux petits comme aux grands. D’abord lié au roman dont il faisait l’adaptation, la deuxième partie lui laisse le champ libre et la possibilité d’utiliser au mieux les personnages de l’univers. Au centre d’eux, Crapaud, dont les lubies et l’appât du gain entraînent systématiquement les autres dans des aventures dont ils se seraient bien passés. Le tout est toujours publié chez Delcourt et pèse une trentaine de pages.  Continuer la lecture de « Le vent dans les sables, T4 : Le chant des dunes »

Le Chant des Stryges, Saison 3, T14 : Enlèvements

lechantdesstryges14


Titre : Le Chant des Stryges, Saison 3, T14 : Enlèvements
Scénariste : Eric Corbeyran
Dessinateur : Richard Guérineau
Parution : Novembre 2011


« Le chant des stryges » est une série pour laquelle j’ai une réelle affection. En effet, cela fait plus d’une dizaine d’années que je guette chacune des nouvelles parutions des aventures de Kevin Nivek, cet ancien agent de la sécurité du président des Etats-Unis. Le dernier opus à apparaitre dans les librairies date du mois de novembre dernier. Il est le quatorzième de la saga. Cette dernière se décompose en saison de six tomes. « Enlèvements » est donc le deuxième de la troisième saison. Cette série est scénarisée par Eric Corbeyran et dessinée par Richard Guérineau. Les couleurs sont confiées à Luca Malisan. Continuer la lecture de « Le Chant des Stryges, Saison 3, T14 : Enlèvements »

Business is business


businessisbusiness


Titre : Business is Business
Scénariste : Yan Lindingre
Dessinateur : Julien/CDM
Parution : Septembre 2011


En cette année d’élections présidentielles, la satire politique prend de l’importance… Il n’est donc pas étonnant de retrouver des ouvrages ouvertement critiques, tel que « Business is business » de Lindingre (au scénario) et Julien/CDM (au dessin). Car si le titre renvoie plutôt au monde de l’entreprise, c’est avant tout de politique dont il s’agit dans cet ouvrage.  Continuer la lecture de « Business is business »

Le viandier de Polpette, T1 : L’ail des ours

leviandierdepolpette


Titre : Le viandier de Polpette, T1 : L’ail des ours
Scénariste : Olivier Milhaud
Dessinateur : Julien Neel
Parution : Mai 2011


Si Julien Neel est connu avant tout pour sa série à succès « Lou ! », je l’ai remarqué par « Chaque chose », un ouvrage tout en sensibilité très réussi. Alors forcément, lorsqu’est sorti « Le viandier de Polpette », ma curiosité s’est réveillée. Julien Neel y assure le dessin pendant qu’Olivier Milhaud s’occupe du scénario. Publié chez Gallimard, le tout pèse 136 pages pour ce qui semble être un premier tome, l’ouvrage étant sous-titré « L’ail des ours ».  Continuer la lecture de « Le viandier de Polpette, T1 : L’ail des ours »

Frenchman

frenchman


Titre : Frenchman
Scénariste : Patrick Prugne
Dessinateur : Patrick Prugne
Parution : Septembre 2011


« Frenchman » est un album paru il y a six mois environ. C’est un très bel ouvrage, massif et agréable. La couverture est splendide. Sur un fond vert à la fois brumeux et marécageux, on découvre un indien accroupi et aux aguets. L’histoire est composée d’environ soixante-dix pages. A celle-ci s’ajoute une grosse vingtaine de pages qui nous présente les recherches graphiques de l’auteur. C’est une découverte remarquable. En parlant d’auteur, je vous informe qu’il s’agit de Patrick Prugne. Je découvre ici son travail. Je ne vous cache pas que je ne regrette pas le voyage. Cet opus est édité par la Galerie Daniel Maghen.  Continuer la lecture de « Frenchman »

Nous n’irons pas voir Auschwitz

NousNIronsPasVoirAuschwitz


Titre : Nous n’irons pas voir Auschwitz
Scénariste : Jérémie Dres
Dessinateur : Jérémie Dres
Parution : Septembre 2011


Prenez un peu de documentaire saupoudré d’autobiographie, un sujet grave, ajoutez le mot « Auschwitz » dans le titre, mélangez le tout et vous obtenez « Nous n’irons pas voir Auschwitz ». Première bande-dessinée de Jérémie Dres, elle est publiée chez Cambourakis pour plus de 200 pages sur la communauté juive de Pologne. Continuer la lecture de « Nous n’irons pas voir Auschwitz »

Portugal

Portugal


Titre : Portugal
Scénariste : Cyril Pedrosa
Dessinateur : Cyril Pedrosa
Parution : Septembre 2011


J’ai une relation compliquée avec Cyril Pedrosa. L’homme a une côte énorme et pourtant, je n’accroche pas. Il faut dire que « Autobio » m’avait laissé dubitatif et que « Trois ombres » m’avait laissé sur ma faim. Mais vu le succès critique de « Portugal », un roman graphique de 264 pages, il m’était difficile de ne pas tenter une nouvelle fois ma chance. Surtout que j’avais eu la chance d’aller à une exposition de planches originales du livre à la galerie 9e Art à Paris et que j’avais pu admirer les magnifiques couleurs de ses pages. Le tout est publié dans la bien nommée collection Aire Libre de chez Dupuis.

Simon Muchat est un auteur de bande-dessinée en panne d’inspiration. Il accumule alors des boulots d’animateur scolaire et sa copine s’impatiente. Il faut acheter une maison, grandir en quelque sorte. Mais Simon existe. De là à y voir une touche autobiographique, il n’y a qu’un pas ! Et c’est à l’occasion d’un festival de BD au Portugal que l’auteur va se redécouvrir ses origines et retrouver un bien-être.

Retour au pays

Grand classique dans l’art, Cyril Pedrosa nous concocte donc une bande-dessinée sur un auteur de bande-dessinée en plein doute. Ce dernier va alors creuser le passé de sa famille et dépasser les silences et les non-dits avant de partir quelques temps au pays. La première partie est donc consacrée à Simon en France. Sa vie est d’une grande fadeur. Il s’ennuie, ne veut pas faire un bouquin, ne veut pas acheter de maison, est vaguement dépressif… Bref, ça ne va pas du tout. Ce quotidien morne est rendu par des couleurs grisâtres pleine d’à propos. Mais déjà, l’ennui pointe également chez le lecteur. Il ne se passe rien, il n’y a aucune originalité dans les situations et tout est plutôt prévisible. On sent que l’auteur se fait plaisir. Il prend son temps, accumule les silences, mais sans réellement nous toucher. Il faut dire que les ouvrages sur le trentenaire qui a du mal à grandir sont légion depuis quelques années et qu’il n’y a pas beaucoup d’originalité de ce côté-là.

C’est donc sur la partie familiale que l’on se rabat en espérant plus d’action. Mais encore une fois, c’est un pétard mouillé. Beaucoup de discussions, de dialogues qui se veulent drôles ou émouvants. Mais je ne suis vraiment pas sensible aux univers de Cyril Pedrosa. Je trouve que tout sonne creux. Je ne suis jamais ému ou touché, je ne souris pas. Je sens bien que l’intention est là, mais j’ai l’impression d’avancer dans l’ouvrage en étant totalement extérieur à ce qui s’y passe. Quant au personnage de Simon, il ne me touche pas du tout. Je le trouve finalement très passif et à la personnalité peu intéressante. Certes, il a un problème de créativité. Mais quel manque de charisme !

Côté dessin, c’est très beau et dynamique et les choix de couleurs sont plein de pertinence. Personnellement, je ne suis pas fan du style de Cyril Pedrosa, notamment des expressions de ses personnages mais c’est une question de goût. Force est de constater que l’auteur a abattu un travail colossal. Et pour avoir vu ses planches originales, l’édition papier écrase sacrément ses couleurs… Bref, difficile de ne pas être admiratif devant le dessin de ce « Portugal ».

Il est toujours compliqué de ne pas aimer un ouvrage qui a tant été encensé. Pour ma part, j’ai refermé ce livre en me disant « tout ça pour ça ? » Malgré toutes les qualités objectives de « Portugal », je me suis ennuyé du début à la fin, sans jamais arriver à être touché par l’histoire ou les personnages. Une grande déception.

avatar_belz_jol

note2